France Dimanche > Actualités > Karine Ferri : Elle tremble pour sa fille !

Actualités

Karine Ferri : Elle tremble pour sa fille !

Publié le 21 septembre 2019

A un an tout juste, Claudia, la fille de Karine Ferri, a été piquépar une anémone de mer.

Devenir mère, donner naissance à un petit être né de son amour avec l’homme de sa vie, tel était le grand rêve de la belle Karine Ferri. Il était logique que la gracieuse animatrice, élevée dans un foyer aimant, ait à son tour envie de fonder une famille, une fois rencontré son prince charmant, le footballeur Yoann Gourcuff.

« C’est un amour vraiment indescriptible. Plus fort que tout, qui nous bouleverse et nous donne de l’énergie pour avancer », confiait-elle à notre confrère Gala en mai 2018, parlant de ses enfants, Maël, né en avril 2016, et Claudia, la petite dernière, venue au monde en juillet 2018. Aussi fort, sans doute, que la peur liée à ce qui pourrait arriver à ces bouts de chou qui ont tellement besoin d’être protégés ! En effet, si le bonheur de les avoir est un sentiment merveilleux, l’angoisse n’est hélas jamais très loin. C’est le revers de l’amour. Et quand il est maternel, l’intensité de cette inquiétude peut atteindre des sommets…


Karine avait expérimenté ces sentiments emmêlés avec l’arrivée de Maël. Son fils avait réalisé son rêve de devenir mère. « Mon petit garçon a tout changé dans ma vie, confiait-elle alors au magazine Nouvelles ques­tions de femmes. Aujourd’hui, je ne fais plus rien pour moi, sur moi, mais je suis tourné vers lui. » Elle admettait aussi, que pour elle, le temps de l’inconscience était à jamais révolu, remplacé par une angoisse constante : « Mais je suis aussi une maman inquiète : au moindre petit truc, je panique ! » ajoutait-elle.

Et la naissance de la petite Claudia l’a replongée dans ce bain fait de douceur, de beaucoup d’amour, mais aussi d’une grande inquiétude !

N’oublions pas, en effet, que la jeune femme, bien avant de rencontrer son futur mari, a vécu un drame. Celui d’assister à la mort de son amour de jeunesse, Grégory Lemarchal, qui a succombé à une terrible maladie, la mucoviscidose. Elle a connu la douleur de le voir arraché à la vie, lui qui avait tant à faire et tant à chanter… Elle a vu aussi les dégâts que causait cette tragique disparition auprès des parents de Grégory. 

Si elle a pu remonter la pente après ce deuil difficile, qui, elle le dira souvent, lui a montré les priorités de son existence, la mort de Grégory a aussi ouvert en elle une faille, qu’elle tentait de refermer en formulant ce souhait, qu’elle confiait à Gala en 2017 : « Que les gens qu’on aime restent à nos côtés le plus longtemps possible. Qu’il n’arrive rien de grave… »

Mais ces souhaits, hélas, se heurtent la plupart du temps à la dure réalité. Et cette réalité vient de frapper de plein fouet Karine ! Alors que la petite famille passait des jours heureux à Saint-Raphaël, profitant de chaque instant tous ensemble, soudain, un drame est arrivé. Rien ne laissait présager qu’il aurait pu y avoir, pour les enfants, quelque danger que ce soit à se baigner dans la mer, sous le regard bienveillant et attentif de leurs parents. Mais la petite Claudia, à la peau si fine, si tendre, est soudain entrée en contact avec une anémone de mer !

Beaucoup l’ignorent, mais cet animal, qui ressemble à une très belle fleur, peut provoquer de très graves réactions ! Les anémones de mer, recouvertes de dizaines de tentacules, diffusent en effet un venin ! Et quand la peau entre en contact avec l’un de ces appendices, cela génère la plupart du temps une brûlure. Ces organismes sont tellement urticants qu’on les a surnommés les « orties de mer » ! Si c’est un adulte qui la touche, sa peau est souvent assez épaisse pour qu’il ne ressente qu’une piqûre passagère. Mais pour que l’effet de ce contact reste bénin, il faut nettoyer la plaie le plus rapidement possible, et surtout, enlever les filaments subsistant sur le corps, en frottant l’endroit atteint. Comme avec les méduses, qui peuvent laisser des traces de piqûres sur l’épiderme de leurs victimes.

Ensuite, il est nécessaire d’apaiser la douleur qui résulte du contact de l’anémone avec une crème calmante, à base de corticoïdes. Cela, dans le meilleur des cas. Car le plus grand danger de ce type de rencontre, c’est l’allergie. Et là, personne n’est capable de prévoir l’intensité de la réaction que peut déclencher une piqûre d’anémone. Comme l’avertit le site du ministère de la Santé, si l’on a déjà une fois été en contact avec ce genre de venin, la réaction est susceptible de prendre des proportions terribles : « Une sensibilisation rapide peut se produire pour les sujets ayant déjà reçu antérieurement du venin. Il est possible, dans ces cas-là, d’observer classiquement un choc anaphylactique (réaction allergique sévère) aussi imprévu que grave. Il faut alors prévenir les secours de toute urgence », peut-on en effet lire.

C’est dire si Karine a dû paniquer quand elle a découvert que sa petite fille avait été touchée ! Elle est si jeune que personne ne pouvait savoir si elle était sujette à une telle allergie ! Karine a très mal dormi après cette horrible journée où elle a tremblé pour Claudia, comme elle l’a confié le lendemain à Gala : « J’étais inquiète, et ma fille a beaucoup pleuré », a-t-elle révélé, avant d’ajouter : « mais ça va aller »…

Heureusement, cette mésaventure s’est bien terminée. Et tout ce que l’on espère, c’est que cette maman exemplaire pourra finir ses vacances en toute quiétude, avec les trois êtres qu’elle aime plus que tout au monde.

Laurence PARIS

À découvrir