France Dimanche > Actualités > Julien Clerc : Il quitte la France

Actualités

Julien Clerc : Il quitte la France

Publié le 2 décembre 2017

Julien Clerc 
a posé 
ses valises 
à Londres 
avec femme 
et enfant.

Si tout le monde parle du Brexit depuis que la majorité des Britanniques a décidé de quitter la Communauté européenne, chez les stars et artistes français, la tendance serait plutôt au Frexit. Comme le général de Gaulle, mais certes pour des raisons bien différentes, ils n’ont pas pu résister à l’appel de Londres. La capitale anglaise, qui possède déjà une importante diaspora venue de l’Hexagone, a attiré, ces derniers temps, de nombreuses personnalités bien de chez nous.

Après Nabilla et son Thomas (la starlette de 
la télé-réalité sait désormais dire : « If you don’t have shampoo, you’re not a girl »), Jean-Jacques Goldman, c’est au tour d’un autre chanteur à succès, Julien Clerc, de traverser la Manche avec sa petite famille, son épouse Hélène et leur fils Léonard, âgé de 9 ans.

Comme il s’en est ouvert à notre confrère Télé Star, l’interprète de Ce n’est rien vient en effet de poser ses valises au pays de Shakespeare et des Beatles. Avant de sauter le pas de géant séparant Calais de Douvres, l’artiste avait tenu à préciser que le motif de son exil n’avait rien de fiscal, pour faire taire les mauvaises langues avant même qu’elles ne crachent leur venin : « Je n’ai jamais cherché à fuir l’impôt, avait-il confié dans Paris Match. Je travaille en France et je paie mes impôts en France. […] Et le souci de ma vie a toujours été d’être dans les clous. » 
Bref, qu’on se le dise, ce n’est pas parce qu’il aurait le cœur à droite que Julien a opté pour la conduite à gauche. Mais à 70 ans, il a vraiment décidé de changer de vie d’une manière pour le moins radicale.

Car même si le chanteur reste lié à sa patrie et à son public qui se trouve sur le continent, notre homme a décidé de n’y conserver aucune attache matérielle. « J’ai tout vendu, a-t-il précisé, toujours dans Télé Star. Il me reste un bateau que je pense vendre. Il n’y a que mon piano qui nous suit. » Interrogé sur la raison de son grand départ vers la perfide Albion, Julien explique qu’après avoir enregistré son précédent disque outre-Manche, lui et sa femme ont tellement apprécié l’expérience qu’ils ont décidé de s’installer sur cette île, « pour l’école de notre fils », a tenu à préciser le célèbre exilé. Que ses fans se rassurent cependant, leur idole ne les oublie pas, même si cet expatrié heureux ne regrette pas un instant son choix. Que voulez-vous, désormais l’Angleterre est sa préférence à lui…

Claude LEBLANC

À découvrir