France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Reichmann : “Quelle joie de travailler en famille !”

Actualités

Jean-Luc Reichmann : “Quelle joie de travailler en famille !”

Publié le 29 juin 2016

À l’occasion des 6 ans des � 12 coups de midi !  nous avons demandé à l’animateur Jean-Luc Reichmann d’évoquer pour nos lecteurs ses raisons d’être heureux. Elles sont nombreuses…

Six ans ! Six ans qu’il présente dans la joie et la bonne humeur Les 12 coups de midi ! sur TF1. L’occasion pour Jean-Luc Reichmann de recevoir, du mardi 28 juin au samedi 2 juillet, les plus grands « Maîtres de midi » qui ont brillé dans son émission. Ces invités joueront exceptionnellement pour faire gagner jusqu’à 50.000 euros aux téléspectateurs.

Nous avons profité de cet anniversaire pour lui demander de nous parler de tout ce qui le rend… heureux ! La liste est longue…

->Voir aussi - Jean-Luc Reichmann : A la télé, personne ne lui a fait de cadeaux !

France Dimanche (F.D.) : Comment vivez-vous ce bel anniversaire ?

Jean-Luc-Reichmann (J.-L.R.) : Je suis fier que cette émission dure ainsi, elle le mérite, et je ne m’en lasse pas. Je suis heureux d’avoir fondé une famille avec tous les « Maîtres de midi » qui ont marqué l’histoire du programme. Je suis impatient de les revoir s’affronter pour l’occasion. Quel bonheur de faire plaisir aux gens, aux télé­spectateurs en particulier ! Vous savez, il suffit que les gens rigolent autour de moi pour que je me sente bien. Que ce soit dans mes émissions, sur scène ou ailleurs.

F.D. : Est-ce cela le secret de votre réussite ?

J.-L.R. : C’est possible. Rire est important. Malgré les événements tragiques que nous vivons, les nouvelles catastrophiques entendues aux infos, je crois qu’il faut tenter de rester positif pour tenir le coup. On est tous tellement obnubilés par tout ce qui se passe en ce moment…

->Voir aussi - Jean-Luc Reichmann : Sa passion secrète

F.D. : Seriez-vous un remède à la morosité ambiante ?

J.-L.R. : Je n’ai absolument pas cette prétention. J’ai juste envie d’un monde meilleur. Mais je sais aussi que c’est ensemble qu’on peut l’améliorer. Voilà pourquoi mes émissions sont vouées à rassembler et non pas diviser. C’est du moins mon but.

F.D. : Vous arrive-t-il d’avoir encore le trac devant les caméras ?

J.-L.R. : Ça peut encore se produire parce que j’ai toujours peur de décevoir mon public. Malgré ce stress, le plaisir est quand même toujours là.

F.D. : Nul n’est irremplaçable, y compris les animateurs de télévision, à l’instar de Julien Lepers, sur France 3. Avez-vous peur de vivre le même destin ?

J.-L.R. : Évidemment ! Mais l’important est d’anticiper. Les chiffres d’audience sont un bon indicateur. Le jour où ils faibliront fortement, j’en tirerai les conclusions qui s’imposent. Je préférerais partir de moi-même avant qu’on me demande de quitter le navire. Mais je ne veux pas non plus m’effondrer à la moindre petite baisse d’audience. Je préfère me concentrer sur les bons résultats.

Nathalie, la compagne de Jean-Luc Reichmann
Avec Nathalie, la compagne de Jean-Luc Reichmann

F.D. : Comment se passe votre collaboration professionnelle avec Nathalie, votre compagne ?

J.-L.R. : Super bien ! Elle est, entre autres, la directrice artistique de tous les Léo Matteï, Brigade des mineurs. Voilà d’ailleurs pourquoi je considère cette série comme notre bébé. C’est une joie immense de travailler avec elle. Nathalie est un peu la coloriste de ma vie ! En gros, elle égaye mon existence. Même s’il peut lui arriver d’être très dure avec moi. Mais je sais que c’est pour mon bien, et celui de nos six enfants.

F.D. : Quel genre de papa êtes-vous ?

J.-L.R. : Je ne suis pas toujours un bon père. Notamment parce que je n’ai malheureusement pas beaucoup de temps à consacrer à mes enfants. J’essaie, en revanche, d’être le meilleur des papas pendant les vacances. C’est la période de l’année où je tâche d’être le plus disponible pour eux.

F.D. : Qu’avez-vous prévu cet été ? En couple ou bien avec votre nombreuse famille ?

J.-L.R. : Comme à peu près tous les ans, nous partons trois semaines en Corse, avec les enfants bien sûr, mais aussi les compagnes et compagnons des plus grands, sans oublier les grands-parents, et quelques copains. Autant dire qu’il y aura beaucoup de monde à table ! Pour moi, la vraie vie, c’est ça. Je mets d’ailleurs un point d’honneur à ce qu’au déjeuner et au dîner, tous les convives éteignent leur téléphone. Je pense qu’il est important de réapprendre à vivre ensemble. Et selon moi, les écrans de smartphone, la télévision ou l’ordinateur ont tendance à nous isoler. Quel plaisir d’être déconnecté ! N’est-ce pas là le meilleur moyen d’être vraiment ensemble ?

Philippe Callewaert

À découvrir