France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Reichmann : Gabin a bouleversé sa vie !

Actualités

Jean-Luc Reichmann : Gabin a bouleversé sa vie !

Publié le 29 juillet 2016

L’animateur Jean-Luc Reichmann a dédié son livre,�  T’as une tâche, pistache !�, à ce petit garçon tout blond Gabin rencontré en 2012, et toujours présent dans son quotidien !

Dans la vie, nous portons tous plus ou moins des masques. Jean-Luc Reichmann a décidé de prendre celui de l’homme jovial, drôle, souriant. On sent bien que dans son émission Les 12 coups de midi ! ou en jouant son personnage de la série Léo Matteï, Brigade des mineurs, il est proche des gens.

Mais sa souffrance, l’animateur n’en fait pas étalage. Son angiome, il n’a jamais cherché à en jouer pour nous émouvoir. Pourtant, cette différence lui a fait vivre un enfer. Combien de fois n’a-t-il pas entendu, enfant, ces phrases assassines, qui lui faisaient sentir qu’il n’était pas un garçon « comme les autres » ? « Qu’est-ce que t’as bu, Nez rouge ? » « Hé, La tache, ta mère a toujours envie de fraises ? »…

->Voir aussi - Jean-Luc Reichmann : À la télé, personne ne lui a fait de cadeaux !

Désemparés, ses parents ont tenté de faire effacer cette marque. Un traitement violent à base de neige carbonique qui lui labourait le visage comme des aiguilles, n’a pas eu raison de son angiome. Au bout d’une année de soins douloureux, sans obtenir le moindre résultat, du haut de ses 6 ans, Jean-Luc demande à ses parents de les cesser. Son angiome, il vivra, il grandira et aimera avec. Et l’animateur a tenu parole. L’histoire pourrait s’arrêter là…

À fleur de peau

Il y a quatre ans, sa femme, Nathalie, l’emmène le sud de la France, qu’elle aime tant. À Sanary-sur-Mer, ravissante station balnéaire près de Toulon, le couple s’installe dans un restaurant face à la mer.

->Voir aussi - Jean-Luc Reichmann : Sa passion sécrète

La femme qui les accueille dévisage l’animateur d’une façon étrange. Tétanisée, les mains tremblantes, elle semble au bord des larmes. Une admiratrice impressionnée de rencontrer son animateur préféré ?

Non. Une mère désemparée. Une femme qui ne sait que faire pour soulager son fils… « Je vous ai écrit, souvent écrit », confie-t-elle, timidement, à l’oreille de Jean-Luc. « Je vous ai écrit dix fois, vingt fois… Mais je ne vous ai jamais envoyé les lettres… » L’animateur essaie de prendre les choses à légère. « Alors, c’est normal que je n’ai rien reçu », plaisante-il d’abord.

Mais, avec sa sensibilité à fleur de peau, il a senti qu’il se passait quelque chose. Quelque chose de beaucoup plus grave qu’une fan bouleversée de voir son idole. « Et que disaient vos lettres ? », lui demande-t-il, retenant son souffle. « J’ai un enfant de 7 ans, et il a le même angiome que vous sur le nez… en trois fois plus gros. Voilà pourquoi je vous ai écrit… »
Et cette maman au bord des larmes commence à lui expliquer les problèmes que son fils, Gabin, rencontre à l’école. Le rejet dont il est victime. Sa souffrance de petit garçon, et la sienne, en tant que mère, qui se sent impuissante à aider son enfant… « Je reçois ses paroles en plein cœur. Son histoire est certainement la même que celle de ma mère quelques années plus tôt […]. Je me regarde dans le rétroviseur, c’est l’enfant que j’étais que j’y vois », racontera plus tard Jean-Luc.

Bouleversé par cette confession, l’animateur décide de rencontrer Gabin. Mais il n’est pas là. Le garçon doit revenir le lendemain à midi. L’animateur, lui, est attendu pour un tournage. Mais, après une nuit très agitée, il décide de rester sur place. Il appelle au téléphone la mère de Gabin, et lui apprend qu’il va passer le voir. Au bout du fil, la maman est folle de joie ! La rencontre aura bien lieu. Nez à nez, tache à tache, ces deux êtres qui ne se connaissaient pas sont comme en communion. L’homme et l’enfant échangent, se confient…

« C’est un moment fort, très fort », dira Jean-Luc. Au point qu’il a la sensation, en repartant, qu’il a peut-être aidé, ne serait-ce qu’un peu, ce petit bonhomme en détresse. « Si seulement, à l’issue de notre rencontre, il a pu se dire : “Et pourquoi pas moi ? Et si, moi aussi, je saisissais ma chance d’être différent ?” pense Jean-Luc. Ce serait mon plus beau cadeau, ma plus belle récompense. »

Jean-Luc et Gabin

Nez à nez

Ces mots, ce sont les derniers de « T’as une tache, pistache ! », l’autobiographie émouvante que Jean-Luc a écrite, parue fin 2015 aux éditions Michel Lafon. C’est avec Gabin qu’il a décidé de clore cet ouvrage. Et c’est sans doute cette rencontre qui lui a donné envie de prendre la plume et d’écrire ce livre qui a changé la façon dont le public le perçoit. Depuis, Jean-Luc disait être resté en contact avec Gabin. Mais qu’en était-il exactement ?

Mercredi 13 juillet, l’animateur a publié sur son compte Facebook une belle photo. On le voit en compagnie d’un magnifique garçon blond. Une vraie beauté. Leurs sourires radieux illuminent le cliché. En légende, Jean-Luc a écrit ces simples mots : « GROSSE ÉMOTION à vous faire partager ! Pour tous ceux qui ont lu « T’as une tache, pistache ! »… Je vous présente GABIN, 11 ans, à qui j’ai dédié mon livre et qui, comme moi, a un angiome sur le visage… Fierté pour moi, son cousin l’appelle Mini-Jean-Luc. Bel été. »

Oui, bonnes vacances à Gabin, et aussi à vous, Jean-Luc Reichmann. On a envie de vous dire : « Belle vie, continuez de nous raconter des histoires qui enchantent une réalité souvent dure ». Et, pensez à nous donner de vos nouvelles !
Laurence Paris

À découvrir