France Dimanche > Actualités > Kate et William : le mariage

Actualités

Kate et William : le mariage

Publié le 17 avril 2015

Vendredi 29 avril 2011, Kate Middleton et le prince William se sont dit oui devant tout le gotha et 2 milliards de téléspectateurs. Retour sur ce mariage qui a fait souffler un vent de modernité sur Buckingham.Des invités pas si fréquentablesPas de cadeaux de mariage pour Kate et WilliamUn mariage écolo2 milliards de téléspectateurs

Comment Kate Middleton a-t-elle passé sa dernière nuit de jeune fille dans la suite de l'hôtel Goring, ce jeudi 28 avril 2011, la veille d'une cérémonie qui allait faire d'elle Son Altesse royale la Duchesse de Cambridge ? La reine lui avait bien proposé un appartement privé à Buckingham, mais elle a préféré ce charmant palace du quartier chic de Belgravia. Un endroit neutre avant le grand jour, celui qui la fera princesse. A-t-elle dormi d'une traite, ou a-t-elle appelé sa mère Carole ou sa sœur Pippa, qui occupent une chambre voisine ? Toujours est-il que ce 29 avril, à 10 h 50, elle a quitté le cinq étoiles, vêtue de sa robe de mariée, pour monter dans la Rolls-Royce, prêtée par le palais, où l'attendait son père Michael.

Cette union couronne une love story commencée sur les bancs de l'université de St Andrews à l'automne 2001, où Kate, la roturière, a conquis le cœur de William. Elle sera d'ailleurs la première reine d'Angleterre sans blason ni pedigree, apanages des demoiselles de l'aristocratie choisies jusque-là par la famille royale pour épouser un héritier à la couronne.

Kate et William, un couple (presque) comme les autres

Mais le prince se moque des quartiers de noblesse. Il aime Kate, et il est aimé en retour. C'est tout ce qui compte. D'ailleurs les tourtereaux ne se sont pas contentés de baisers volés comme Charles et Diana, qui ne s'étaient rencontrés que treize fois avant de convoler en justes noces. Comme les garçons et les filles de leur génération, ils ont décidé de vivre ensemble un an après leur rencontre.

Dans leur appartement sur Hope Street, à St Andrews, ou dans leur charmant cottage de l'île d'Anglesey, ils réussissent à mener une vie normale : ménage, courses, cuisine, les deux amoureux partagent tout, sans l'aide de domestiques. À St Andrews, il arrive même qu'on croise William au supermarché du coin. Et pendant l'hiver, ils regardent des DVD le soir, blottis l'un contre l'autre, lui l'appelant tendrement Baby Skin, elle le surnommant Big Willie. Quand ils ne dégustent pas des plats indiens commandés au restaurant bangladais au bout de leur rue, elle lui cuisine des saucisses à la purée de pommes de terre, son plat préféré.

Le lac Kenyan sur lequel le Prince William a demandé la main de Kate
Le lac Kenyan sur lequel le Prince William a demandé la main de Kate.

Leur première apparition officielle en public remonte à avril 2008, lorsque le jeune lieutenant a reçu ses galons de pilote sur la base de Cranwell. Dès lors, tout le pays attend avec impatience que William saute le pas. Un pas que le prince a franchi le 20 octobre dernier : il a fait sa demande au cours d'un safari au Kenya, devant les eaux scintillantes du lac de Rutundu. «J'avais la bague depuis trois semaines dans mon sac à dos, j'avais très peur de la perdre», a-t-il raconté au cours de l'interview télévisée qui a suivi l'annonce de leurs fiançailles.

Des fiançailles qui auront duré presque six mois. Le temps pour William et Kate d'organiser le mariage de leur rêve. Pas question pour les tourtereaux de laisser à d'autres le soin de décider du déroulement de la plus belle journée de leur vie. C'est en effet la première fois dans l'histoire de la monarchie britannique qu'une apprentie princesse s'est installée aux commandes. Contrairement aux futures épouses dépassées par l'ampleur de la tâche, comme Lady Diana, qui avait raconté avoir été exclue de l'organisation de son mariage, Kate ne s'est pas laissée balayer par la machine bien rodée du palais.

Malgré des tensions avec la reine Elizabeth, le jeune couple a réussi à imposer sa liste de 1 900 invités, parmi lesquels figurent des personnalités dont la présence à Westminster n'est pas bien vue par la souveraine. Si Sa Majesté a approuvé que William ait réquisitionné tous les collègues de sa base de recherche et de secours de la RAF à Anglesey, ainsi que Susie, la veuve de son mentor à l'armée, elle aurait en effet manqué s'étouffer d'indignation lorsqu'elle a appris qu'il avait également invité Ian Holdom, dit Ayla, un pilote d'hélicoptère transsexuel ! Elle se serait également indignée de la venue, dans cette église sacrée, du mouton noir de la famille Middleton, le fameux Gary Goldsmith, l'oncle maternel de Kate, épinglé pour trafic de cocaïne en 2009. Pas sûr non plus qu'elle apprécie la présence du prof de tennis et de yoga de l'île Moustique, où la famille de Kate passe fréquemment ses vacances !

