France Dimanche > Actualités > Julien Clerc : Drame pour sa fille la veille de l’accouchement !

Actualités

Julien Clerc : Drame pour sa fille la veille de l’accouchement !

Publié le 21 avril 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Julien Clerc

Alors que Vanille, la fille de Julien Clerc, devait donner naissance à son premier enfant dans une clinique parisienne, rien ne s’est passé comme prévu…

Le 7 décembre dernier, il participait, comme d’habitude, au Téléthon, qu’il soutient activement, et dont il a été le parrain en 2008. Mais cette 33e édition, présentée par Nagui, Julien Clerc l’a sans doute vécue avec une émotion particulière. Ce jour-là, en effet, sur la scène de France 2, il interprétait en duo avec sa fille Vanille l’un de ses plus célèbres tubes Fais-moi une place. Outre qu’ils ne s’étaient jamais produits ensemble sur un plateau de télévision, tous deux ont dû penser très fort, au moment de chanter, à ce bébé à venir, auquel ils feraient une place pleine d’amour dans quelques mois… C’est d’ailleurs ce soir-là que, encouragée par Nagui, la jeune femme avait officiellement annoncé sa grossesse. Une semi-révélation, tant son ventre, très arrondi, ne laissait planer aucun doute quant à son état…

Ce rôle de grand-père, Julien le connaît bien, puisque ses deux autres filles, Jeanne et Angèle, lui ont déjà donné un petit-fils et deux petites-filles, dont il est très proche. Aussi, rien ne pouvait lui procurer plus de bonheur que de voir sa tribu, qui compte tant pour lui, s’agrandir. Mais alors que Vanille est aujourd’hui sur le point d’accoucher, cet événement dont il se faisait une joie serait devenu une source d’inquiétude, pour ne pas dire d’angoisse.


En décembre, personne n’avait entendu parler du coronavirus, ce fléau qui s’est répandu d’une manière fulgurante sur toute la planète et fait des ravages chez les plus fragiles. Quelques semaines ont suffi pour que tout change. Désormais la menace de contamination est potentiellement partout, à chaque coin de rue, en chaque personne croisée, sur chaque objet touché… Mais là où elle est la plus élevée, c’est bien sûr dans tous les établissements de soins, cliniques et hôpitaux, qui accueillent toutes les heures de nouvelles victimes en détresse respiratoire. Bien sûr, des précautions sont prises, certes le personnel soignant fait tout ce qu’il peut pour limiter les risques, il n’empêche, ceux-ci sont bien réels. Et si Julien tente sans doute de se rassurer en se disant que le Covid-19 épargne les nourrissons, et que Vanille est en pleine forme, l’appréhension demeure. D’autant que cette naissance, tant attendue, semble entourée de nombreuses incertitudes…

Il était en effet prévu que Vanille accouche à Paris, où elle vit avec son compagnon, le bassiste brésilien Robinho Tavares. Elle avait rencontré le gynécologue et la sage-femme qui allaient l’aider à mettre son premier enfant au monde. Des repères importants pour une jeune mère… Or, le 14 mars dernier, lorsque le chef du gouvernement, Édouard Philippe, a annoncé les mesures de confinement prises pour endiguer l’épidémie, Vanille se trouvait en Gironde, chez sa mère, Virginie Coupérie-Eiffel, dont Julien s’est séparé en 2007. Pas question, dans son état, de prendre le train en catastrophe pour remonter à la capitale. Trop dangereux… La future maman a donc pris la décision qui s’imposait : rester sur place.

Une chance, elle se trouve à 20 minutes seulement de Bordeaux où les hôpitaux ne manquent pas. Autre chance, elle vit son confinement dans un magnifique château, entouré d’écuries – sa maman étant une cavalière émérite. Un cadre idyllique, propice à la création, comme Vanille, qui est en pleine préparation de son deuxième album, le confiait il y a quelques jours au Figaro : « J’écris, entre ma carte son, mon ordinateur, ma guitare et mon piano. C’est un travail qui demande aussi pas mal de recherches. Cela me permet de tuer le temps facilement. » Étrangement, si elle a hérité de son papa la passion pour la musique, celui-ci ne l’a pas du tout aidée à lancer sa carrière. Au contraire, il était terrifié à l’idée que sa fille plonge dans cet univers, dont il aurait souvent éprouvé la dureté. Mais, à moins de lui couper les ailes on n’empêche pas un oiseau de voler…

Vanille s’est donc débrouillée toute seule, ce qui n’a sans doute pas toujours été facile. « J’ai attendu 21 ans pour apprendre en autodidacte la guitare sur des accords de YouTube. Puis je me suis fait la main dans les bars entre Bordeaux et Paris », révélait-elle dans une interview accordée TV Magazine. C’est dans un de ces bars que Julien a vu sa fille chanter pour la première fois sur scène. Une soirée que la jeune femme n’est pas près d’oublier. « J’avais un peu la pression. Il ne m’a pas brossée dans le sens du poil. Mais ses avis sont toujours constructifs », a-t-elle confié à Paris Match.

Les choses ont changé depuis. L’interprète de Mélissa est devenu son premier fan. Depuis son propre confinement, Julien n’a sans doute pas manqué la dernière prestation live de Vanille sur Facebook dans le cadre du festival « Je reste à la maison », le 5 avril. L’occasion de s’assurer qu’elle se portait bien. C’est désormais un autre live qu’il attend avec impatience : celui de la jeune maman lui présentant son bébé. Alors ce jour-là, Julien pourra souffler. Et qui sait, à défaut de serrer dans ses bras le quatrième de ses petits-enfants avant de longues semaines, lui composer une merveilleuse chanson de bienvenue sur terre…

Lili CHABLIS

À découvrir