France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Reichmann : Sa biographie inattendue !

Actualités

Jean-Luc Reichmann : Sa biographie inattendue !

Publié le 30 octobre 2015

  Sa blessure d’enfance et comment il s’en est relevé, l’accident de moto qui a changé sa vie, le piège de l’infidélité… dans ce livre biographie, � l’animateur préféré des français, Jean-Luc Reichmann n’esquive rien et n’épargne personne.Sa blessure d’enfance et comment il s’en est relevé, l’accident de moto qui a changé sa vie, le piège de l’infidélité… dans ce livre biographie, � l’animateur préféré des français, Jean-Luc Reichmann n’esquive rien et n’épargne personne.Sa blessure d’enfance et comment il s’en est relevé, l’accident de moto qui a changé sa vie, le piège de l’infidélité… dans ce livre biographie, � l’animateur préféré des français, Jean-Luc Reichmann n’esquive rien et n’épargne personne.Sa blessure d’enfance et comment il s’en est relevé, l’accident de moto qui a changé sa vie, le piège de l’infidélité… dans ce livre biographie, � l’animateur préféré des français, Jean-Luc Reichmann n’esquive rien et n’épargne personne.

Sa tache indélébile

Qu’est-ce que les enfants veulent plus que tout au monde ? Passer inaperçus. C’est sans doute ce à quoi le petit Jean-Luc Reichmann aspirait. Mais avec sa tache couleur lie-de-vin sur le nez et au-dessus de l’œil, ses petits camarades ne l’ont pas épargné !

« Qu’est-ce que t’as bu, Nez rouge ? » « Tiens, v’là l’alcoolique ! » « Hé, la tache, ta mère a toujours envie de fraises ? » Les moqueries n’ont pas manqué de pleuvoir sur le gamin, qui a vite compris qu’il allait falloir « faire avec ». En effet, contrairement à d’autres angiomes qui peuvent naturellement disparaître avec le temps, le sien a résisté aux traitements violents qu’il a subis.

->Voir aussi - Jean-Luc Reichmann : sa passion secrète

Jean-Luc a 5 ans. Tous les mois, l’espoir chevillé au corps, sa mère l’emmène dans sa Dauphine à l’hôpital. Allongé dans la salle de chirurgie, l’enfant redoute le moment où il va y passer : « Le traitement est un véritable supplice, écrit-il dans T’as une tache, pistache (éditions Michel Lafon). La neige carbonique me donne l’impression qu’on me laboure le visage avec une aiguille. Les marques qu’elle laisse sur ma peau sont de véritables entailles. »

Le médecin lui demande s’il sait compter jusqu’à 100. Bien sûr, Jean-Luc sait compter, mais il sait aussi que, arrivé à 100, on lui demandera encore de compter jusqu’à 50… Il souffre, des larmes ruissellent sur son visage. Il ne pense qu’à une chose : fuir ! Mais c’est impossible. Une fois sorti de la salle d’opération, il faut retrouver l’école, et affronter le regard de ses camarades.

Avec ce pansement épais qui recouvre la plaie et masque une partie du visage, ses « petits copains » s’en donnent à cœur joie avec une cruauté insoutenable ! « La douleur d’un enfant de 5 ans laisse place à la tristesse et à la solitude », raconte Jean-Luc. Et l’on sent bien que ces moments-là affleurent à sa mémoire, comme si la plaie était toujours béante.

Récompense

Pourtant, surnageant dans ce bain de douleur, il y a… Les Schtroumpfs, ces petits personnages bleus qu’on lui remet en guise de récompense, à chaque passage à l’hôpital. Il les adore, sa collection grandit, au point qu’il en a plus de deux cents. C’est dire que très souvent, il s’est fait soigner… Cette collection aurait pu être beaucoup plus grande, mais Jean-Luc va y mettre un terme.

À 6 ans, il constate l’échec de ses traitements, si douloureux. Alors, il supplie ses parents qu’on fasse cesser son calvaire. Il veut interrompre définitivement cette thérapie qui ne lui apporte aucun soulagement. Ensemble, le petit garçon, son père et sa mère prennent la décision d’arrêter les frais.

->Voir aussi - Jean-Luc Reichmann : Sauvé d'une noyade atroce !

C’est un très grand pas pour l’enfant : « Inconsciemment, au plus profond de moi, j’ai accepté l’idée de cette trace de peinture. Ce coup de pinceau violacé mal placé m’accompagnera toute la vie. À partir de maintenant, il faudra donc définitivement faire avec », écrit-il… (...)

->Vous voulez en savoir plus ? Achetez la version numérique du magazine !

JL ReichmannLa mort en face

Ce 10 juillet 1984, Jean-Luc est heureux. Il a 23 ans, des envies plein la tête… Entre autres, celle de se déplacer à moto, de fendre l’air avec cette magnifique sensation de liberté… C’est justement à deux-roues qu’il va partir en vacances en Italie ! Mais pas question de porter un casque intégral. Pour sentir le vent, le soleil lui chauffer le visage, il préfère porter un petit casque blanc, dont il relève la visière pour se sentir plus libre.

Voilà plus d’un an qu’il prépare ce périple vers Rimini. Le cœur léger, Jean-Luc emprunte la route sinueuse de Saint-Geniès-Bellevue à 90 km/h. Parvenu à un croisement, il voit débouler un véhicule lancé à la même vitesse ! « Choc frontal à 180 km/h ! », écrit Jean-Luc. « Une onde magnétique qui me transperce le corps. Une torture. »

Il se souvient de l’odeur de goudron fondu sous le soleil. Il revoit cet homme de 74 ans, qui, au volant de sa R6, est en train de faire un malaise cardiaque. Jean-Luc le voit dévier de sa trajectoire, franchir la ligne blanche… et le faucher !

L’impact est si violent que la fourche de sa moto, au lieu de se plier comme elle le fait  normalement en cas d’accident, est coupée en quatre ! Les spécialistes ne comprendront jamais la raison de cet étrange phénomène…

En plus, le capot de la voiture s’est ouvert, labourant le bras gauche de Jean-Luc, qui est propulsé à 4 mètres de haut ! La gendarmerie confirmera plus tard qu’on l’a retrouvé à 39,75 mètres de son point d’impact ! « Superman, mais sans la cape », écrit-il avec humour. (...)

->Vous voulez en savoir plus ? Achetez la version numérique du magazine !

ReichmannFace à l’infidélité

Quand on est célèbre, et que l’on a en plus une excellente image, on devient objet de désirs. Qu’on le veuille ou non, cette situation fait qu’on est placé au cœur de mille tentations… C’est ce qui est arrivé à Jean-Luc Reichmann. Alors que rien ne l’y préparait, il s’est retrouvé face à l’infidélité !

C’est sur le plateau des Z’amours que tout a commencé. L’animateur reçoit un couple, qui a quatre enfants. L’homme et la femme semblent très amoureux… Elle est, comme l’écrit Jean-Luc, « toute pimpante, plutôt jolie »…

->Vous voulez en savoir plus ? Achetez la version numérique du magazine !

Laurence Paris

À découvrir