France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Pernaut : “Je suis guéri !”

Actualités

Jean-Pierre Pernaut : “Je suis guéri !”

Publié le 25 avril 2019

Le journaliste Jean-Pierre Pernaut vient d’annoncer une nouvelle qui réjouira ses fans.

C’est un véritable miraculé ! Le roi du JT de 13 heures sur TF1 qui, dès que la maladie lui avait été diagnostiquée, avait décidé de jouer le jeu de la vérité avec son public, vient de révéler l’heureux épilogue de son combat. « Le médecin m’a affirmé que je pouvais me considérer comme guéri de mon cancer ! », a-t-il en effet annoncé dans l’hebdomadaire Paris Match. Oui, vous avez bien lu ! Quatre mois après son retour à l’antenne, le présentateur et journaliste a vaincu le fléau qui le rongeait.

Il se souvient encore du jour où on lui a appris la terrible nouvelle : « J’ai passé un examen de routine chez mon urologue, se souvient-il, comme tous les hommes devraient le faire plus souvent. 40 % d’entre eux [sic] sont atteints par cette maladie [le cancer de la prostate, ndlr], 10 % seulement en meurent. J’en parle pour informer.  »

L’homme de télévision, dans son malheur, a toujours pu compter sur le soutien indéfectible de sa chère et tendre, qui, elle aussi, a dû lutter contre le « crabe » pendant de longues années : « Nathalie m’a rassuré, son cancer était bien plus grave que le mien. »

Il est aussi conscient de sa chance d’avoir été pris en charge à temps : « Il s’agissait d’une opération lourde, même si elle s’est très bien déroulée. Et je ressens encore un peu les effets de l’intervention et de l’anesthésie […] Par chance encore, je n’ai pas eu besoin de traitement après : cette opération a éliminé la bête. »

Sa volonté, sa rage de vivre lui auront été par ailleurs d’un grand secours pour ne pas se laisser abattre dans les moments les plus pénibles : « Jamais je n’ai pensé que je ne reviendrais pas, je n’ai pas songé à l’après JT », a-t-il expliqué dans les colonnes de notre confrère. Ce désir de retrouver le plus vite possible son public de fidèles l’a même poussé à retrouver les plateaux un peu plus tôt que prévu : « Je me suis arrêté deux mois ; mon médecin aurait préféré que j’en prenne trois, a-t-il ajouté. Impossible de faire autrement quand on est passionné. »

Et s’il confesse, en plaisantant, ne pas encore pouvoir faire de footing chaque matin (car le Picard ne s’adonnait déjà pas aux joies de la course à pied avant cette épreuve), à 69 ans, cette force de la nature se veut résolument optimiste : « Je vais bien, la forme revient. » 

Ses fans peuvent donc respirer : le chantre de la France profonde est revenu, plus fort que jamais, et ne veut surtout pas entendre parler de retraite.

Claude LEBLANC

À découvrir