France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Foucault : Son père a sauvé des Juifs !

Actualités

Jean-Pierre Foucault : Son père a sauvé des Juifs !

Publié le 16 avril 2010

L'animateur n'a appris la nouvelle qu'en 2005, ce qui l'a bouleversé. Jean-Pierre Foucault s'est rendu le week-end dernier en Israël pour se recueillir devant le Mur des lamentations, à Jérusalem.L'animateur n'a appris la nouvelle qu'en 2005, ce qui l'a bouleversé. Jean-Pierre Foucault s'est rendu le week-end dernier en Israël pour se recueillir devant le Mur des lamentations, à Jérusalem.

«Le maître d'hôtel n'est pas responsable de ce qui se fait en cuisine ! Je fais mon métier, voilà tout », ainsi s'exprimait il y a quelques jours sur Europe 1 un Jean-Pierre Foucault probablement pas fâché d'en finir avec la présentation de La ferme célébrités en Afrique. Adieu veau, vache, cochon, zèbre, prise de bec et noms d'oiseau, le présentateur va revenir très prochainement à des programmes plus à son image.

Une image d'animateur bienveillant récemment écornée par l'affaire des Miss France. Sur Internet, une vidéo de Geneviève de Fontenay tourne en boucle. On la voit traiter de « con » ce cher Jean-Pierre, qu'elle considère comme quelqu'un de « pas chaleureux », qui, explique-t-elle, « vient à l'élection, prend son chèque et s'en va sans même dire au revoir ».

->Voir aussi - Jean-Pierre Foucault : Le jour où Johnny a voulu lui casser la gueule !

L'attaque, frontale et violente, aurait pu en rester là si le Web n'avait amplifié la polémique, au point de blesser l'animateur, ainsi qu'il s'en est ouvert à nos confrères du Parisien . « Je me suis senti patraque cette semaine », a-t-il affirmé, avant d'évoquer les commentaires parfois malhonnêtes ou lâches, car anonymes, qui ont suivi cette querelle.

Et Jean-Pierre de citer de mémoire l'un d'eux : « C'est un sale mec, il est radin, je l'ai vu travailler, il est désagréable. C'est scandaleux qu'avec tout l'argent qu'il gagne, qu'il ait son propre avion pour aller à Marseille. » Confronté à de telles attaques, cet homme blessé s'interroge : « Qu'est-ce que ça devait être pendant la guerre ?»

Mémoire

La guerre... L'irruption du sujet dans la discussion, ce jour-là, ne devait rien au hasard. Dimanche dernier, à peine la finale de La ferme achevée, l'animateur s'est en effet tourné vers un sujet bien plus personnel. Ce n'est plus vers l'Afrique du Sud qu'il regardait, mais vers Israël et le Mur des lamentations, où il est allé se recueillir, en mémoire de son père.

L'on savait depuis la publication de son autobiographie, Le sourire aux larmes, que Jean-Pierre Foucault avait eu un père extraordinaire : résistant, homme d'affaires... L'animateur raconte dans l'ouvrage comment Marcel a trouvé la mort, assassiné en 1962 en Algérie. Depuis ce livre et grâce à sa mère, le présentateur a découvert une nouvelle page d'histoire, qui apporte une formidable clarté à l'image de cette figure paternelle.

Car plus qu'un père, Marcel Foucault était un héros, qui vient d'obtenir le statut de Juste, que décerne, après une minutieuse enquête, un institut israélien à ceux qui, bien qu'étant d'une autre confession, ont risqué leur vie pour sauver des Juifs pendant la guerre.

« Pour moi, pour mes sœurs, a déclaré Jean-Pierre à Jérusalem, ça a été quelque chose d'indescriptible. C'est plus qu'honorifique de savoir que son père s'est bien comporté. On peut tous se poser la question. Qu'aurions-nous fait pendant la guerre ?»

Courage

Marcel Foucault, lui, n'a écouté que son courage, ainsi qu'en attestait Paula, son épouse. Née en Pologne en 1916 au sein d'une famille juive traditionnelle, la jeune femme débarque à Marseille en 1940, avec l'intention d'embarquer pour l'Argentine.

« Dans cette ville, expliquait-elle, je n'avais qu'un contact : M. Falek. C'est grâce à lui que j'allais rencontrer celui qui allait devenir mon sauveur, celui de ma famille et plus tard mon mari : Marcel Foucault. Il m'a aidée tout au long de la guerre...»

Confection de faux papiers, logement des Juifs, le résistant d'alors, membre du réseau Combat, met sa vie en péril pour sauver celle des autres. Malgré quinze jours entre les mains de la Gestapo, Marcel s'en sortira et poursuivra son œuvre.

C'est cet engagement, cette croyance en l'adage selon lequel « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier », que la médaille des Justes a récompensé. On comprend dès lors l'émotion de Jean-Pierre, juif, puisque sa mère l'est, mais de confession catholique.

Et l'on conçoit mieux encore que cet homme soit mortifié par les injustices, comme celle vécue plus tard par sa maman, sommée de prouver son identité pour obtenir des papiers français : « Elle en avait été meurtrie. »

Il y a un an, Paula a rejoint Marcel. Une page s'est tournée. Pourtant, tandis qu'il apposait avec ferveur dimanche dernier sa main contre le Mur des lamentations, Jean-Pierre devait sans doute ressentir une étrange force. Celle de ses parents et, à travers eux, celle d'un peuple qui a trop souvent souffert. Nul doute qu'en cet instant les viles attaques dont il fait l'objet en France lui paraissaient dérisoires.

Pour son courage, Marcel vient d'être élevé au rang de Juste par l'État hébreu. Un hommage que son fils Jean-Pierre Foucault n'aurait voulu manquer pour rien au monde !

Christian Morales

À découvrir