France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Pernaut : Il faut le sauver !

Actualités

Jean-Pierre Pernaut : Il faut le sauver !

Publié le 10 février 2017

Suivi par 5,4 millions de téléspectateurs, 
son “JT de 13 heures” est de loin le journal 
le plus regardé en France. Pourtant une terrible  menace  pèse sur le présentateur Jean-Pierre Pernaut !

Dans le 
plus grand secret, 
TF1 serait 
en train d’organiser des castings pour remplacer Jean-Pierre Pernaut !
 Le 22 février 2018, il devrait fêter ses noces de perle avec celle qui lui a passé non pas la bague mais la chaîne au doigt, à savoir TF1 !

Trente années d’amour et de confiance dans cet univers sans pitié que peut être parfois la télévision. Et durant ces trois décennies, pas une seule fois le journaliste n’a montré le moindre signe de lassitude.

Au contraire, il n’a cessé de donner le meilleur pour ce JT, qui est un peu comme son bébé et qui, avec le temps, s’est mis à lui ressembler. Car il y a une « patte » Pernaut : son attachement à ses racines provinciales, sa proximité avec les « vraies » gens font que son 13 heures ne ressemble à aucun autre, même s’il a fait des émules.

Comme il le confiait à TV Magazine : « J’ai été le premier – j’en suis toujours aussi fier – à avoir créé un réseau de correspondants pour réaliser un journal qui soit plus ouvert sur la France […]. Dire qu’à l’époque on m’avait traité de fou, alors que maintenant tout le monde s’y intéresse… »

->Voir aussi - Jean-Pierre Pernaud : La mort frappe encore !

Et fier, Jean-Pierre peut l’être ! Réunissant chaque jour quelque 5,4 millions de téléspectateurs, son JT est le plus regardé de France, et le deuxième en Europe ! Autre motif de satisfaction, le journaliste de 66 ans attire autant les jeunes que les personnes âgées. Un public fidèle, des audiences exceptionnelles et une passion intacte pour son métier. Comment Jean-Pierre pourrait-il ainsi songer à prendre cette retraite dont il a dépassé de quelques années l’âge légal ?

Et l’on était en droit d’imaginer, au vu de ses résultats impressionnants, que TF1 ferait tout pour garder l’un de ses plus précieux éléments. Hélas, il faut croire que souvent chaîne varie. Et qu’elle peut évincer ceux et celles qu’elle a portés aux nues durant des années. En 2008, Patrick Poivre d’Arvor ouvrait la voie. Pape du 20 heures, il se faisait licencier sans ménagement après vingt et un ans de bons et loyaux services. En 2015, 
sa consœur Claire Chazal était à son tour évincée.

Verra-t-on, cette année, Jean-Pierre suivre le même triste chemin ? Car c’est un véritable coup de poignard qui vient d’atteindre le Picard en plein cœur. Une odieuse trahison dont il a été victime. Rien à voir avec les rumeurs qui circulent parfois dans les couloirs des chaînes. Non, il s’agirait d’une décision officielle. Une opération dont le nom évoque une stratégie guerrière : 
le plan Recover.

->Voir aussi - Jean-Pierre Pernaut : Ses bouleversants adieux à sa maman

Économie

De quoi s’agit-il ? On vous le donne en mille : d’argent. Ou plutôt de comment continuer à en gagner quand la part d’audience de TF1, qui reste néanmoins devant ses concurrentes, ne cesse de diminuer, passant de 33 % en 2007 à un peu moins de 21 % fin 2016. Et même si le succès de Jean-Pierre ne se démentit pas, ses 50.000 euros mensuels (chiffre avancé par Télé 2 semaines) représenteraient une belle économie. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre un représentant du personnel de la chaîne à Télé Star : « C’est sûr qu’il va finir par partir, peut-être bien cette année dans le cadre du plan Recover. Ce plan d’économies prévoit une baisse de la masse salariale. »

Plus grave encore, toujours selon le magazine, TF1 serait déjà à la recherche de son remplaçant ! Et ce alors que le journaliste est encore dans la place et n’a aucune envie de la quitter ! Même si, en grand pro qu’il est, il n’en laisse rien paraître à l’écran, on peut imaginer combien JPP trouve cette situation pénible. Seul motif de satisfaction pour le journaliste, l’opération s’avérerait plus que délicate ! Comme l’affirme Aude Dassonville, qui a coécrit avec Jamal Henni l’ouvrage TF1, coulisses, secrets, guerres internes, paru chez Flammarion : «Je ne vois pas de remplaçant tout trouvé.»

Sondage

Afin de tâter le terrain auprès des premiers concernés par ce changement, à savoir les téléspectateurs, Télé Star a réalisé un sondage. Ce qui, à n’en pas douter, n’a fait qu’ajouter du sel sur la plaie de Jean-Pierre. Car à la question « Qui aimeriez-vous voir prendre sa place ? », les lecteurs n’ont pas plébiscité celui qui semble le mieux placé pour remplir ce rôle. En l’occurrence Jacques Legros, qui depuis 1998 tient les commandes du JT pendant les vacances scolaires ou lorsque JPP est malade.

La patte « Pernaut », il la respecte à la lettre. Ç’aurait été, sans aucun doute, un moindre mal pour Jean-Pierre de lui confier son bébé. Mais les lecteurs du magazine ne l’entendent pas de cette oreille : ils ont placé en tête Harry Roselmack, qui recueille 20 % des suffrages ! Un choix surprenant. Car si le joker de Laurence Ferrari au 20 heures de TF1 a été très populaire dans son rôle de remplaçant, il a, de son plein gré, cessé de le jouer en 2011 pour se consacrer à ses deux autres émissions, Sept à huit et Harry Roselmack en immersion. Une décision qu’il n’a jamais regrettée, comme il le confiait récemment.

Certes, ce ne sont pas les lecteurs de Télé Star qui décideront du successeur de Jean-Pierre Pernaut. En revanche, les téléspectateurs ont, semble-t-il, leur mot à dire quant à la décision de la Une, qui pourrait les priver de leur présentateur préféré.

[box type="info" style="rounded"]Seuls les téléspectateurs peuvent infléchir cette décision, aussi brutale qu’injuste…

Si vous estimez, vous aussi, qu’il est de votre devoir d’apporter votre aide à ce grand monsieur de la télévision, n’hésitez pas à nous le faire savoir. Contribuez à sauver ce fier soldat du JT d’une éviction aussi brutale qu’injuste.

Nous ne manquerons pas de transmettre vos messages à Jean-Pierre, qui a, plus que jamais, besoin de votre soutien dans l’épreuve qu’il traverse.

Par lettre : France Dimanche, courrier des lecteurs, 
149 rue Anatole-France, 92534 Levallois-Perret Cedex.

Par e-mail : courrier.francedim@lagardere-active.com[/box]

Lili Chablis

À découvrir