France Dimanche > Actualités > Kate : Victime d’une poupée cancérigène !

Actualités

Kate : Victime d’une poupée cancérigène !

Publié le 6 décembre 2018

kate-poupe-e-20181204

Par la faute de Kate, des dizaines d’enfants risquent d’être intoxiqués au contact de produits mortels. Shocking !

Noël approche à grands pas, et depuis plusieurs semaines déjà, les enfants s’émerveillent, des étoiles dans les yeux, devant le spectacle magique des rues illuminées de guirlandes multicolores et des vitrines de magasins chargés de cadeaux pleins de promesses… Une période de l’année pour laquelle les fabricants de jouets à travers le monde ont redoublé de créativité et d’imagination, cherchant sans relâche à inventer la poupée, la voiture télécommandée, ou le robot qui ensorcellera nos si chers bambins, et videra un peu plus nos porte-monnaie !

Mais cet hiver, alors que le froid commence à s’installer sérieusement sur nos contrées, il est une femme, de l’autre côté de la Manche, qui, loin de se réjouir de cette trêve, tremble et s’inquiète. Une femme qui se retrouve – espérons-le, bien malgré elle – au cœur d’un scandale sanitaire sans précédent ! 

Cette femme, c’est Kate Middleton, qui, depuis qu’elle est entrée dans la vie du prince William, épousé le 29 avril 2011 en l’abbaye de Westminster, à Londres, est devenue un modèle, une icône, une figure idéale à laquelle des millions de petites filles dans son pays cherchent à ressembler.

Avec raison, sans doute ! Il faut bien avouer que la duchesse de Cambridge est une magnifique jeune femme qui, à l’instar de la maman de son cher et tendre, la regrettée Diana, porte à merveille les nombreuses tenues dessinées pour elle par les plus grands stylistes, et qu’elle revêt lors de ses multiples sorties officielles. La belle-fille de Charles peut s’enorgueillir de sa silhouette d’une finesse admirable et de son port de reine, que ses trois grossesses n’ont pas altérés…


Hélas, cette influence risque bien d’avoir des conséquences désastreuses, voire mortelles, sur ses petites admiratrices, pourtant si heureuses de suivre son exemple ! Une nouvelle que l’on pourrait ne pas croire tant la belle Kate semble incapable de vouloir du mal à qui que ce soit, et encore moins aux enfants de son pays, si importants à ses yeux. Pourtant, à en croire le journal The Sun, cette information n’est à négliger sous aucun prétexte. À tel point d’ailleurs que le ministère de la Santé britannique a pris l’initiative de publier un communiqué afin d’informer au plus vite le public des risques encourus par les petits Anglais.

Mais de quel danger s’agit-il ? Quels sont exactement les périls qui pèsent sur la santé des jeunes sujets de Sa Très Gracieuse Majesté ? Eh bien, si, à tout juste un mois du réveillon de Noël, le gouvernement tire la sonnette d’alarme, c’est pour prévenir les Britanniques de ne surtout pas acheter des poupées à l’effigie de la maman de George, Charlotte et Louis, fabriquées en Chine et commercialisées au Royaume-Uni.

Ces jouets, commandés en masse par de nombreux foyers en Grande-Bretagne, sont pourtant en apparence totalement inoffensifs. Présentées dans des boîtes mauves, les ravissantes poupées mesurent environ 30 cm de haut, et sont baptisées “Princess Catherine Doll”. Nul doute que les filles, tout comme les garçons, rêvent de les trouver au pied de leur sapin !

Malheureusement, comme les autorités sanitaires n’ont pas manqué de le faire savoir au public, il faut éviter à tout prix que ces figurines soient vendues, sur le sol britannique ou ailleurs. Elles contiennent en effet une quantité élevée de DEHP (ou diéthylhexylphthalate), un composant hautement toxique. Son danger est tel qu’il est interdit en Europe depuis 2005 ! Ce phtalate, utilisé comme additif pour assouplir le plastique, est considéré comme un perturbateur endocrinien majeur, diminuant notamment la synthèse de la testostérone. Cela signifie, entre autres, qu’il peut provoquer le développement de cancers et être responsable de la stérilité chez des individus sensibles comme les enfants.

Par chance, la plupart de ces poupées ont semble-t-il été bloquées à la frontière tchèque et n’ont donc pas pu être acheminées outre-Manche. Cette nouvelle d’apparence rassurante, ne l’est hélas finalement pas. Car si le ministère de la Santé n’a pas tardé à réagir devant ce possible fléau afin de protéger ses concitoyens, il estime néanmoins que les fabricants ont pu, d’ores et déjà, faire parvenir à leurs acheteurs les modèles commandés, notamment, sur Internet ! Dès lors, il est concevable de penser que Kate Middleton, victime collatérale de l’importation de ces poupées de la mort, en arrive à redouter le pire pour les petits qu’elle chérit tant.

Comment la princesse pourrait-elle en effet passer de joyeuses fêtes de Noël en sachant que quelque part, dans le royaume, des petits innocents risquent de s’intoxiquer en jouant avec leur idole, n’ayant commis d’autre crime que celui de l’adorer ?

Face à ce marasme, cette catastrophe nationale, cette femme de cœur si investie, par le biais de sa fondation, auprès des enfants qui souffrent, ne peut que redouter le pire et se sentir, bien malgré elle, responsable des dommages éventuels causés par cette poupée de malheur. Même si celle qui a grandi au sein d’une famille d’entrepreneurs spécialisés dans les farces et attrapes sait que, dans le domaine des jouets comme ailleurs, le risque zéro n’existe pas…

Clara MARGAUX

À découvrir