Harry, William, Kate Middleton et son père

Pour couronner le tout, en couple moderne, les fiancés ont invité la plupart de leurs « ex » et, fous de foot et de musique, ont aussi envoyé le précieux carton à des stars comme David Beckham et son épouse Victoria, Paul McCartney, le rappeur Kanye West, ainsi qu'Elton John et son compagnon, David Furnish. Kate a également convié tous les commerçants de son village de Bucklebury qui l'ont vue grandir. Tout ce petit monde va côtoyer le gratin de l'aristocratie britannique, et les représentants des organismes de charité qui leur tiennent à cœur. Pour partager leur bonheur, le jeune couple se serait donc bien passé des grands de ce monde. William n'étant que deuxième dans l'ordre d'accession à la couronne, derrière Charles, ils n'étaient pas tenus d'inviter des personnalités politiques. Aucune n'a donc été conviée, pas même Gordon Brown et Tony Blair, les deux derniers Premiers ministres britanniques. Ils n'ont d'ailleurs pas non plus voulu inviter des chefs de gouvernement, contrairement à Charles et Diana. Protocole oblige, ils ont dû malgré tout se résigner à envoyer des cartons à tout le gotha. Quarante têtes couronnées vont ainsi occuper les bancs de Westminster. On parle de Victoria de Suède, accompagnée de son époux Daniel, ou encore du prince Felipe et de Letizia d'Espagne.

Contrairement à leurs devanciers auxquels on a offert des milliers de cadeaux, Kate et William ne recevront même pas une petite cuillère en argent. Ils ont en effet demandé à leurs illustres invités de faire des dons aux organismes de charité de leur choix. Conscients que l'Angleterre vit une crise sans précédent, ils ont voulu des noces sobres, voire austères. En tout cas, beaucoup plus simples que celles de la reine Elizabeth et de Philip, dont le faste avait représenté pour les journaux socialistes « une insulte au peuple britannique », ou encore celles de Charles et Diana en 1981, qui avaient coûté aux contribuables 4 millions d'euros, une sacrée somme pour l'époque ! Et pour la première fois dans l'histoire de la monarchie, les frais du mariage seront pris en charge par le prince Charles et la famille Middleton. L’État anglais ne paiera que le dispositif de sécurité, ainsi que des aménagements à Londres. Un coût qui sera amorti par les millions d'euros que devrait rapporter le mariage grâce à la vente de souvenirs. La journée étant déclarée fériée, près de 4 millions de personnes sont attendues pour célébrer l'événement.

Mais si la famille royale est prête à ouvrir son porte-monnaie pour le mariage, elle n'en défend pas moins les intérêts de l'héritier à la couronne. Sa Majesté aurait pris ses précautions pour que la jeune femme ne puisse pas dépouiller son petit-fils en cas de divorce. Selon la presse anglaise, William et Kate ont en effet signé un contrat de mariage. Une autre première dans l'histoire de la monarchie. «La princesse Diana a ruiné le prince Charles au moment de leur divorce ! », a expliqué au Daily Mail le célèbre avocat James Stewart. Il serait donc naturel que le prince William protège ses biens. C'est un jeune homme très riche, il a déjà reçu une partie de la fortune de sa mère, évaluée à 27 millions de dollars. De plus il héritera un jour de celle de la reine, chiffrée à 500 millions de dollars.

Westminster Abbey
Westminster Abbey a accueilli la cérémonie de mariage de Kate et William. ©DR

Heureusement, pour l'instant, l'heure n'est pas à la tristesse liée à au divorce, mais à la joie d'un beau mariage d'amour. Un mariage qui va se dérouler à Westminster Abbey. William et Kate ont jugé cette abbaye plus intime que l'immense cathédrale St Paul, où le prince Charles et Diana s'étaient mariés. Westminster, où, grande première, par ce matin du 29 avril, la future épouse et son père se rendent en voiture et non en carrosse. Kate a en effet jugé ce moyen de transport moins tape-à-l'œil. «Elle aura surtout moins mal au cœur !», a confié l'une de ses amies au Times.

De leur côté, les 1 900 invités rejoignent Westminster entre 9 h et 10 h. Mais l'on n'assistera pas au traditionnel ballet des limousines. Selon la presse anglaise, c'est en effet en minibus, moyen de locomotion jugé plus économique et écolo par les futurs mariés, que les happy few doivent arriver à l'abbaye ! Exception faite pour le prince Charles, Camilla, ainsi que la reine et le prince Philip, qui font le trajet en voiture. Quant au prince William, il est question qu'il galope à cheval vers sa bien-aimée !

