France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Pernaut : La rechute !

Actualités

Jean-Pierre Pernaut : La rechute !

Publié le 14 mars 2019

Son épouse, Nathalie Marquay, a été obligée de donner des nouvelles rassurantes de Jean-Pierre Pernaut avant que la rumeur ne devienne incontrôlable.

Son absence soudaine avait, l’an dernier, inquiété les fidèles téléspectateurs du JT de la mi-journée de TF1. En effet, le 24 septembre 2018 à 13 heures, alors que retentissaient les dernières notes du générique de présentation de ce rendez-vous quotidien incontournable pour des millions de Français, Jean-Pierre Pernaut n’était pas à son poste ! Le lendemain, c’est son épouse Nathalie qui, sur son compte Twitter, donnait la raison de cette défection, expliquant que son amoureux, atteint d’un cancer de la prostate, avait subi une intervention chirurgicale. Celle qui, à l’âge de 30 ans, a elle-même été victime d’une leucémie, se voulait rassurante et avait indiqué que son mari allait bien, merci. Peu après, c’est le journaliste lui-même qui s’était exprimé afin de faire taire les rumeurs alarmantes sur son état de santé qui commençaient à enflammer les réseaux sociaux.

Mais aujourd’hui, alors que le présentateur vient de fêter le 22 février, son 31e anniversaire en tant que présentateur du journal, il semble bien qu’une nouvelle attaque ne vienne assombrir cette joyeuse célébration. Une rechute que certains oiseaux de mauvais augure pourraient considérer comme inévitable.

Jean-Pierre avait pourtant l’air de s’être bien remis de son opération, luttant activement, toujours avec le soutien de sa tendre épouse, pour vaincre cette terrible maladie. Le 12 janvier, le journaliste avait d’ailleurs tenu à montrer à tous qu’il avait bel et bien gagné la partie contre la maladie, en confiant au micro d’Isabelle Ithurburu, dans Bonsoir ! sur Canal + : « Je suis guéri. Mon médecin m’a dit que je pouvais dire que j’étais guéri », tout en nuançant malgré tout son bonheur de se savoir tiré d’affaire : « Bon, on va faire quelques petits contrôles pendant quelques années, mais je suis guéri. » 

Des nouvelles rassurantes confirmées par Nathalie, qui a tenu à clamer haut et fort le 21 février dans C’est que de la télé, présentée par Valérie Benaïm, sur C8 : « Mon mari approche des 70 ans, il est apte à travailler et il est en pleine forme ! »

Mais alors, si le pape du JT de 13 heures de la Une se porte comme un charme, quel épouvantable fléau a bien pu s’abattre sur lui tout récemment et le laisser exsangue ? Eh bien, la souffrance du chantre des régions de France n’est pas, rassurez-vous, d’ordre physique. Elle n’en est pas moins implacable et difficile à vivre… 

Le pire est qu’elle lui a été infligée par ses pairs ! C’est en effet dans l’édition du Canard enchaîné datée du mercredi 20 février que Jean-Pierre Pernaut est accusé de racisme ! Certes, ce n’est pas la première fois que le journaliste est ainsi vilipendé. Dans son édition du 10 novembre 2016, à la suite d’un reportage sur les SDF, sa phrase dans laquelle il opposait les sans-abri et les migrants avait eu pour conséquence de déchaîner les passions des téléspectateurs et des internautes, et même de provoquer une réaction outrée de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). 

Rebelote en 2017, lorsque le présentateur s’était étonné de l’enquête visant Marine Le Pen, accusée d’employer fictivement des attachés parlementaires en tant que députés européens : « On est à juste soixante jours du premier tour de l’élection présidentielle […], avait-il commenté et pourtant, ce matin, encore une opération de police contre le Front national. » Nouvelle tempête de réactions outragées…


Aujourd’hui, Pernaut est accusé d’avoir demandé à son équipe de couper une scène dans un reportage dédié au projet de loi rendant obligatoire la présence des drapeaux français et européens et l’affichage des paroles de La Marseillaise dans les salles de classe. Selon le journal satirique, ces quelques secondes de micro-trottoir donnaient la parole à une maman d’élève portant un voile, ce que Jean-Pierre aurait refusé de montrer. « Il n’y aura pas de femmes voilées dans mon journal », aurait-il dit. Et d’ajouter : « C’est mon journal, je fais ce que je veux. » La révélation a fait grand bruit, les médias relayant l’affaire, certains rapportant d’autres anecdotes pour enfoncer le clou. Sur Twitter, Ahmed Tazir, de la chaîne LCP, confie : « Un ancien reporter de TF1 me raconte : lors d’un traditionnel reportage ski dans les Alpes, Jean-Pierre Pernaut, himself, au téléphone avec ledit journaliste : “On est bien d’accord, on fait comme on a dit, pas d’interviews de Noirs ni d’Arabes…” »

Alors que la fameuse séquence coupée au montage était diffusée le soir même dans le JT de 20 heures, permettant ainsi à cette mère de s’exprimer, dès le lendemain de la parution de l’article du Canard, une voix s’élevait pour défendre le présentateur. 

Dans Touche pas à mon poste, toujours le 21 février, Valérie Benaïm expliquait en effet avoir demandé à Nathalie Marquay de communiquer la version des faits de son mari. Elle a donc confié à la présentatrice les propos de son époux : « Je ne comprends pas d’où ça sort. Il suffit de regarder mes JT, il y a toujours eu des femmes voilées, des personnes de couleurs. Il y a toujours eu de la diversité dans mes JT. Il suffit de les regarder et on verra qu’il y a des femmes voilées aussi”. »

Clara MARGAUX

À découvrir