France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Pernaut : Drame en coulisses !

Actualités

Jean-Pierre Pernaut : Drame en coulisses !

Publié le 4 janvier 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Pour son dernier JT qu'il voulait parfait, cet ultime rendez-vous d'amour avec son public chéri, Jean-Pierre Pernaut avait tout prévu… sauf le pire !

Quel moment unique et émouvant que cet ultime JT ! Ce vendredi 18 décembre, ils étaient des millions devant leur poste pour saluer et remercier celui qui, durant trente-trois ans, s'est invité à leur table pour leur donner des nouvelles du monde. Pour beaucoup, il était comme de la famille, cet homme simple, attaché à ses racines picardes, qui a su redonner ses lettres de noblesse aux terroirs. « Tout le monde se reconnaît en JPP », résumait un téléspectateur, ému. Cette dernière, la 7 000e , Jean-Pierre Pernaut l'appréhendait. Il n'en dormait plus, comme en témoignait son épouse, Nathalie, invitée de Touche pas à mon poste, le 17 décembre. « Il se couche à 1 heure du matin, alors qu'il est crevé… »


Il savait qu'il aurait le trac, comme toujours, et la gorge serrée par des larmes qu'il ne pourrait peut-être pas retenir. Pire : le malheureux n'arrivait pas à écrire son discours d'adieu. Plus de quinze versions furent rédigées, pour finir déchirées dans la poubelle. Mais il n'avait pas prévu à quel point ces quatre-vingt-dix minutes seraient un calvaire. Une cérémonie, certes sincère et touchante, mais ô combien maladroite, sorte d'oraison funèbre à lui, encore si vivant !

À 70 ans, et après avoir vaincu un cancer de la prostate, il a souhaité lever le pied, pour profiter des siens et ménager sa santé. Mais jamais il n'a voulu renoncer à sa passion : le journalisme. Or, tout au long de cette magnifique édition préparée, n'en doutons pas, avec beaucoup de cœur et d'affection, on lui a rendu hommage comme s'il ne devait plus jamais apparaître à la télévision ! Une ode au passé avec des images le montrant à 20 ans, étudiant aux cheveux longs, à 25 ans, présentant son premier JT, en reportage lors d'événements spéciaux, ou dans ces campagnes qu'il a si bien mises à l'honneur. Normal direz-vous, tout comme la pluie de remerciements, de « Jean-Pierre on t'aime », que lui ont adressé ses collègues. Mais pourquoi tout le monde lui a-t-il dit au revoir, alors qu'il reste très investi dans le métier ? En effet, outre sa plate-forme en ligne, JPP TV, il animera à partir du 9 janvier, Jean Pierre et vous, sur LCI, et continuera de présenter sur TF1 ses grands rendez-vous consacrés au terroir.

« Tu pars à la retraite comme moi », lui a lancé l'un de ses fidèles téléspectateurs, le béret vissé sur la tête. À peine a-t-il eu le temps de répondre « non », qu'il avait droit à un autre hommage, un autre au revoir. Lui le roi du JT, entouré, admiré, adulé durant plus de trois décennies, était soudain renvoyé à une solitude terrible, condamné à n'être plus qu'un souvenir…

Même la surprise que lui avait réservée Nathalie a été gâchée. Elle qui n'avait jamais mis les pieds dans les locaux de TF1, est venue avec leurs deux enfants Tom et Lou, et leur petit-fils, Léo, mais sans Olivier, l'aîné de Jean-Pierre qui, en ce jour si important, a préféré disputer une compétition de sport automobile…

Impossible de ne pas remarquer la désinvolture de la jolie brune, plus pressée de retrouver au Puy du Fou, un autre Jean-Pierre (Foucault) pour le centenaire des Miss France dont elle est une des jurées, que d'être auprès de son époux en ce moment crucial. Quelques jours plus tôt, elle avait ouvert les portes de leur maison aux cameramen de TF1, révélant tout ou presque de l'intimité de son homme. De sa penderie au bureau où, durant le premier confinement, il a présenté le JT, vêtu d'un vieux short troué qu'on ne voyait bien sûr pas à l'image. Ce short, Nathalie a laissé une amie du couple le déchirer devant la caméra. « C'était mon préféré », a regretté Jean-Pierre en voyant la séquence. Puis elle a exhibé les pantoufles rembourrées que son mari chaussait lors de son JT confiné, en lâchant, moqueuse : « Ça tue le mythe ! » Voilà une belle trahison, doublée d'une humiliation, assenées à un JPP désemparé, en direct !

Mais le plus dur, hélas, restait à venir… Ce JT exceptionnel touche à sa fin. Il appelle sur le plateau celle qui va lui succéder, Marie-Sophie Lacarrau. Comme tous, celle-ci le remercie, mais déborde sur le timing : « Je vais faire le lancement ! ». Un comble : le journaliste est obligé de la couper, pour prononcer son mot d'adieu tant attendu par les 8,1 millions de téléspectateurs qui le regardent avec émotion. Il veut donc prononcer ce discours sur lequel il s'est « tant pris la tête », d'après Nathalie. À son tour, il remercie son équipe, ses téléspectateurs, et « Ma mère qui pendant trente ns n'a jamais manqué… ». Soudain, sa voix se brise. Les larmes aux yeux, il avoue : « Et voilà je craque ! » avant de reprendre : « Elle n'a jamais manqué un journal, elle nous regarde sans doute de là-haut… » Quitter ce sacrosaint JT que Françoise a regardé tous les jours jusqu'à sa mort en 2016, n'était-ce pas, au fond, trahir sa mémoire ? Aurait-elle, cette maman adorée, compris son geste et, surtout, le lui aurait-elle pardonné ?

Comme s'il avait besoin de se rassurer, c'est par un vibrant « Je vous aime » qu'il a quitté l'antenne. Nathalie pourra-t-elle seulement combler cet immense vide ? Rien n'est moins sûr quand on voit à quel point la belle quinquagénaire a aujourd'hui besoin de prendre son envol, fatiguée d'avoir trop longtemps vécu dans l'ombre écrasante du journaliste et de n'être que Madame Pernaut… Du côté des enfants, difficile de vivre au même rythme de deux ados pour qui demain la vie va commencer, alors que Jean-Pierre, lui, vient de fermer le chapitre le plus important de la sienne. Bientôt, ces enfants quitteront le nid familial. Et Jean-Pierre se retrouvera alors désespérément seul.

Autre coup de poignard : alors qu'il quittait son trône du JT les yeux embués de larmes, Jean-Pierre apprenait que Bruno Masure, jadis célèbre présentateur du 20 heures sur France 2, postait à son attention ce tweet dévastateur : « Une rare lueur d'espoir en cette annus horribilis : le départ de Jean-Pierre Pernaut après 33 années de lavage de cerveau. Démagogie assumée, populisme frisant parfois le complotisme, clins d'œil à la droite extrême, absence totale de hiérarchie dans l'info, bref la totale ! Sans regret. » En trente-trois ans de carrière, le malheureux journaliste n'avait jamais vu une telle méchanceté à son encontre.

Derrière ses sourires émus, ses larmes ans cesse refoulées, personne n'a vraiment emarqué la détresse d'un homme dont le estin bascule irrémédiablement. En cou-isses, personne n'a soupçonné que se jouait éjà la partition du malheur et de la peur : eur de se retrouver seul et abandonné face ce grand néant qui l'attend déjà, emain et après-demain…

Lili CHABLIS

À découvrir