France Dimanche > Actualités > Julio Iglesias : Son dernier combat !

Actualités

Julio Iglesias : Son dernier combat !

Publié le 22 septembre 2015

À 71 ans, le crooner vient de traverser l’une des épreuves les plus pénibles de sa vie. Opéré début juillet, Julio Iglesias a  souffert tout l’été  pour tenter de recouvrer un semblant de santé.

Sale début d’année, et terribles coïncidences pour la famille Iglesias. Fin mai, Enrique, le fils, se blessait gravement en plein concert au Mexique en essayant d’intercepter un drone en vol. La main déchiquetée par l’engin, le chanteur s’était vu contraint de quitter la scène pour recevoir des soins provisoires avant de revenir achever, ensanglanté, sa performance. Quelques jours après, le bilan tombait : dommages multiples, fracture et chirurgie reconstructrice pour redonner vie à sa main.

Un mois plus tard, par un stupéfiant concours de circonstances, Julio Iglesias, lui aussi en tournée, était à son tour forcé de l’interrompre, tenaillé par d’infernales et mystérieuses douleurs… Après un bref examen dans un hôpital new-yorkais, les médecins transportaient leur célèbre patient pour lui faire subir, selon les termes consacrés par les communicants du chanteur : « une petite intervention chirurgicale ».

Il n’en fallait pas plus pour alarmer les centaines de milliers d’admirateurs du crooner à travers le monde. Aussitôt, les rumeurs les plus folles couraient : « problèmes cardiaques ! », estimait la presse latino-américaine. « Simples problèmes lombaires », corrigeait l’entourage de Julio, en précisant que ces soucis de dos remontaient à des années…

Repos absolu

Au 22 septembre 1963, pour être exact. Ce jour-là, le jeune artiste était victime d’un accident de voiture qui allait causer des lésions à la colonne vertébrale, le laisser plusieurs mois paralysé et handicapé à vie ! « Julio est un homme fort, confiait en juillet son entourage pour expliquer ses ennuis de santé. Cela nous a empêchés parfois de nous souvenir que toute son existence, sa colonne l’a fait souffrir. Là, il a fallu l’opérer. »

Si l’intervention s’est bien déroulée, la convalescence, en revanche, a tenu du chemin de croix. Incapable de reprendre sa série de concerts au mois d’août comme prévu, c’est auprès de Miranda, sa tendre épouse, que Julio Iglesias a essayé de refaire une santé.

Pour ce faire, le célèbre patient s’est installé dans sa maison de Miami. Il y a été contraint à un repos absolu. Ce n’est qu’après quelques jours que Julio a pu poursuivre sa lente récupération à Punta Cana, dans sa résidence en République Dominicaine, où il s’est rendu à bord de son jet privé, accompagné de son épouse et des fils qu’ils ont eus ensemble.

D’après nos informations, le travail de rééducation s’est avéré long et douloureux. Tous les jours, le chanteur devait effectuer des exercices dans l’eau afin de renforcer sa zone lombaire. Chaque matin, sa tendre Miranda le conduisait au moyen d’une voiturette de golf jusqu’au bord de la mer où Julio Iglesias pouvait travailler.

Son épouse hollandaise, de vingt-deux ans sa cadette, aura été une mère pour lui, d’une patience incroyable, l’assistant comme l’aurait fait une thérapeute professionnelle. Quand son chéri sortait de l’eau, elle l’aidait à s’essuyer et à remettre ses chaussures… Dans un premier temps, les progrès ont été timides. Le chanteur éprouvait les pires difficultés à se mouvoir. Quant à se baisser, il n’était qu’à lire la souffrance sur son visage pour comprendre que c’était pour lui une vraie torture.

Et puis, petit à petit, Julio a repris du poids. Ses douleurs se sont estompées et, magnifique nouvelle, les médecins ont décidé qu’il allait pouvoir retrouver son cher public.

Le 26 septembre, si tout va bien, Julio Iglesias débutera donc une tournée mexicaine. Un homme requinqué, qui, aux dires de nos confrères latino-américains, n’a rien perdu de son goût de vivre, sirotant à l’occasion un verre de vin devant un plateau de fruits de mer. Un homme néanmoins, qui, toujours selon la presse sud-américaine, a arrêté de jouer avec le feu et avec les femmes.

« Il est heureux avec Miranda, et aucun photographe ne l’a surpris dans les bras d’une autre ces derniers temps. » Bref, le repos du guerrier.

« Je ne chante pas pour l’argent, déclarait Julio Iglesias l’an passé, mais par passion, par dévotion. Je reconnais que quand j’ai débuté, je n’étais pas très bon. On va dire que maintenant, je suis un peu meilleur, et que je m’arrêterai quand ma santé me dira stop. » Nous on dit : encore !

Christian Morales

À découvrir