France Dimanche > Actualités > Jérôme Commandeur : Il ne jette rien !

Actualités

Jérôme Commandeur : Il ne jette rien !

Publié le 30 mai 2019

À cause de cette manie, l’humoriste Jérôme Commandeur en veut beaucoup à sa mère qui balance ses affaires à la poubelle.

Depuis ses débuts dans Graines de star sur M6, il en a fait du chemin ! Radio, télévision, cinéma, l’humoriste a même présenté la cérémonie des Césars 2017, mission dont il s’est tiré avec les honneurs, pliant de rire un public pourtant réputé difficile. Quant à son dernier spectacle, Tout en douceur, qui vient de démarrer et restera à l’affiche du Casino de Paris jusqu’au 5 janvier 2020, il fait salle comble.

Mais à 43 ans, Jérôme Commandeur ne collectionne pas seulement les succès. Comme il s’en est ouvert dans un entretien accordé à Gala, ce grand sentimental garde tout ce qu’il trouve « beau, décalé, drôle ». Une habitude que l’acteur interprète à sa façon : « C’est peut-être une manière de retenir le temps. De continuer à croire que les jours ne passent pas si vite que ça. » Cette manie d’accumuler des objets de façon compulsive, baptisé syndrome de Diogène, l’humoriste la tient de son père, dessinateur industriel chez Peugeot. Elle a en revanche le don d’agacer sa mère, d’origine sicilienne qui, elle, jette tout. Y compris les affaires de son célèbre fiston, ce qui a donné lieu à une brouille.


Ainsi que l’a raconté l’humoriste, il avait laissé chez l’auteure de ses jours deux précieux carnets emplis d’autographes de personnalités croisées tout au long de son parcours : les Nuls, mais aussi Simone Veil ou Michel Rocard, rencontrés lors d’un stage à France 3.

Hélas, si peu encombrants soient-ils, ces cahiers n’ont pas résisté à la tornade maternelle. « Il y a cinq, six ans de ça, j’ai demandé à ma mère où étaient ces cahiers, et là, elle a balayé la question d’un revers de main : “Oh écoute, je ne sais pas, j’ai fait du rangement…” »

Jérôme, on peut le comprendre, en a été très fâché, mais pas seulement. Après toutes ces années, cela reste un vrai traumatisme pour lui, au point qu’il n’a toujours pas réussi à pardonner à sa mère. « Ça ne passe pas. J’ai besoin d’en reparler. J’essaie de me raisonner, ça ne marche pas. Je ne le digère pas », confie-t-il encore. Et pour une fois, l’humour ne lui est d’aucun secours ! n

Lili CHABLIS

À découvrir