France Dimanche > Actualités > Julie Gayet : Sa rivale veut l’égorger !

Actualités

Julie Gayet : Sa rivale veut l’égorger !

Publié le 29 mai 2015

Furieuse que la compagne du président de la République, Julie Gayet, lui ait volé ce qu’elle avait de plus précieux, cette jeune femme l’a menacée de mort�…

À ce stade-là, on ne peut même plus dire que « ça tangue », c’est carrément la tempête qui menace d’envoyer Julie Gayet par le fond ! Car, de nouveau, elle doit faire face à une rivale très remontée… qui n’a pas supporté que la comédienne lui prenne quelque chose qu’elle ne voulait absolument pas lui donner ! Elle le lui avait clairement dit d’ailleurs.

Mais Julie a passé outre, simplement parce que son désir d’aller au bout de l’aventure dans laquelle elle s’était engagée était plus fort que la prudence, la bienséance, et même l’amitié.

Car le plus étrange, dans cette guerre, c’est que les deux femmes avaient tout pour s’entendre, partageant une passion commune. Mais Julie a sans doute eu le tort de « franchir la ligne jaune » en arrachant à sa concurrente ce qu’elle avait de plus précieux. Une ligne jaune qui a fait voir rouge à celle qui s’est sentie complètement dépossédée.

Comme elle le révèle aujourd’hui, elle a menacé Julie Gayet de venir l’égorger de ses propres mains ! Cette ennemie qui fait preuve d’une rare agressivité n’est autre que la comédienne et réalisatrice de talent Maïwenn !

A priori, tout sourit à la jeune femme : alors que son précédent film, Polisse, avait reçu le prix du Jury à Cannes en 2011, voilà qu’elle réalise un beau doublé, sa dernière œuvre intitulée Mon roi ayant elle aussi été sélectionnée pour le Festival de Cannes cette année. Et il se murmure dans les couloirs du Palais que ce magnifique film d’amour pourrait bien avoir de solides chances d’accéder à la récompense suprême, la fameuse et si enviée Palme d’or…

Maïwenn
Maïwenn

Image

Maïwenn parle de cela et de beaucoup d’autres choses dans le long entretien qu’elle a accordé ce mois-ci au magazine de cinéma Première, dont elle fait d’ailleurs la couverture. Et, parmi ces autres choses, il y a la « guerre » qui l’oppose à Julie Gayet.

On se souvient qu’en 2009, l’ex-compagne de JoeyStarr avait réalisé Le bal des actrices dans lequel elle mettait en scène un certain nombre de comédiennes (Karin Viard, Mélanie Doutey, Julie Depardieu, Muriel Robin, Charlotte Rampling…), en les filmant comme s’il s’agissait d’un documentaire sur leur vie réelle, alors que c’était bien sûr de la fiction.

Quelque temps plus tard, en 2013, Julie Gayet s’emparait à son tour de la caméra, mais pour tourner, elle, un véritable documentaire, Cinéast(e)s, dans lequel elle réfléchissait sur ce que signifiait pour une femme d’être metteur en scène, ce métier occupé en grande majorité par les hommes. Et c’est là que le clash s’est produit avec Maïwenn. Laissons cette dernière le raconter à sa façon, comme elle l’a fait dans Première.

« Julie m’avait proposé de participer à son film. Poliment, j’avais répondu que je n’avais pas le temps. Puis, j’apprends par la presse que je suis dans son docu. Elle avait pris des images ailleurs sans me demander. J’ai pété un boulon. Je prends rarement la parole dans les médias, je veux qu’on me laisse tranquille et je déteste apparaître dans la presse ou à la télé sans raison, alors qu’on n’aille pas piquer des images de moi ailleurs pour servir un sujet qui n’a pas lieu d’être. C’est un sujet sur lequel je ne veux pas communiquer parce que je le trouve bidon : je refuse ce débat car il n’existe pas ! Je l’ai appelée en lui demandant de me couper au montage, mais le film était déjà diffusé. »

Bref, Maïwenn s’est fait voler ce qu’une actrice a de plus précieux : son image ! Malgré tout, l’affaire aurait pu en rester là ou s’arranger à l’amiable, chacune des deux belligérantes mettant un peu d’eau dans son vin. Mais arrondir les angles n’est pas du tout dans le caractère de cette jeune réalisatrice qui n’a pas du sang breton pour rien ! Au lieu d’apaiser les choses, voici comment elle a réagi face à l’indélicatesse – car il faut tout de même appeler les choses par leur nom – de Julie Gayet.

« Je lui ai dit : “C’est simple, je vais venir t’égorger de mes propres mains si tu ne vires pas ma séquence.” J’ai fait appel à un avocat. C’est allé loin. C’était très important pour moi de ne pas figurer là-dedans, on fait du tort aux femmes en râlant comme ça. Il y a plus de maquilleuses femmes que d’hommes, et alors ? Qui s’en émeut ? C’est un métier qui fait appel aux hormones masculines, donc il y a tout simplement plus d’hommes réalisateurs, c’est aussi bête que ça. »

Avec des réactions pareilles, on se dit que ce n’est sûrement pas demain que Maïwenn risque d’être invitée à une garden-party à l’Élysée…

Pierre-Marie Elstir

À découvrir

Sur le même thème