France Dimanche > Actualités > L'auteur de Millénium 4 confie son calvaire !

Actualités

L'auteur de Millénium 4 confie son calvaire !

Publié le 24 septembre 2015

Invité sur les plateaux de télévision pour la promotion de son dernier livre, l’écrivain suédois David Lagercrantz est tout sourires. Pourtant, Millénium 4, ce qui ne me tue pas a bien failli avoir sa peau !

Car écrire la suite de la célèbre saga entamée par Stieg Larsson (vendue à 82 millions d’exemplaires dans le monde) relevait du défi. Mais cet héritier de la haute noblesse a de qui tenir : il est le fils d’Olof Lagercrantz, éditeur du journal Dagens Nyheter, l’équivalent du Monde, et le descendant d’un illustre poète. David a, de surcroît, après ses études de philosophie et de théologie, couvert les affaires criminelles pour le quotidien suédois l’Expressen jusqu’en 1993. Une expérience qui lui sera utile par la suite !

Il a gagné ses galons en signant deux biographies, puis un premier roman inspiré de la vie du mathématicien Alan Turing. Mais c’est son livre sur le footballeur Zlatan Ibrahimovíc, édité en français en 2013, qui le rend célèbre. C’est alors que son agent, Magdalena Hedlund, qui représente la famille de Stieg Larsson aux éditions Norstedts, lui propose de reprendre la saga. « J’ai senti la fièvre monter en moi et j’ai accepté », se souvient David.

Millénium"J'étais terrifié, j'avais terriblement peur de ne pas être à la hauteur."

La rédaction du livre commence dans le plus grand secret. « J’ai vécu dans une bulle hermétique. J’ai écrit sur un ordinateur non-connecté afin de me protéger des hackers et, pour envoyer des mails concernant le livre, j’ai employé des mots codés. »

À l’automne 2014, David a des crises de panique. « J’étais terrifié, j’avais terriblement peur de ne pas être à la hauteur. »

S’il se glisse facilement dans la peau du journaliste Mikael Blomkvist, l’écrivain a plus de mal avec la punkette Lisbeth Salander. « J’ai fait des cauchemars sur Lisbeth à 4 h du matin, qui me poursuivait en me disant que ce que j’avais écrit ne lui correspondait pas. »

Et il a la pénible impression que Stieg Larsson, décédé en 2004, huit mois avant la publication du premier volume de la saga, regarde par-dessus son épaule. « C’était un démon, il a fallu que je m’en débarrasse. Il était en moi, partout, il était le gars qui avait eu l’idée brillante de Millénium. »

En novembre 2014, le roman est envoyé, sous haute protection, aux éditeurs étrangers. Entre-temps, l’annonce de la parution prochaine du 4e tome a fait l’effet d’une bombe dans la presse suédoise. Certains journaux applaudissent, mais la plupart crient au scandale. « Stieg aurait été furieux d’apprendre la sortie de ce livre. C’est une manœuvre purement pécuniaire menée par un auteur qui n’a rien de mieux à faire que de piquer les personnages des autres », déclare celle qui fut la compagne de Larsson, Eva Gabrielsson.

« Je n’étais pas préparé à ce déchaînement médiatique !"

« Je n’étais pas préparé à ce déchaînement médiatique, explique l’auteur. Il suffisait que j’aille faire mes courses pour voir ma tête en une des tabloïds ! » Ce qui ne l’a pas empêché d’entamer en septembre une tournée mondiale. Elle a débuté en France où l’ouvrage a été tiré à 500 000 exemplaires !

Dans ce nouvel opus, les héros, Mikael Blonkvist et Lisbeth Salander, hacker magistrale, s’attaquent au service de renseignement américain. Nous voilà embarqués dans une histoire d’espionnage industriel passionnante dont les premières victimes sont un informaticien de génie et son enfant autiste, qui assiste au meurtre de son père. On attend maintenant le tome 5 !

Gwenaëlle KESKAVEN

Onze ans après la mort de Stieg Larsson, ses héros renaissent dans une nouvelle aventure. Millénium 4, ce qui ne me tue pas, de David Lagercrantz, éd. Actes Sud, 23 €.

À découvrir