France Dimanche > Actualités > Johnny Hallyday : Il savait que ce serait la guerre !

Actualités

Johnny Hallyday : Il savait que ce serait la guerre !

Publié le 9 novembre 2018

jh-20181031

Deux ans avant de mourir, Johnny Hallyday avait livré à un ami qu’il pressentait et anticipait la lutte féroce autour de son héritage.

Certains ont pu donner de Johnny l’image d’un être qui vivait dans sa tête et dans la musique, plus que dans une existence réelle. Comme si, une fois pour toutes, la star avait remplacé l’homme et que, même dans son intimité, Hallyday se prenait pour Hallyday. Mais il n’en était rien. Le rocker avait consciemment bâti cette image, pour qu’on le laisse gérer tranquille son mal à l’âme et ses blessures d’enfance. En vérité, Jean-Philippe Smet était un être sensible et intelligent, tellement sans doute que c’est pour éviter de trop souffrir qu’il s’était fabriqué ce personnage. Il était tellement habité par le blues qu’il ne fallait pas lui demander autre chose que ce qu’on attendait de lui : monter sur scène, s’adonner aux paradis artificiels, quels qu’ils fussent, pour se tenir très loin de la réalité.


S’il a tenté d’échapper le plus possible aux contingences, Johnny conservait une grande lucidité. Son blouson noir n’avait pas recouvert sa matière grise. Le chanteur avait compris beaucoup de choses, les avait analysées et en avait tiré les conséquences qui s’imposaient. Ce trait de caractère, cette conscience du monde dans lequel il vivait, nous est révélé dans la nouvelle biographie qui lui est consacrée, Johnny Hallyday, ni dieu ni diable, parue cette semaine aux éditions Robert Laffont. Elle est signée par deux hommes qui l’ont bien connu : Gilles Lhote et Patrick Mahé.

Comme ils le relatent dans l’ouvrage, le 8 mars 2015, Johnny se trouve en Californie et vient voir son grand et fidèle ami Christian Audigier. Ils sont complices depuis plus de vingt ans. Ce dernier, natif d’Avignon, a fait fortune en créant des vêtements aux États-Unis, après avoir compris qu’il n’y avait pas de meilleure publicité pour une marque que de les faire porter par des stars. Le rocker avait confié à Paris Match : « Comme moi, Christian est “né dans la rue” ou presque. Comme moi, il a été abandonné par son père. Comme moi, il a rêvé d’Amérique. Comme moi, il est du signe des Gémeaux. Presque un jumeau. » Audigier avait même créé une collection qui portait le nom de Smet – Smet Born on the Streets.

En cette année 2015, c’est cette forte amitié qui a poussé Johnny à se rendre chez Christian. Car ce dernier a découvert quelques mois plus tôt qu’il était atteint d’un « syndrome myélodysplasique », un très grave cancer de la moelle osseuse. Mais ce battant ne s’avoue pas vaincu. Il est bien décidé à lutter de toutes ses forces contre son mal. En épousant sa compagne, Nathalie, le 7 mars 2015, c’est comme s’il s’adressait à son cancer pour lui dire : ce n’est pas parce que tu es là que je vais arrêter de vivre.

Johnny arrive dans la maison de Christian, à Beverly Hills, accompagné de sa tribu : Læticia, Jade et Joy, ainsi qu’Elyette Boudou, la grand-mère de Læticia, « Mamie Rock ». Une magnifique photo immortalisera ce moment de camaraderie et de joie, où l’on voit le maître de maison, Audigier, en bout de table, souriant et heureux avec, tout près de lui, un chanteur au visage ravi. On pourrait croire que tout va bien dans le meilleur des mondes et que rien de mauvais ne saurait arriver aux convives de ce jour.

Alors que les invités sont installés dans les profonds canapés et échangent des propos, Christian explique à Johnny où il en est de sa chimiothérapie, précisant qu’il espère avoir trouvé un donneur pour une greffe, avant d’ajouter : « Je suis rassuré parce que je prépare mon testament depuis que j’ai appris la maladie dont je souffre. » Audigier explique alors, selon ses deux biographes, que ses quatre enfants (issus de deux mariages précédents) et la femme qu’il vient d’épouser, Nathalie, se partageront ses biens. Johnny acquiesce d’autant plus volontiers qu’il comprend bien la situation que son ami lui décrit : quatre enfants, nés de différentes unions, et une jeune épouse… Et comme Christian, le rocker est à la tête d’un patrimoine impressionnant. En 2009, il a frôlé la mort, sentant son souffle passer tout près de lui. La réponse qu’il fournit à Christian fuse : « Moi aussi, l’an dernier, j’ai rédigé mon testament : j’ai décidé de mettre Læticia et les deux petites à l’abri. Je veux que toute leur vie elles soient tranquilles, qu’elles n’aient pas à galérer. Parce que, ajoute-t-il, dès que je disparaîtrai, les merdes vont se mettre à pleuvoir. »

Après lui, Johnny savait que ce serait le déluge. Et déluge il y a eu. Chaos même. Car, comme Gilles Lhote l’avait confié à VSD en mars dernier, cette conversation a eu une suite. Johnny aurait par ailleurs ajouté, comme s’il voulait se justifier auprès d’Audigier d’avoir privilégié Læticia et leurs deux filles : « Quant aux grands, écoute, je les aime, naturellement, mais je leur ai déjà offert pas mal de choses. Et quand ils ont eu besoin de blé, je leur en ai filé. De plus, David a fait un beau mariage, il se débrouille très bien dans ce qu’il fait. Laura est une bonne actrice et je sais qu’elle va elle aussi très bien se débrouiller. Donc, ma priorité va à ma famille actuelle. »

Aujourd’hui, ces deux hommes, deux complices qui avaient beaucoup en commun, ont tous deux disparu. Christian Audigier, le 9 juillet 2015. Johnny, le 5 décembre 2017. Mais leur histoire continue de s’écrire, avec leurs descendants, avec leurs créations, le tout dans une ambiance très rock’n’roll, à leur image.

Laurence PARIS

À découvrir