France Dimanche > Actualités > Joe Biden : Son fils drogué et alcoolique !

Actualités

Joe Biden : Son fils drogué et alcoolique !

Publié le 8 mai 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

À 51 ans, Hunter, le fis de Joe Biden, est complètement dépendant de ces dangereuses substances…

Le 6 avril, le président des États-Unis, Joe Biden, a dû retenir son souffl e. Car même s'il s'agit de l'un des hommes les plus puissants au monde, à cette date, il était avant tout un père. Celui de Hunter, son second fi ls, qu'il a eu avec Neilia, sa première épouse. Ce jour-là, en effet, Hunter, avocat et homme d'affaires de 51 ans, publiait, sous le titre Beautiful Things (ou « Belles choses »), sa poignante autobiographie aux éditions Gallery Books, traduite en français en septembre prochain, chez Albin Michel.


Le fils cadet du président a connu son lot de vicissitudes. En décembre 1972, il réchappe, avec son frère, Beau, d'un terrible accident de voiture qui les blesse grièvement. En revanche, sa mère et sa jeune sœur, âgée d'un an, y perdent la vie. En 2015, son frère aîné succombe à un cancer… Bien sûr, dans son autobiographie, Hunter revient sur ces événements qui l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui. Mais surtout, il aborde sans fard un sujet tabou : ses addictions.

En 2013, il avait été contrôlé positif à la cocaïne, alors qu'il s'occupait des relations publiques de l'US Navy. Renvoyé, il avait à cette époque affirmé avoir absorbé cette drogue à son insu. Mais il y a quelques mois, le fils du président a confié qu'il rencontrait des problèmes avec les stupéfi ants et l'alcool, lors d'une interview au magazine The New Yorker. Il y décrit cette sensation de « tunnel sans fi n » qu'il éprouvait, incapable qu'il était de se libérer de l'emprise de ces substances. « Vous apprenez à vivre avec », avoue-t-il.

Or cette fois, dans Beautiful Things, il va beaucoup plus loin, révélant avoir été accro au crack ! Un stupéfiant à base de cocaïne qui se fume et est particulièrement dévastateur ! Crise cardiaque, AVC, ses adeptes sont victimes de graves traumatismes, quand ils n'en meurent pas…

Hunter raconte donc qu'il avait même emménagé avec un SDF qui partageait cette même dépendance et révèle aussi avoir passé un mois entier, seul dans un appartement, à ingurgiter de la vodka…

Mais, dit-il, son père l'a toujours soutenu. « Il m'a aidé à garder en tête que tout n'était pas perdu », et ajoute qu'il ne l'a « jamais jugé, aussi mal que les choses aient pu tourner ».

Aujourd'hui, Hunter se dit tiré d'affaire, après plusieurs cures de désintoxication. Espérons-le pour lui. Et pour son père, qui a déjà connu tant de tragédies dans son existence. 

Laurence PARIS

À découvrir