France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Pernaut : Il perd la mémoire !

Actualités

Jean-Pierre Pernaut : Il perd la mémoire !

Publié le 22 juillet 2016

C’est en direct et devant des millions de téléspectateurs que la star du “13 h”, Jean-Pierre Pernaut, a proféré une stupéfiante énormité.

Mais qu’a-t-il bien pu arriver à Jean-Pierre Pernaut, en ce fameux jeudi ? Le soleil marseillais tapait-il trop fort sur sa tête ? S’était-il levé excessivement tôt ? A-t-il eu soudain un gros coup de nostalgie pour l’époque de ses débuts au Journal de 13 heures ? Ou aurait-il brusquement décidé d’afficher ses préférences politiques ?

Nous n’irons pas jusqu’à hasarder que, peut-être, en préparant cette édition exceptionnelle, il aurait un peu abusé du… Pernod. Mais enfin, il faut bien tenter de trouver la raison qui lui a fait commettre cette bourde magistrale ; une bourde si énorme que l’on s’en est ému, pour ne pas dire froissé, jusqu’à l’Élysée ! Mais commençons par remonter le fil, si vous le voulez bien.

Nous sommes donc le jeudi 7 juillet, Marseille est en effervescence, et pas seulement à cause de la chaleur : c’est en effet ce soir, au stade Vélodrome, que va se dérouler l’une des deux demi-finales de l’Euro 2016, celle qui oppose la France à sa grande rivale footballistique de toujours : l’Allemagne. Pour célébrer dignement cet événement, plusieurs rédactions parisiennes se sont, pour la journée, « délocalisées » dans la cité phocéenne. C’est le cas d’Europe 1, par exemple, ou encore de TF1.

->Voir aussi - Jean-Pierre Pernaut : Son nouveau grand bonheur !

Jean-Pierre Pernaut va donc présenter son journal, en direct bien sûr, à quelques encablures du Vieux-Port et de la Canebière. Pour que tout soit parfait, il a débarqué très tôt à Marseille et, depuis, il travaille d’arrache-pied. Car il lui faut être au top, non seulement à propos de toute la partie football de son journal, mais aussi du reste de l’actualité.

Or, gros facteur de stress, dans ce reste il y a notamment l’hommage officiel que le président de la République doit rendre à Michel Rocard, mort quelques jours plus tôt, dans la cour des Invalides. François Hollande sera-t-il à l’heure ? Aura-t-il fini son allocution à temps pour le journal de TF1 ? Encore un facteur de stress…

Bourde

Malgré tout, Jean-Pierre Pernaut semble galvanisé par l’ambiance qui règne dans la ville. « De toute ma carrière, je crois que je n’ai jamais vu ça ! » s’enthousiasme-t-il peu avant le lancement de son journal, décrivant les couleurs tricolores qui flottent un peu partout dans la ville. « Je trouve cela génial qu’on ait retrouvé une équipe qui joue bien. Quel que soit le résultat ce soir, l’équipe de France a fait un tournoi formidable », poursuit-il.

Enfin, la grande aiguille arrive sur le « 1 » de la pendule : l’heure du journal a sonné. Jean-Pierre a décidé de l’ouvrir sur les cérémonies consacrées à Michel Rocard, d’abord parce que c’est l’événement le plus récent (François Hollande a cessé de parler il n’y a pas dix minutes) ; et aussi, sans doute, pour pouvoir se consacrer ensuite pleinement au foot et à ce France-Allemagne qui fait palpiter la France entière.

L’esprit du journaliste s’est-il déjà envolé vers la pelouse du stade Vélodrome, au lieu de rester focalisé sur la cour des Invalides ? Toujours est-il qu’avec une intense stupéfaction, les millions de téléspectateurs de TF1 entendent soudain Jean-Pierre Pernaud leur dire ceci : « Il y avait un autre événement important dans la matinée. L’hommage national rendu il y a quelques minutes à Michel Rocard aux Invalides par Valéry Giscard… par… euuuuuh… François Hollande. L’ancien Premier ministre est décédé samedi dernier à l’âge de 85 ans. »... (...)

Vous voulez en savoir plus ? Achetez la version numérique du magazine ! 0,99€ seulement

Didier Balbec

À découvrir

Sur le même thème