France Dimanche > Actualités > Kate Middleton : La vérité sur sa triste vie de duchesse !

Actualités

Kate Middleton : La vérité sur sa triste vie de duchesse !

Publié le 14 mars 2020

.photos:bestimage

Derrière ses sourires d'apparat, Kate Middleton cache un véritable mal de vivre et personne, pas même son époux, ne parvient à l'en sortir...

Elle a surpris tout son monde ! La duchesse de Cambridge, femme discrète s'il en fut, n'a pas habitué les sujets de Sa Majesté à ouvrir en grand les portes de son intimité… Pourtant, le 15 février dernier, à l'occasion d'une grande enquête sur la petite enfance, Kate Middleton a fait des confidences bouleversantes sur sa vie de maman, évoquant avec sincérité ses souvenirs, ses doutes, ses erreurs, ses craintes… La jolie jeune femme de 38 ans, qui a toujours mis un point d'honneur à se montrer digne de sa fonction, s'est en effet longuement confiée dans un podcast, intitulé Happy Mum, Happy Baby, qui casse littéralement l'image de froideur et de grande assurance qu'elle semblait jusqu'à présent vouloir montrer au peuple britannique.


Durant quarante minutes, à la manière d'une conversation à bâtons rompus avec la journaliste Giovanna Fletcher, la belle-sœur de Meghan Markle s'est livrée comme jamais, commençant par évoquer le déroulement de ses trois grossesses. Aussi incroyable que cela puisse paraître, alors qu'elle avait semblé entièrement transcendée par ce que nombre de futures mamans vivent comme un état de grâce, Kate dévoile combien ces neuf mois ont, chaque fois, été pour elle un cauchemar ! Bien qu'elle ne veuille retenir que le meilleur de ce voyage merveilleux qui consiste à donner la vie pour ensuite la chérir et la protéger, Kate admet toutefois combien porter en elle ses chers petits a été douloureux, pour elle, mais aussi pour son époux : « Je n'ai pas été la plus heureuse des femmes enceintes, a-t-elle confessé. Et je l'ai vécu ainsi pour mes trois grossesses. Je sais que des tas de gens ont connu pire, mais pour ma part, cela a été un vrai défi. Pas seulement pour moi, mais pour mes proches. William avait l'impression qu'il ne pouvait rien faire pour m'aider. Vous savez, c'est dur pour ceux qui vous aiment de vous voir souffrir sans pouvoir vous soulager. J'étais complètement épuisée. J'étais vraiment très malade. »

Pour supporter et soigner l'hyperémèse gravidique (de violentes nausées qui surviennent au cours de la gestation, ndlr) dont elle était atteinte, la pauvre Kate a eu notamment recours à l'hypnose : « J'ai vraiment vu le pouvoir de la méditation, de la respiration profonde, de ce genre de choses, a-t-elle expliqué. […] Quand j'étais malade pendant ma grossesse, je me suis rendu compte qu'avec ces petites choses, je pouvais prendre le contrôle pendant l'accouchement. » Une méthode douce dont miss Middleton se serait servie pour mettre au monde sereinement ses trois enfants : George, né le 22 juillet 2013, Charlotte, le 2 mai 2015, et Louis, le 23 avril 2018.

Très impliquée dans l'éducation de ses petits bouts de chou, celle qui souhaite avant tout être une mère comme les autres avoue redouter de ne pas pouvoir les élever simplement. Ce qu'elle souhaite le plus au monde est de leur permettre de grandir « le plus normalement possible ». Un vœu honorable qui semble bien ardu à réaliser lorsqu'on est, comme elle, l'épouse d'un prince et que l'on vit derrière les grilles d'un palais !

Afin de rester le plus souvent possible disponible pour ses enfants, malgré les contraintes du protocole, Kate s'impose d'accompagner chaque matin ses aînés à l'école Thomas's Battersea, l'une des plus prestigieuses de Londres. Aussi, quand la duchesse de Cambridge est tenue d'honorer de sa présence une manifestation officielle, et ne peut se charger elle-même de ces trajets ni assister aux activités de ses chers bambins, quelle n'est pas sa tristesse et sa honte de les entendre lui reprocher avec ce charmant mélange de sérieux et de réprimande dont nous gratifient parfois les enfants : « Comment est-il possible que tu ne nous accompagnes pas à l'école ce matin ? » s'étonnent les deux grands, comme leur maman l'a rapporté au cours de cette longue confession du 15 février. Des plaintes qui ne manquent pas de faire peser sur cette mère aimante et attentive – qui n'hésite pourtant pas à disputer avec eux des courses de vélo endiablées dans l'enceinte de Kensington – l'insupportable poids de la culpabilité. Un sentiment qui, comme l'épouse de William l'a encore expliqué, l'obsède depuis la naissance de George, la plongeant plus souvent qu'à son tour dans les affres du doute : « Les femmes qui disent ne pas en souffrir mentent, en réalité », affirme-t-elle d'ailleurs.

Et la jolie brune d'ajouter : « Remettre en question vos propres décisions, votre propre avis et toutes ces choses, ça commence dès le moment où vous avez un bébé. » Difficile de croire que cette jeune femme à l'air si sûre d'elle puisse être assaillie par ces pensées destructrices. Peut-être viennent-elles du fait que ses parents ont été, selon elle, de véritables modèles qui n'ont jamais failli à leurs responsabilités : « J'apprécie vraiment, en tant que parent aujourd'hui, la façon dont ils se sont sacrifiés pour nous, a-t-elle encore avoué. Ils venaient à tous nos matchs, ils étaient du genre à nous encourager à fond sur le bord du terrain, et nous avons toujours eu des vacances merveilleuses tous ensemble. »

Après les diverses affaires qui ont dernièrement porté un sale coup à la Couronne d'Angleterre, cette mise à nu inattendue de la part de la duchesse parviendra peut-être à redorer le blason des Royals...

Clara MARGAUX

À découvrir