France Dimanche > Actualités > Johnny : Il a perdu sa voix à tout jamais !

Actualités

Johnny : Il a perdu sa voix à tout jamais !

Publié le 4 décembre 2014

L’homme qui fut
la doublure vocale
de Johnny Hallyday
durant 25 ans,
Érick Bamy est mort
jeudi 27 novembre,
à l’hôpital de Lille,
d’une maladie foudroyante,
à trois jours de
son 65e anniversaire.

Ce n’est pas seulement la star qui est catastrophée par la nouvelle, tombée vendredi dernier, c’est tout le clan Hallyday. Car tous savent que Johnny Hallyday a perdu sa voix, et qu’il ne la retrouvera jamais. Cette « voix » avait un nom, elle s’appelait Érick Bamy : pendant vingt-cinq ans, ce chanteur originaire de la Guadeloupe a en effet été la doublure vocale du rocker.

Bamy chantant dans le car pendant une tournée © capture youtube
Bamy chantant dans le car pendant une tournée © capture youtube

Durant un quart de siècle, c’est à lui et à personne d’autre que l’artiste confiait, avant chacun de ses concerts, la si importante « balance » : Érick le remplaçait au micro pour que les techniciens du son puissent équilibrer la voix et les instruments, afin que tout soit acoustiquement parfait pendant le spectacle. Érick Bamy s’est éteint le 27 novembre, à l’hôpital de Lille, des suites d’une « maladie foudroyante », comme l’a indiqué sa famille. Il aurait dû fêter ses 65 ans trois jours plus tard…

Avec Johnny en concert © capture youtube
Avec Johnny en concert © capture youtube

Amitié

Entre Johnny Hallyday et son « double » Erick Bamy, c’était surtout une histoire d’amitié, comme il l’avait confié à notre reporter Philippe Callewaert, en 2006, à une époque où il était presque totalement inconnu du grand public. Il lui avait notamment raconté comment s’était produite la rencontre qui devait bouleverser toute sa vie :

« J’avais environ 22 ans, et j’étais alors en séance d’enregistrement dans un studio parisien. Je me trouvais dans le hall du studio, en train de prendre un café à la machine, quand j’entends, dans mon dos, quelqu’un me demander si j’ai de la monnaie. Sans même me retourner, je prends donc un second café pour cette personne. Et c’est en lui tendant le gobelet que je m’aperçois que c’est… Johnny Hallyday en personne ! En fait, je n’étais pas plus impressionné que ça parce que son univers n’était pas du tout le mien. Je produisais du disco, et lui faisait du rock français. Ce n’est que plus tard qu’on a réalisé qu’on avait finalement les mêmes goûts. Quelques jours après notre première rencontre, il est venu écouter ce que je faisais. De fil en aiguille, il m’a demandé de prêter ma voix pour faire répéter son groupe. Ça a tout de suite très bien marché. Je devais juste faire un essai le temps d’un week-end… qui aura finalement duré vingt-cinq ans ! Au début, je faisais les chœurs et m’occupais des musiciens. La première année, on se parlait finalement très peu. Et puis je me suis mis à écrire quelques chansons pour lui. Notre relation professionnelle est peu à peu devenue amicale. »

Erick Bamy © capture d'écran
Erick Bamy © capture d'écran

Chagrin

Les deux chanteurs, celui de la lumière et celui de l’ombre, ont mis fin à leur collaboration en 2000, sans douleur ni fâcherie, comme nous le rappelait Érick Bamy en 2006 : « Je ne travaille plus avec Johnny depuis qu’il a décidé de changer complètement d’équipe, il y a cinq ans. La rupture n’a pas été brutale. […] On savait, lui comme moi, qu’il était temps de se séparer. »

Et c’est seulement en 2010 que les Français ont vraiment découvert le talent d’Érick Bamy, lorsqu’il accéda sans difficulté à la demi-finale de La France a un incroyable talent, sur M6 ! Mais malgré cette célébrité nouvelle, sa vie était restée liée à celle de Johnny, dont les proches ont écrit sur Twitter toute la tristesse que leur inspirait cette disparition. « Des pensées pour celui qui fut l’un des plus fidèles compagnons de route de Johnny », a tweeté Læticia, cependant que David soulignait qu’Érick faisait partie de son enfance. Des messages que le rocker, sans doute trop ému pour exprimer son chagrin, s’est empressé de retweeter.

Il était aussi le frère cadet de Maddly Bamy, qui fut le dernier amour de Jacques Brel, sa compagne des îles Marquises : c’est à elle que nous pensons aujourd’hui.

Didier Balbec

À découvrir

Sur le même thème