France Dimanche > Actualités > Jeanne Moreau : Les souvenirs d'une femme amoureuse...

Actualités

Jeanne Moreau : Les souvenirs d'une femme amoureuse...

Publié le 24 juillet 2009

Celle qui avait débuté dans la cité des Papes en 1947, Jeanne Moreau est de retour au festival d'Avignon, toujours passionnée et indomptable...

«Vous savez, des hommes, il y en a eu !», déclare-t-elle de sa célèbre voix éraillée et avec un sourire espiègle. Jeanne Moreau, cheveux blond cendré, regard pétillant, affiche fièrement ses 81 printemps et ses rides. À l'automne de sa vie, la grande actrice française, à la carrière exceptionnelle, se confie enfin sur ses amours !

Dans un entretien au Nouvel Obs, Jeanne Moreau révèle que son parcours impressionnant n'est pas seulement jalonné par des chefs-d'œuvre ( plus de 100 films ), mais aussi par les hommes qu'elle a aimés. Des amants qui étaient souvent des stars de cinéma. Il suffit de se pencher sur sa filmographie pour découvrir les « mâles » qui sont tombés amoureux de Jeanne Moreau.

Le 23 janvier 1928, Jeanne voit le jour dans un milieu qui la destine à briller sous les projecteurs et à monter sur une scène. Sa mère, d'origine anglaise, est danseuse ; son père est le patron de La Cloche d'or, une brasserie parisienne du IXe arrondissement, ouvert tard le soir, où se croisent les noctambules.

->Voir aussi - Jeanne Moreau : Privée d'amour depuis toujours !

Théâtre

Après la guerre, l'adolescente achève ses études dans la capitale, dans d'étranges conditions : sa famille loge... dans un hôtel de passe ! Curieuse et d'un contact facile, l'adolescente se lie d'amitié avec les prostituées. « Elles m'aimaient bien et, comme j'étais parfaitement bilingue, à leur demande j'écrivais des lettres d'amour à leurs clients, les GI, les soldats américains encore présents après la Libération », se souvient-elle.

En même temps que le lycée, Jeanne suit, en cachette de ses parents, des cours de théâtre. À 18 ans, elle entre comme auditrice à la Comédie-Française et, l'année suivante, obtient un petit rôle dans Le lever du soleil. Toujours en 1947, Jeanne Moreau participe à la première édition du festival d'Avignon, où elle joue dans trois pièces. C'est décidé : elle sera comédienne et rien d'autre ! Trois ans plus tard, elle fait ses vrais débuts au cinéma. Elle a 22 ans.

Divorces

En 1952, elle retourne sur les planches du festival d'Avignon pour jouer dans Othello . C'est à cette occasion que le grand Orson Welles la remarque ! Pourtant, Jeanne préfère rester en France. Il faut dire qu'elle vient de tomber sous le charme de... Gérard Philipe ! « C'était un véritable ange !», se souvient-elle.

Des hommes, il y en aura d'autres, et aussi talentueux ! En 1958, c'est du grand cinéaste Louis Malle dont elle s'éprend... et réciproquement ! Il lui offre son premier grand rôle dans Ascenseur pour l'échafaud. « Miles Davis qui composait la musique était fou de moi, mais je n'avais d'yeux que pour Louis Malle », sourit-elle.

Ce dernier va encore transcender son talent dans Les amants, film qui fait scandale à la fin des années 1950, mais qui va permettre à la comédienne d'accéder au statut de star : elle a tout juste 30 ans. François Truffaut renforce auprès du public l'image sulfureuse de Jeanne, en la choisissant pour le trio, osé pour l'époque, de Jules et Jim.

Les récompenses de la profession commencent à pleuvoir... et les amants célèbres se pressent à sa porte ! Au début des années 1960, Jeanne donne son cœur à Marcello Mastroianni, rencontré sur le tournage de La Notte d'Antonioni. Mais Marcello passera, lui aussi...

À 40 ans, Jeanne part à la conquête des États-Unis, où elle rencontre Burt Lancaster et, surtout, Lee Marvin. « J'ai eu une aventure avec lui sur le tournage du western Monte Walsh », confie-t-elle. Puis, à la fin des années 1970, à New York, elle épouse William Friedkin, le réalisateur de L'Exorciste, dont elle divorcera deux ans plus tard. Deuxième échec pour Jeanne, qui s'était déjà mariée en 1949, avec un cinéaste français dont elle a eu un fils.

Au bout du compte, son grand amour reste son art. La preuve : cet été, soixante ans après y avoir débuté, Jeanne Moreau retrouve le festival d'Avignon ! Jeanne la passionnée prendra-t-elle enfin sa retraite ? « S'arrêter ? Pour quoi faire ?», aime-t-elle répéter.

Christophe Cavalier

À découvrir