France Dimanche > Actualités > Julien Lepers : Il passe devant le juge !

Actualités

Julien Lepers : Il passe devant le juge !

Publié le 9 mars 2018

capture-d-e-cran-2018-03-09-a-17

Deux ans et demi après un licenciement qu’il estime « abusif », Julien Lepers démarre cette semaine son procès devant le Conseil des prud’hommes de Paris.

3,4 millions d’euros, c’est le montant réclamé par l’animateur à son ancien employeur. Mis à la porte fin 2015 dans des conditions qu’il estime « abusives », l’ancien animateur de « Question pour un champion » n’a pas dit son dernier mot … Et il compte bien le faire devant la justice.

Hier, jeudi 8 mars, l’homme de 68 ans était appelé pour la première fois à la barre pour plaider sa cause devant le Conseil des prud’hommes de Paris. En face de lui ? Son ancien employeur, FremantleMedia.

Robe d’avocat sur le dos, Maître Pierre-Olivier Lambert, l’avocat de Julien Lepers, plaide un licenciement « sans cause réelle et sérieuse » et un « préjudice d’image et de discrimination ». Dans sa ligne de mire ? L’argument de la chaine que son client serait devenu « ringard » au fil des années, mais également que son image ait été, selon lui, entachée par son licenciement : « Être viré, cela fait tâche quand on est un homme d’image. Depuis, il est apparu à la TV 10 fois en 2 ans sur invitation alors qu’il y était présent 365 jours par an ».


Des affirmations intenables pour l’avocat de la société de production, Maître Éric Manca qui y oppose d'abord les chiffres de l’audience, en chute libre depuis 2000 : « Entre 2000 et 2003, la part de l’audience du jeu a chuté de 33% puis de 56% de 2005 à 2015 ». Il souligne aussi le fait que l'ancien animateur n'a pas chômé avec sa participation à l’émission « Danse avec les stars » et à la comédie musicale « Hopes ».

« Je n’ai pas d’obligation d’audience dans mes contrats », s’exclame le sexagénaire avant de rappeler, encore une fois, les conditions de son éviction : « On a attendu le lendemain de l’enregistrement de 42 émissions pour me dire que c’était fini. Je n’ai même pas pu dire au revoir aux 2,2 millions de téléspectateurs qui me regardaient. C’est du jamais vu en France »

Dans ce procès, vous l’aurez compris : aucun des acteurs n’est prêt à lâcher du lest. Il faudra attendre le 5 avril pour connaître le verdict de ce bras de fer juridique.

Estelle LAURE