France Dimanche > Actualités > Julien Courbet : Traumatisé par les attentats !

Actualités

Julien Courbet : Traumatisé par les attentats !

Publié le 20 octobre 2017

L’animateur Julien Courbet s’est trouvé au cœur de la fusillade qui a coûté la vie à un  policier  sur les Champs-Élysées.

Il est des angoisses que nous sommes hélas de plus en plus nombreux à partager depuis quelques années. Les rues dans lesquelles nous marchions insouciants ne sont plus, à nos yeux, ce qu’elles étaient.

->Voir aussi - Julien Courbet : Retour en force !

Même si l’on n’y songe pas à chaque instant, carrefours, trottoirs, salles de spectacle ne nous apparaissent plus seulement comme des lieux d’heureuses rencontres et de partage avec des inconnus, mais aussi comme des endroits où la mort peut surgir à tout moment.

Car il ne se passe pas une semaine sans qu’un homme ou une femme, au nom d’une religion dévoyée, frappe un passant choisi au hasard d’un coup de couteau, quand il n’en fauche pas plusieurs au volant de sa voiture.

->Voir aussi - Julien Courbet : Sa résurrection

Et, qu’on le veuille ou non, même si l’on se répète sans cesse qu’il ne faut pas céder à la peur pour ne pas donner raison aux tueurs, même si « la vie continue », elle n’est, malgré tout, plus vraiment la même.Un sentiment bien sûr dix fois plus fort, voire traumatisant, chez ceux qui peuvent se considérer comme des rescapés de cette violence aveugle et gratuite.

Rafales

Cette crainte constante, l’un de nos plus célèbres animateurs la vit au quotidien. Oui, chaque jour, Julien Courbet tremble. Moins pour lui que pour ses proches : sa femme Catherine, épousée en 1998, ainsi que leurs deux enfants, Lola, 17 ans, et Gabin, 15 ans.

Et l’ancien présentateur de Sans aucun doute, qui vient de fêter ses 30 ans de carrière et ses 20 ans au micro de RTL, a hélas une très bonne raison de s’inquiéter, ainsi qu’il l’a confié au magazine Nous Deux : « Tout me fait peur, a-t-il confessé. Nous fêtions en famille l’anniversaire de ma fille lors de l’attentat qui a coûté la vie à un policier sur les Champs-Élysées, il y a quelques mois. Nous aurions tous pu mourir. »

Julien fait en l’occurrence référence à l’attentat sanglant du 20 avril dernier. Quatre gardiens de la paix sont dans leur véhicule sur la plus belle avenue du monde avec pour mission de protéger l’office de tourisme de Turquie alors qu’est prévu un rassemblement d’opposants kurdes au régime d’Erdogan. Vers 20 h 45, un homme de 39 ans, Karim Cheurfi, contourne leur car. Sa kalachnikov crache deux rafales avant que l’assaillant ne soit abattu par l’un des policiers. Mais le chauffeur, Xavier Jugelé, touché par deux balles en pleine tête, ne se relèvera pas.

À en juger par le témoignage du journaliste, lui et sa famille ne devaient pas se trouver bien loin de cette scène d’horreur, et il y a fort à parier que chaque image de cette soirée de carnage restera à jamais gravée dans leurs mémoires. Un événement qui, comme l’on pouvait s’en douter, a radicalement changé la façon qu’a Julien d’envisager son rôle de père.

Même s’il ne veut pas devenir paranoïaque ni transmettre à sa progéniture l’anxiété qu’a instillée en lui cette soirée de cauchemar, il se ronge les sangs chaque fois qu’il quitte ses enfants : « Je les laisse sortir mais je prie pour eux, car le danger est partout, a-t-il confié, toujours dans Nous Deux. Je crains les violences, la drogue. Nous leur en parlons sereinement, pour ne pas les alarmer, mais le dialogue est important pour leur permettre d’affronter ce monde. »

Cependant, celui qui admet que le cap de la cinquantaine a été difficile à franchir a trouvé une façon d’exorciser ses démons, en faisant de sa vie un spectacle. En effet, s’il garde un excellent souvenir des deux décennies passées sur le petit écran, Julien a décidé de tourner la page en se lançant un nouveau défi, pas si facile à relever.

Car l’animateur, dont la tâche était jusqu’à présent de mettre en valeur ses invités, a choisi de transposer sur scène les heurs et malheurs de son existence, en faisant preuve d’une bonne dose d’autodérision.

Secoué

Dans son one-man-show dont le titre, Jeune et joli à 50 ans, donne déjà le ton de son spectacle, le Bordelais se met à nu et prend plaisir à se moquer de lui-même : « J’ai pris conscience que j’avais plus d’années derrière moi que devant, le temps devenait précieux. […] C’est un âge où l’on veut rester jeune dans son corps, on met de la crème pour ses premières rides, on essaie de s’habiller en “djeune”, mais on est ridicule ! »

Pour vous en convaincre, vous pourrez aller à sa rencontre jusqu’au 23 décembre, du jeudi au samedi, à la Comédie des Boulevards, à Paris. L’occasion de constater que, même s’il a été très secoué par le sort, ce cavalier émérite (qui participe encore aux mêmes compétitions que sa fille), Julien Courbet reste toujours en selle, malgré les épreuves.

Claude Leblanc

À découvrir