France Dimanche > Actualités > Jeane Manson : “Je tremble pour mes filles !”

Actualités

Jeane Manson : “Je tremble pour mes filles !”

Publié le 12 août 2014

En pleine tournée dans le sud de la France, la chanteuse est terrifiée de savoir ses enfants au cœur d’un � conflit �qui les dépasse.

Alors qu’elle fêtera bientôt ses 64 printemps, l’inoubliable interprète d’Avant de nous dire adieu continue de sillonner les routes du sud de la France avec une série de concerts*. Une tournée estivale durant laquelle Jeane Manson, entourée de neuf musiciens, fait chanter et danser chaque soir près de deux mille personnes au rythme de ses plus grands succès bien sûr, mais aussi des titres de son nouvel album, Viviré**.

Jeane Manson seuleCes fans conquis ne soupçonnent cependant pas une seconde que, derrière son pétillant sourire, la chanteuse dissimule une terrible angoisse. Celle d’une mère tremblant pour ses filles qui vivent en Israël.

France Dimanche (F.D.) : Jeane, comment vivez-vous cette situation ?

Jeane Manson (J.M.) : C’est terrible de savoir mes enfants sous les bombes. Ma fille Shirel, qui a 36 ans, vit là-bas depuis plusieurs mois et participe en ce moment à l’émission The Voice [actuellement suspendue à cause du conflit, ndlr] où ça marche fort pour elle. Elle me raconte que pendant qu’ils chantent, soudain, il y a la sirène qui retentit. Du coup, ils sont obligés de tout arrêter et de courir se cacher dans les abris antibombes. Dans toutes les maisons en Israël, il y a un bunker, c’est obligatoire. Et puis, une fois l’alerte passée, ils ressortent et reprennent leurs activités. C’est comme ça toute la journée.

F.D. : Votre cadette est, elle aussi, en Israël…

J.M. : À 26 ans, Marianne est partie là-bas, où elle a été engagée comme productrice du journal télévisé du soir sur la chaîne i24, l’équivalent de notre chaîne d’information en continu, BFM. Même sur les directs, dès que la sirène se met à hurler, ils stoppent tout pour rejoindre les abris. Ce n’est pas simple.

En juin dernier, la chanteuse rendait visite à ses filles, Shirel (à g.) et Marianne (à dr.). Photos : Collection Personnelle
En juin dernier, la chanteuse rendait visite à ses filles, Shirel (à g.) et Marianne (à dr.). Photos : Collection Personnelle

F.D. : Vous-même étiez là-bas récemment…

J.M. : Oui, il y a un mois, j’étais avec elles. J’en suis repartie juste avant que la guerre n’éclate pour de bon. J’ai aussi mes petits-enfants là-bas, les petits de Shirel, Liam, qui a 5 ans, et Luna Jeane, 4 ans. C’est horrible pour eux, vous imaginez ? Quelle enfance meurtrie ! Évidemment, je pense aussi à tous les enfants morts en Palestine. La guerre est une infamie. Heureusement, je les ai tous au moins une fois par jour au téléphone. J’ai besoin de les entendre, de savoir qu’ils vont bien. Qu’ils sont en vie, tout simplement. Shirel a déménagé récemment à la campagne, mais elle entend toujours les sirènes. Hier, je lui ai demandé si ça se calmait un peu, elle m’a répondu : « Non Maman, c’est incessant ! »

F.D. : Avez-vous peur pour elles ?

J.M. : Bien sûr ! Qui ne serait pas terrifié de savoir qu’on peut être dans sa voiture et se prendre une bombe sur la tête ? Malheureusement, là, je ne peux pas y aller car j’ai des engagements à honorer ici.

F.D. : Vos filles ne souhaitent pas rentrer ?

J.M. : Non. Aujourd’hui, elles ont tellement l’habitude qu’elles n’ont presque plus peur. La sirène retentit, durant une minute environ. Le temps s’arrête, comme suspendu. La roquette éclate et la vie reprend ses droits. Mais vous savez, Israël est un pays extraordinaire, où il existe une grande solidarité, où les gens sont main dans la main, tentant de s’en sortir comme ils le peuvent et surtout de ne pas mourir.

Jeane Manson naiadeF.D. : Comptez-vous retourner en Israël prochainement ?

J.M. : Bien sûr, j’ai prévu de m’y rendre dès la fin du mois d’août. Si quelque chose devait leur arriver, je n’aurais plus rien dans mon existence. Je ne peux pas vivre si je n’ai plus mes enfants.

F.D. : Vous habitez en Espagne désormais…

J.M. : Oui, depuis deux ans et demi maintenant et j’ai le sentiment d’être revenue à mes racines. Je parle parfaitement espagnol, puisque j’ai été élevée au Mexique. Les odeurs, les couleurs, les teints hâlés… tout me rappelle mon enfance là-bas, que j’adorais.

[box type="info" style="rounded"]Pour information :
*Concerts le 16 août à Bédoin (84), le 17 à Roquemaure (31), le 27 à Saint-Paul-Trois-Châteaux (26). Et la tournée Var-Matin jusqu'au 24 août 2014.
**Viviré, Stick Music/Buzic, dans les bacs ou sur son site internet de jeane manson [/box]

Caroline Berger

À découvrir