France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Reichmann : Anéanti par un drame familial !

Actualités

Jean-Luc Reichmann : Anéanti par un drame familial !

Publié le 6 février 2009

Le frère de Jean-Luc Reichmann a dû fuir sa ferme, avec ses quatre enfants.

Un saccage ! Il n'y a, hélas, pas de mot plus approprié pour décrire la vision d'apocalypse qu'une grande partie du sud-ouest de la France offre aujourd'hui. Des arbres déracinés, des toitures envolées, des villes inondées, rien ni personne n'ont été épargnés.

Et parmi les malheureuses victimes de la violente tempête qui a dévasté un quart du pays, dans la nuit du 23 au 24 janvier 2009, on compte aussi la famille de Jean-Luc Reichmann, qui habite dans un petit village à 20 kilomètres au nord de Toulouse.

Ce soir-là, des vents flirtant avec les 200 km / h ont balayé une dizaine de départements, la Gironde, les Pyrénées-Orientales, les Landes..., ravageant habitations et forêts comme s'il s'agissait de vulgaires fétus de paille. Deux millions de foyers se sont ainsi trouvés privés d'électricité, ou lourdement sinistrés. Huit personnes ont même perdu la vie...

->Voir aussi - Jean-Luc Reichmann et Sophie Vouzelaud : Une bien jolie histoire

Et pendant que, sur place, les habitants tentaient de résister tant bien que mal à cette furie, leurs proches, aux quatre coins du pays, tremblaient pour eux, impuissants, ne sachant comment les joindre ou les aider.

Parmi eux, Jean-Luc Reichmann. Ce jour-là, comme chaque vendredi, l'animateur d'Attention à la marche aurait dû revenir en avion à Toulouse, pour rejoindre sa maison. Ces weekends représentent une telle bouffée d'oxygène pour ce boulimique de travail !

Là, pendant deux jours, l'homme de télévision renoue avec les racines de son enfance. Dans sa maison, juste à côté de celle de ses parents mais aussi de son frère aîné et de sa petite soeur, il goûte au plaisir des grandes tablées, des parties de billard tardives et du jardinage.

Mais, le vent soufflant de plus en plus fort ce 23 janvier, l'aéroport de Blagnac s'est rapidement trouvé fermé. Si Jean-Luc Reichmann et ses quatre enfants s'en sont trouvés quittes pour un weekend parisien, les nouvelles n'étaient pas bonnes dans la région toulousaine.

Averti par les bulletins météorologiques, Jean-Luc a bien vite perdu son optimisme légendaire en apprenant que ses craintes étaient malheureusement justifiées. La tempête, tout d'abord menaçante, s'est abattue dans la soirée sur leur petit village. Aucun membre de la famille Reichmann n'y a échappé...

Angoisse

« Le plus affecté, c'est mon frère qui vit dans une ferme, a confié Jean-Luc à Télé-Loisirs . Un sapin est tombé sur son toit, il a emmené ses quatre enfants chez des amis et a laissé ses bêtes sur place. »

Il n'est pas difficile d'imaginer l'angoisse de cet homme s'aventurant dans la tempête avec ceux qu'il aime, ni celle de Jean-Luc qui, de Paris, tentait d'organiser à distance le sauvetage de ses neveux paniqués.

« Ma sœur et les siens ont trouvé refuge chez mes parents de 72 ans, poursuit-il dans les colonnes de l'hebdomadaire. Ils ont été privés d'électricité pendant trois jours. Ils ont fait la veillée à la bougie !»

Savoir ses parents, sa petite sœur sourde qu'il a toujours protégée, ainsi que les trois enfants de celle-ci dans le froid et le noir devait être insupportable.

Heureusement, aujourd'hui, tout cela n'est presque plus qu'un mauvais souvenir. Du moins, sur le plan humain. Parce que d'un point de vue matériel, les blessures risquent d'être encore longues à cicatriser...

La sœur de Jean-Luc Reichmann et les siens se sont réfugiés chez leurs parents Pendant trois jours, ils ont vécu dans le froid, à la lueur des bougies.

Anna Hadrien

À découvrir