À 11 h, aidée par Pippa, sa sœur cadette, la mariée s'extrait avec mille précautions de l'arrière de la voiture, applaudie par la foule. Avec son père, très digne dans sa jaquette grise, ils remontent la nef aux majestueuses ogives. Tous les invités ont alors les yeux rivés sur la fine silhouette. Elle a énormément maigri pour rentrer dans sa robe. Merveille de beauté et de simplicité, Kate s'avance vers l'autel, accompagnée par les 39 musiciens de l'Orchestre de chambre de Londres et les 48 chanteurs des chœurs de l'abbaye de Westminster et de la chapelle royale. Les trompettes de la cavalerie de la maison royale et la fanfare de la Royal Air Force retentissent, tandis que la jeune femme rejoint William.

Le prince contemple alors avec amour sa bien-aimée, si belle avec sa simple couronne de fleurs posée sur ses longs cheveux bruns. Si Diana arborait le célèbre diadème en diamants de la famille Spencer, Kate ne désire pas porter l'un de ces joyaux des collections royales, qu'elle juge trop vieux jeu.

Le prince William et Kate
Kate Middleton se fait passer la bague au doigt ©DR

La cérémonie peut alors commencer. Un office regardé par 2 milliards de téléspectateurs, un record absolu. William glisse au doigt de sa bien-aimée le traditionnel anneau en or du pays de Galles. Lui ne portera pas d'alliance. Avant la fin de l'office, Kate dépose son bouquet sur la tombe du soldat inconnu, une tradition qui remonte au mariage de la Queen Mum et du duc d'York en 1923.

Champagne et maquereau

Peu après les douze coups de midi, c'est la sortie triomphale du couple. À 29 ans, Kate est enfin princesse, unie officiellement au second héritier du royaume, après le prince Charles. Son rêve s'est réalisé ! Sur le parvis, une forêt de chapeaux s'incline vers les jeunes mariés, qui se dirigent vers les salons de Buckingham Palace, où les attendent les 600 invités devant un buffet. Au menu : petits canapés au pâté de Gleneagles, terrine de truite saumonée et maquereau fumé. So British ! Le tout naturellement arrosé de champagne. À peine remis de ces agapes, Kate et William doivent participer à un dîner donné en leur honneur par le prince Charles, avec 300 intimes, et danser jusqu'à l'aube. À moins que nos tourtereaux ne décident de filer à l'anglaise.

Kate et William dans leur landeau
Kate et William dans leur landau ©DR

Récapitulatif du mariage :

10 h 15 : Les invités sont déjà à Westminster, guettant l'arrivée de la Bentley transportant le futur marié. Celui-ci, seulement accompagné de son frère et témoin, va alors se recueillir avant le grand moment dans l'une des chapelles de l'abbaye.

10 h 45 : La reine Elizabeth, au bras de son époux, le duc d'Édimbourg, franchit à son tour le seuil de l'abbaye, précédant la mariée, qui arrive à bord d'une Rolls-Royce quelques minutes plus tard.

11 h : Ouverture de la cérémonie religieuse, célébrée par Rowan Williams, l'archevêque de Canterbury, et retransmise sur des écrans géants à Londres. Dans sa robe blanche signée Sarah Burton, une styliste anglaise de la maison Alexander McQueen, Kate, au bras de son père Michael Middleton, traverse la nef. Elle est escortée de sa sœur et témoin, Philippa, et de ses demoiselles d'honneur. Elle rejoint enfin William devant l’autel, sous l'œil attendri des invités. Le marié est splendide dans son uniforme de la Royal Air Force.

Le prince William et Kate
L'explosion de joie des mariés sera pour plus tard... ©DR

12 h 15 : La cérémonie s'achève. Sur le parvis, la foule acclame les jeunes mariés qui rejoignent Buckingham Palace dans le landau d'État, une spacieuse calèche lie-de-vin, rouge et or, capitonnée de satin vermillon, et tirée par six chevaux noirs. S'il avait plu, les époux auraient fait le trajet du retour à bord du Glass Coach, le traditionnel carrosse de verre, escorté par les 200 cavaliers des Blues and Royals et des Life Guards.

13 h 25 : Le couple princier, aux côtés de la reine Elizabeth et des membres de leur famille respective, apparaît aux fenêtres du salon central, qui donnent sur la place où les attendent près d'un million de badauds. Les époux échangent leur premier baiser en public sous les vivats de la foule.

14 h : Les 600 invités à la réception que donne la reine Elizabeth se rendent à Buckingham Palace.

17 h : Kate et William s'éclipsent au palais Saint James pour se reposer.

19 h : Les 300 proches restent au palais pour le dîner offert par le prince Charles, suivi d'un grand bal. Kate et William passeront sans doute leur nuit de noces dans les appartements du palais...

Catherine VENOT

Retrouvez notre Dossier Spécial Monarchie britannique

À découvrir

Sur le même thème