France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Reichmann : Victime d’une odieuse exploitation !

Actualités

Jean-Luc Reichmann : Victime d’une odieuse exploitation !

Publié le 9 septembre 2019

Des individus sans scrupule tentent de tirer profit du visage particulier de Jean-Luc Reichmann…

Avec sa bonne humeur, mais aussi son franc-parler, son enthousiasme et ses combats, l’animateur est devenu proche des téléspectateurs. Il n’a pas la grosse tête, contrairement à certains de ses collègues, et son humanité transparaît quand il s’exprime, comme il le faisait en 2018 sur les ondes de France Info : « Le bonheur pour moi c’est de donner du bonheur. Plus les gens autour de moi sont bien, et mieux je me sens. »

Ces mots prononcés par un autre que lui pourraient faire douter de leur sincérité. Mais avec Reichmann, la confiance est installée, et cela, depuis des années. On le connaît, on sait aussi les problèmes qu’il a endurés avec son angiome, cette tache de vin au milieu du visage, dont il eut le courage de parler souvent, comme dans son livre, T’as une tache pistache ! paru en 2015 aux éditions Michel Lafon. Il s’y livre à cœur ouvert, un cœur d’enfant blessé par la bêtise, celle venue même de certains professeurs. L’un d’eux le surnomme en effet « Reichmann le rouge », tandis qu’un autre l’appelle « la tache », quand il le fait venir au tableau. Côté petits camarades, évidemment la cruauté est grande. Combien de fois n’a-t-il pas entendu ces phrases assassines : « Qu’est-ce que t’as bu, Nez rouge ? » « Hé, la tache, ta mère a toujours envie de fraises ? »

« Me remémorer ces instants de récréations reste douloureux. Bien évidemment, ça fait mal », avouait-il à Philippe Vandel en 2015. Mais ce complexe, Jean-Luc en a fait une force. Déjà, enfant, il avait choisi de renoncer, après un an de traitement, à la si douloureuse neige carbonique censée gommer sa tache mais qui, en fait, lui « labourait » le visage. Devenu adulte, il décide de cesser de maquiller cet angiome, y compris – peut-être même surtout ! – à la télé où il est l’objet de tous les regards, comme s’il n’avait rien à cacher.

Et c’est sans doute vrai. Jean-Luc Reichmann semble avancer dans l’existence avec une foi en la vie, en l’amour, en les autres, en la possibilité que chacun puisse être ce qu’il est. Cela n’a peut-être l’air de rien, mais c’est un combat de chaque instant. Un combat qu’il mène depuis longtemps, pour lui, et pour sa sœur aussi, qui souffre de surdité. Et, au fond, pour tous ceux qui se sentent différents.

Comment, dans ce cas, pourrait-il être, de quelque manière que ce soit, moqué, raillé ou bafoué ? Au nom de quoi pourrait-il faire l’objet d’une attaque des plus basses qui soit ?


Pourtant, c’est bien ce qui arrive aujourd’hui ! On le sait, Internet donne aujourd’hui la possibilité à tous de s’exprimer. Et pour peu que l’on s’y connaisse un peu en matière de programmation, on peut réussir des prouesses technologiques. Un internaute a décidé, armé de ce savoir et de sentiments que l’on a du mal à qualifier, de faire de Jean-Luc Reichmann sa proie. Il l’a pris pour cible, sans états d’âme, sans sembler s’interroger un instant des conséquences que ses actes pourraient avoir. Ou bien, mais l’on n’ose y penser sérieusement, cette personne a pris la décision délibérée de se moquer ouvertement de la blessure que l’animateur porte toujours au fond de lui.

Vous connaissez sans doute le service de partage de photos Instagram qui permet de publier des clichés accompagnés de petits textes, dont tout le monde se sert, stars comme anonymes, pour donner de leurs nouvelles. La mode, depuis quelque temps, sur ces réseaux sociaux, est d’habiller ces photos de filtres qui truquent la réalité.

Si, la plupart du temps, ces modifications concernent la lumière, les couleurs, ou encore floutent plus ou moins l’image, d’autres déforment vraiment le cliché original. On peut par exemple chausser une paire de lunettes sur le nez des figurants, ou leur coller des oreilles de lapin, des couronnes dans les cheveux… On peut créer des masques plus ou moins brillants et déformants, faire venir des étincelles sur le visage, bref une quantité incroyable de modifications sont sur le marché. Et depuis, quelques jours, Instagram permet à ses utilisateurs de créer et de partager leurs filtres. Inutile de dire que le meilleur, comme le pire, est à prévoir.

Et justement, la nouvelle application qu’a façonnée l’internaute Damien Mescudi appartient à cette seconde catégorie. Sous le nom de « filtre Jean-Luc Reichmann », comme il l’écrit sur son profil Instagram, le jeune homme propose un petit programme qui permet de se voir, portant sur le visage, la même tache que celle de l’animateur ! Il l’a baptisée Winy Face, ce qui signifie littéralement « visage lie de vin »… Il se met lui-même en scène avec une paire de lunettes noires, au centre desquelles on voit très bien l’angiome, cemme celui du pauvre Jean-Luc.

Alors certes, conscient que ce filtre allait faire naître une vive polémique, son auteur a tenu à préciser sur Twitter que ce truquage « a été créé sur le ton de l’hommage », et il nous « invite à l’utiliser avec respect ». Mais cet avertissement ne fait pas le poids face à ce que doit aujourd’hui ressentir l’animateur, et tous ceux qui, comme lui, ont à souffrir ou ont souffert d’angiome.

Se faire connaître par ce biais et, sans doute, gagner de l’argent en se moquant des personnes fragilisées… Voilà un procédé que nous, à France Dimanche, déplorons et n’apprécions pas.

Et s’il nous était possible de mettre un filtre sur l’invention de ce jeune homme, ce serait pour la faire disparaître totalement, à jamais.

Claude LEBLANC

À découvrir