France Dimanche > Actualités > Jean-Marie Bigard : Il sauve la vie d’un enfant !

Actualités

Jean-Marie Bigard : Il sauve la vie d’un enfant !

Publié le 11 décembre 2019

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Jean-Marie Bigard

Jean-Marie Bigard, en véritable ange gardien, a révélé l’incroyable geste qu’il a accompli.

On dit souvent que l’habit ne fait pas le moine… Et ce dicton qui, il faut bien l’admettre, ne s’applique pas à tout le monde, convient en réalité parfaitement à Jean-Marie Bigard ! Car derrière l’humoriste jamais avare de blagues sous la ceinture, derrière l’apparence d’un joyeux drille qui n’a pas peur de choquer en laissant parler son sens aigu de la provocation et de l’humour potache se cache un être d’une sensibilité extrême et d’une délicatesse qui en étonneraient plus d’un.

Des qualités humaines et des valeurs morales dont le comique fait rarement étalage, ce qui, vous l’avouerez, est tout à son honneur. D’ailleurs, pour ce grand pudique qui, sur scène, sait mieux que personne jouer avec les (gros) mots, rien n’a plus d’importance dans sa vie personnelle que les actes qui en disent long sur la vérité intérieure d’une personne.

Ainsi le 16 novembre dernier, Jean-Marie était l’invité de l’émission Une nuit au monastère sur la chaîne chrétienne KTO, qui se déroulait dans la magnifique abbaye de Solesmes, dans la Sarthe, pour évoquer entre autres, sa foi, son parcours et son métier. Dans ce lieu propice au recueillement et à la confidence, l’auteur de la chanson Un poil de cul sur ma savonnette a parlé de son engagement caritatif, lançant au journaliste Charles Mercier : « Tu vas comprendre pourquoi je suis relié au Saint-Père et à Dieu ! » Et l’auteur de Rire pour ne pas mourir (Oh ! éditions) de révéler qu’il avait sauvé la vie d’un enfant ! Un geste d’une bravoure incroyable mais qui, à l’écoute de cet artiste à la foi en Dieu chevillée au corps, ne semblait en rien exceptionnel. Sans se vanter, en toute simplicité et avec son style unique de conteur, l’auteur facétieux du Lâcher de salopes a commencé par raconter qu’il avait rencontré un grand professeur lors d’une table ronde suivie d’un dîner, organisée pour financer la recherche sur le cancer. « L’argent, c’est comme le fumier, avait lancé Bigard à ce grand spécialiste. Si on le laisse en tas, il pollue l’air, mais si on le disperse, il donne des moissons merveilleuses. »

Il était loin d’imaginer ce jour-là qu’il aurait bientôt l’occasion de vérifier par lui-même cette maxime ! Car peu de temps après, tout à fait par hasard, Jean-Marie Bigard apprend que le neveu de sa concierge, originaire du Portugal, est atteint d’un cancer de la gorge. La maladie est très avancée et le jeune homme n’est pas soigné comme il le faudrait. « Il a une boule sous le cou qui descend jusqu’au sternum, relate l’artiste, très ému. Il ne peut plus baisser la tête ! » Bouleversé par l’état dans lequel se trouve le malade, il se souvient alors de sa rencontre quelque temps plus tôt avec le médecin et décide de lui téléphoner pour lui exposer la situation. Hélas, le coût du traitement qui laisserait une chance de s’en sortir au patient est très élevé. Il lui faudrait en effet débourser 300 000 euros ! Une somme que Bigard ne possède pas mais qu’il se dit prêt à emprunter…


« Le professeur me dit : “Mais pourquoi tu vas donner de l’argent à cet homme que tu ne connais pas ?” Je lui ai répondu : “Parce qu’il a tapé à ma porte.” » Et ce fervent croyant, cet homme généreux d’ajouter le regard plein d’émotion contenue : « Avec l’Europe, il aurait eu droit à des traitements mais il aurait obtenu l’autorisation dans un an. Il serait donc mort depuis six mois. »

Ce papa de trois enfants – Sasha, 10 ans, et les jumeaux Jules et Bella, 7 ans – aurait pu se laisser impressionner par les difficultés financières et renoncer à son désir d’aider le neveu de sa gardienne. Mais, bien que se disant ruiné, il a réussi à trouver les fonds nécessaires. Trois mois plus tard, le miracle s’est produit : « Il m’a appelé et m’a dit : “J’ai une rémission de mon cancer” », a encore confié l’humoriste, retenant difficilement ses larmes.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car un miracle peut parfois en cacher un autre… En effet, une semaine après avoir reçu ces bonnes nouvelles de la santé de son petit protégé, l’acteur, qui était en pleine banqueroute, est contacté pour jouer dans un spot publicitaire… Son cachet ? Il s’élève à 400 000 euros ! De quoi largement rembourser ses dettes… « Toutes mes bonnes actions me sont rendues à chaque fois, a conclu Bigard. Je suis riche de ce que je donne. Je suis attentif. Je sais que derrière chaque chaise, chaque buisson, dans ton lit, il y a Dieu. Donc je fais attention. »

Au diable les apparences… Monsieur Bigard est bien capable du meilleur et n’est décidément pas le goujat que certains croient !

Clara MARGAUX

À découvrir