France Dimanche > Actualités > Jenifer : Sous le coup d’une terrible menace !

Actualités

Jenifer : Sous le coup d’une terrible menace !

Publié le 24 mai 2015

Alors que � The Voice � arrive à la finale tant attendue, la chanteuse Jenifer, membre du jury, doit affronter un monstre terrifiant, contre lequel elle ne peut rien.

Dans le jury de The Voice, le rayon de soleil, c’est elle, Jenifer. Et ça dure depuis trois ans ! Cette année encore, à la veille de la finale, prévue ce samedi 25 avril, la tension est à son comble entre nos quatre jurés, Florent Pagny, Zazie, Mika et la jolie brune.

Mais ce qui change par rapport aux éditions précédentes, c’est que la chanteuse corse semble depuis quelque temps moins à son aise ; comme si une chose la contrariait, dont elle ne voulait pas parler.

Elle devrait pourtant être tout sourires, la belle, puisque, après la fin de cette saison 5 de The Voice, l’artiste va pouvoir songer un peu plus à son nouveau grand amour, Thierry, et au bébé qu’ils ont eu ensemble en août dernier. Bref, la perspective de ses traditionnelles vacances dans sa chère île de Beauté devrait suffire à lui mettre des étoiles plein les yeux. Or, il n’en est rien…

C’est que Jenifer craint le pire, en sachant que pèse aujourd’hui sur ce qu’elle chérit le plus au monde depuis son enfance, une grave menace, qui pourrait, si elle se précisait, aller jusqu’à entraîner sa mort.

Déjà, en 2014, l’été de Jenifer avait été assombri et en partie gâché par l’éprouvant combat entrepris afin de sauver l’honneur de sa famille. La chanteuse avait en effet découvert, atterrée, que, peu de temps avant sa disparition, sa grand-mère adorée avait été spoliée, notamment de la vieille maison de Palneca où elle est née.

Mais, cette année, c’est pire encore, et bien plus effrayant : c’est la Corse elle-même qui est menacée, et en particulier cette région du Talavo, d’où Jenifer conserve ses souvenirs les plus précieux et les plus heureux.

Angoisse

Tout peut se résumer à un nom barbare : Xylella fastidiosa. Il s’agit d’une bactérie qui, depuis 2010, ravage la région italienne des Pouilles, dont les côtes ne sont qu’à quelques centaines de kilomètres de la Corse-du-Sud. Transporté par des insectes, ce monstre microscopique s’attaque à toutes sortes d’arbres et de plantes, qu’il tue par asphyxie : pruniers, agrumes, myrte, romarin, vigne, caféiers, lauriers-roses… et surtout les oliviers. Dans les Pouilles, des milliers d’entre eux ont déjà péri.

Or, à la vitesse où elle progresse, Xylella fastidiosa menace directement la Corse, plus spécialement sa partie sud où se trouve une grande concentration d’oliviers, c’est-à-dire autour de Palneca, le village d’enfance de Jenifer ! « Si elle parvient jusqu’ici, tout sera dévasté ! » prévient Don-Pierre Corsi, un enfant de Sainte-Lucie-de-Tallano, village situé à 40 kilomètres de celui de Jenifer.

Le préfet lui-même, tout en se voulant rassurant, confie, loin des micros, que si la bactérie se répandait dans l’île, la crise serait aussi grave que celle engendrée par le tristement célèbre phylloxéra qui, à la fin du xixe siècle, avait ravagé la totalité des vignobles de France !

Désormais, les Corses tremblent, et Jenifer, l’enfant du pays, tremble avec eux. Comment pourrait-elle, sans frémir, imaginer la ruine qui guette tant de ces cultivateurs, qui vivent de la vigne ou de l’huile d’olive depuis des générations et au milieu desquels elle a grandi ?

Comment pourrait-elle envisager, sans un profond désespoir, de voir mourir les paysages qui ont bercé son enfance et qu’elle croyait sans doute éternels ? Assister à l’abattage de ces magnifiques oliviers, dont certains s’enracinent ici depuis 2 000 ans ?

Alors, si vous regardez la finale de The Voice, samedi soir, et si par hasard vous trouvez que Jenifer a un peu moins la « pêche » qu’à l’ordinaire, qu’elle ne respire pas sa joie de vivre habituelle, vous saurez pourquoi. Vous saurez qu’elle se débat dans l’angoisse depuis des semaines, des mois, et craint de voir disparaître la partie la plus précieuse de sa vie, le décor de son enfance heureuse. Et vous pourrez la plaindre de tout cœur.

Pierre-Marie Elstir

À découvrir