France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Pernaut : Quelle gifle !

Actualités

Jean-Pierre Pernaut : Quelle gifle !

Publié le 14 avril 2015

  Tandis que ce début d’après-midi s’écoulait tranquillement, ses � paroles ont dépassé la pensée de Jean-Pierre Pernaut.Tandis que ce début d’après-midi s’écoulait tranquillement, ses � paroles ont dépassé la pensée de Jean-Pierre Pernaut.

Ce n’est pas parce qu’on est à la veille du week-end de Pâques que l’on apprécie forcément de se faire… sonner les cloches ! C’est pourtant ce qui est arrivé à Jean-Pierre Pernaut, vendredi dernier.

Ce jour-là, à peine son Journal de 13 heures sur TF1 déroulait-il son générique de fin, que le pauvre Jean-Pierre voyait une meute d’internautes en furie se jeter sur lui pour le déchiqueter à belles dents. Comme si ça ne suffisait pas, c’est carrément un député qui lui adressait un courrier pour se plaindre et protester.

Quel « crime » inexpiable avait donc commis le journaliste vedette de la Une pour susciter une telle vague d’indignation ? Eh bien, en fait, pas grand-chose. Un simple lapsus, une maladresse de présentation. Une coïncidence fâcheuse, qui a aussitôt pris des proportions tout à fait imprévisibles. Mais reprenons les faits.

Nous sommes donc le 3 avril, sur TF1. Jean-Pierre Pernaut vient de terminer la première partie de son journal, celle plus spécifiquement consacrée à l’actualité du jour. Il aborde maintenant la seconde partie, que beaucoup de téléspectateurs préfèrent, durant laquelle il fait découvrir des aspects méconnus de notre pays, voire de nos voisins immédiats.

Chatouilleux

Justement, c’est tout sourires que Jean-Pierre annonce qu’il va maintenant nous emmener « faire un petit tour en Allemagne ». Hélas, lorsqu’il envoie le reportage, ce qu’on découvre ce sont des images de… Strasbourg ! Aïe ! Quelle bévue ! Il aurait mis Givet en Belgique ou Hendaye en Espagne, probablement que ni les Ardennais ni les Basques ne s’en seraient beaucoup émus, et l’affaire serait passée inaperçue dans le reste de la France.

Seulement, les Alsaciens, eux, sont fort chatouilleux sur ces questions d’identité et d’appartenance. C’est du reste parfaitement normal : quand on a été français durant deux siècles, qu’on est devenu allemand en 1870, puis de nouveau français en 1918, et encore allemand en 1940, avant – enfin ! – de redevenir français en 1944, eh bien, on n’aime pas trop être titillé sur sa nationalité !

Surtout en ce moment, alors que l’Alsace vient de perdre son statut de région autonome, pour être associée à la Lorraine et à la Champagne…

André Schneider, Assemblée nationale.
André Schneider, Assemblée nationale.

C’est à cause de cette hypersensibilité de nos amis alsaciens que le député UMP de Strasbourg, André Schneider, a aussitôt adressé une vigoureuse protestation à Jean-Pierre Pernaut. Il lui écrit notamment ceci : « Ai-je besoin de vous rappeler que la capitale de l’Alsace est en France ? Vous avez certes souhaité faire une comparaison entre l’Allemagne et la France mais la formulation de l’annonce du reportage était, permettez-moi de le souligner, pour le moins maladroite. »

C’est ce qui s’appelle se prendre une bonne gifle ! Qui allait être suivie d’un paquet d’autres, car les internautes n’ont pas tardé à suivre ! Citons l’un de ces commentaires, pris au hasard sur le site les Dernières nouvelles d’Alsace : « Il y a des lapsus ou des maladresses qui ne trompent pas !!! Je vis en région parisienne depuis cinquante-six ans, et peu de gens connaissent l’Alsace ! Très souvent, des gens me disent : “De toute façon vous êtes plus allemands que français.” À quoi il m’arrive de répondre que nous avons été européens avant tout le monde ! Et toc ! »

Heureusement pour Jean-Pierre Pernaut, la contre-attaque arrive assez rapidement, d’autres internautes se rendant compte que les accusations portées contre lui ne tiennent pas debout. Ce que dit celui-ci est particulièrement intéressant : « S’il est un journaliste qui parle très souvent de l’Alsace dans son journal, et en bien, c’est justement Jean-Pierre Pernaut : c’est un amoureux de l’Alsace au point d’avoir épousé une Alsacienne. »

Très juste ! Car si Nathalie Marquay est née à Comines, c’est-à-dire dans le Nord, elle n’en a pas moins, en 1986, été élue… Miss Alsace ! Et où Jean-Pierre et elle se sont-ils rencontrés pour la première fois ? Lors de l’élection de Miss France 2002, qui avait lieu… à Mulhouse, dans le Haut-Rhin !

Par conséquent, soupçonner la star de TF1, Jean-Pierre Pernaut de ne pas savoir que Strasbourg est en France relève soit de la bouffonnerie, soit de la mauvaise foi. Et ce sera mon dernier mot, Jean-Pierre !

Pierre-Marie Elstir

À découvrir

Sur le même thème