France Dimanche > Actualités > Johnny Hallyday : Le tendre secret de son bracelet

Actualités

Johnny Hallyday : Le tendre secret de son bracelet

Publié le 26 juillet 2013

  Parmi les nombreux bijoux dont le chanteur Johnny Hallyday aime se parer, il y en a un, cher entre tous, qui ne le quitte jamais...

Avec Jade et Joy, qu'il a adoptées en novembre 2004 et décembre 2008 avec Læticia, Johnny Hallyday est un vrai père tendre. Et même quand ses tournées l'obligent à s'éloigner d'elles, les deux petites sont bien présentes dans son cœur de rocker. Rien de plus normal quand on est parents, mais ce qui fait la particularité de Johnny, c'est qu'il a souhaité matérialiser ce tendre lien par un objet précieux. Depuis quatre ans, un bracelet qui ne quitte jamais son poignet le relie à ses filles en secret.

C'est l'histoire de ce bijou que nous avons pu reconstituer grâce au témoignage de Philippe Tournaire, le joaillier qui l'a réalisé en exclusivité pour le rocker.

Leur rencontre s'est faite à Saint-Étienne, dans la Loire, après un concert auquel assistait l'artisan d'art, comme il nous le raconte avec enthousiasme : « Le 8 mai 2009, Johnny Hallyday a démarré son Tour 66 à Saint Étienne. Personnellement, je n'étais pas spécialement fan, mais des proches m'ont convaincu d'assister au concert, m'affirmant que je ne perdrais pas ma soirée. Et ils ont bien fait d'insister !

J'ai été emballé par l'énergie, la générosité de l'artiste. Il se donne à fond à son public. Les 6 000 spectateurs étaient électrisés par Johnny. J'ai été pris de la même ferveur. Je suis retourné le voir le vendredi suivant, et j'ai fait comme tous les fans assidus, j'ai attendu de pouvoir le saluer dans sa loge.

Comme il passe un quart d'heure à discuter avec chacun de ses admirateurs, il était 3 h du matin quand j'ai pu enfin lui exprimer ma reconnaissance ! » De fait, le joaillier n'était pas venu saluer sa nouvelle idole les mains vides : « Je crée des bijoux depuis plus de quarante ans, poursuit-il, et chacune de mes créations comporte un symbole. Johnny m'a inspiré pour le motif d'une médaille en or que je destinais à Læticia, représentant deux petites mains, celles de chacune de ses filles, et deux mains d'adultes.

Johnny HQuand mon tour est arrivé et que j'ai voulu lui remettre la médaille, Johnny Hallyday l'a refusée, me disant : "C'est un cadeau pour Læticia, c'est à elle que vous devez l'offrir, elle va être ravie. Elle sera à Saint Étienne demain, venez la voir à l'hôtel du Golf. C'est pour elle, c'est à elle de vous remercier." »

Le lendemain, Philippe Tournaire était, bien sûr, au rendez-vous : « Nous avons sympathisé. L'idée de ces petites mains symbolisant l'amour que Læticia porte à ses deux filles a beaucoup touché Johnny. Il m'a alors demandé d'adapter ce symbole à un bracelet qui ne le quitterait pas.

Je lui ai proposé de graver chacune des petites mains de ses filles à l'intérieur du bracelet Free, le modèle que je portais moi-même. Il m'a passé commande, après avoir demandé une légère modification : "J'aimerais bien ça avec des diamants noirs", m'a-t-il lancé. Comme je faisais la grimace et cherchais des arguments pour le convaincre de renoncer à cette idée sans le fâcher, il a ajouté : "Je vois bien que ça ne vous emballe pas, mais des diamants noirs, c'est tellement plus rock'n'roll !"

Que pouvais-je lui opposer ? » Fort heureusement, le Tour 66 n'a pas été la tournée d'adieu de Johnny. Il est revenu chanter à Saint-Étienne en 2012, et le joaillier ne pouvait pas rater ça ! « C'était le 6 décembre, au Zénith, devant 6 000 Stéphanois en délire, continue Philippe. J'étais dans la salle quand il a dit : "Bonsoir Clermont !" au lieu de : "Bonsoir Saint-Étienne !" Personne ne lui en a voulu, il s'est repris immédiatement. »

Passion

Cette fois, l'artisan d'art était accompagné de son fils Mathieu, lui aussi créateur de bijoux. À l'issue du concert, ils ont rejoint Johnny Hallyday dans sa loge pour lui offrir deux objets réalisés par celui-ci. Ses créations étaient inspirées par la passion du rocker pour les Harley-Davidson et le style biker de la côte ouest des États-Unis.

Il s'agissait d'une boucle de ceinture en bronze ornée de têtes de mort, et de la bague Vanités, arborant de même une tête de mort en argent avec des yeux sertis de diamants noirs, « parce que c'est plus rock'n'roll », bien sûr !

Dominique Préhu

À découvrir