France Dimanche > Actualités > Jean-Marie Bigard : Il tremble pour ses enfants !

Actualités

Jean-Marie Bigard : Il tremble pour ses enfants !

Publié le 11 août 2019

Jean-Marie Bigard, l’humoriste au franc-parler dévastateur doit affronter l’une des pires épreuves qui soit pour un père.

Il n’est jamais facile de conjuguer sa vie professionnelle et sa vie de famille… Jamais simple de laisser ses préoccupations et ses soucis quotidiens derrière la porte fermée à double tour de son bureau, et de rentrer chez soi le soir, le cœur largement ouvert à ceux qu’on aime. Mais lorsqu’on est une personnalité publique, comme l’humoriste Jean-Marie Bigard, cela peut carrément s’avérer un tour de force, une prouesse d’équilibriste qui risque à tout moment de coûter très cher !

Ainsi celui qui n’hésite pas, dans ses spectacles, à utiliser un langage des plus fleuris, à proférer des propos sexistes et à aller très loin dans ses blagues au-dessous de la ceinture, est aujourd’hui très inquiet qu’on lui enlève ses enfants… Une crainte que l’humoriste qui avait autrefois défrayé la chronique avec son fameux et non moins fumeux Lâcher de salopes a exprimée au micro de Laurent Ruquier aux Grosses têtes sur RTL, le 24 juin dernier : « J’ai peur que l’assistante sociale arrive un jour. »


Il faut bien avouer que le papa de Sasha, 10 ans – qu’il a eu avec sa première épouse, Claudia, danseuse au Crazy Horse, d’origine brésilienne –, et des jumeaux, Bella et Jules, 6 ans, nés de sa relation avec Lola Marois épousée en 2011, réputé pour la vulgarité de ses sketches et pour l’usage constant de mots grossiers, peut difficilement exiger de sa progéniture qu’elle adopte un langage châtié. Et qu’elle boive son lait chocolaté dans une tasse avec le petit doigt en l’air ! L’éducation passant avant tout par l’exemple, vous avouerez que pour les petits Bigard, le modèle paternel est éloigné de la bienséance et de la politesse… Du reste, sur scène dans ses one-man-show, à la radio ou à la télévision où ses formules chocs font à chaque fois mouche, les réactions outrées de la part de ceux qui n’apprécient pas son humour graveleux ne se font pas attendre. Mais jusqu’ici, Jean-Marie n’en avait cure et, sans complexe, s’est même tranquillement justifié : « Les murs de Paris sont couverts de mes affiches Bigard bourre Bercy, avec le fameux slip kangourou du Paquet qui conforte ma réputation de comique le plus vulgaire de France, a-t-il confié dans Rire pour ne pas mourir, son autobiographie publiée en 2007 chez Oh ! Éditions. Quand on me demande pourquoi j’éprouve le besoin d’afficher mes couilles (cette fois, d’ailleurs, ce ne sont pas les miennes, mais des balles de tennis), je réponds que je n’ai pas trouvé plus fort pour anéantir d’un coup tous les tabous. »

De même, celui qui écrit une grande partie de ses sketches avec un autre provocateur patenté, Laurent Baffie, se targue-t-il d’expliquer, dans son ouvrage, le registre et la posture revendiqués chaque fois qu’il monte sur les planches : « Moi, il me semble qu’au contraire le vulgaire va me permettre de dire des vérités indicibles, de dédramatiser nos petites misères, de désacraliser les hiérarchies sociales, les positions des uns et des autres et, au passage, d’apprendre au malheureux à rire de son malheur. Je veux dire qu’une fois à poil, nous sommes tous semblables, traversés par les mêmes angoisses, rongés par les mêmes soucis minuscules. […] Et pour exprimer notre âme secrète, en bon explorateur que je suis, je vais aller regarder dans le slip. »

Que l’on soit ou non en accord avec les propos de l’amuseur de 65 ans – propos censés nous rassurer sur le fond de ses textes et nous en faire oublier la forme –, il semble qu’aujourd’hui Jean-Marie Bigard lui-même se soit rendu compte du désastre qu’il a provoqué sur ses chères petites  têtes blondes… « L’autre jour je raccroche le téléphone, a-t-il en effet raconté sur RTL. Je m’étais un peu embrouillé avec quelqu’un et Jules vient me voir et me dit : “Il t’a pété les couilles le monsieur ?” »

Ce qui devait arriver arriva : les enfants qui entendent tout et assimilent tout ont, bien évidemment, intégré sans filtre le gouleyant langage de papa et lui ont, avec candeur, ouvert les yeux…

L’humoriste qui, autrefois, bien avant d’imaginer qu’il deviendrait un jour célèbre, a exercé le beau métier de professeur, a vivement réagi et, comme on dit, a rattrapé le coup : « Je lui ai dit : “Ouais, mais faut pas le dire comme ça chéri, tu n’as pas le droit de dire ça à l’école.” » Et l’on pourrait ajouter que ne pas l’exprimer non plus de cette manière à la maison pousserait peut-être le bambin à exclure aussi les grossièretés de son langage lorsqu’il se trouve avec ses amis derrière les grilles de son établissement scolaire…

Dans un communiqué adressé à ses fans le 6 juin dernier, Jean-Marie Bigard a officiellement annoncé qu’il mettrait fin à sa carrière en 2020. « Je vais bien sûr retenir de toutes ces années le stade de France et ses 53 000 personnes, mais aussi retenir votre fidélité, a-t-il écrit avant d’ajouter : Cette année 2019 a été marquée par les 100 000 spectateurs qui sont venus voir ce dernier one-man-show. »

Un clap de fin qui attristera sûrement les admirateurs inconditionnels de ses gouailleuses facéties, mais ravira peut-être son épouse, Lola, et ses marmots, Sasha, Bella et Jules… L’occasion pour ce père attentif de recadrer sa progéniture !

Clara MARGAUX

À découvrir