France Dimanche > Actualités > Prince Andrew : L'étau se resserre !

Actualités

Prince Andrew : L'étau se resserre !

Publié le 21 juin 2020

Le Prince Andrew est confronté à de nouveaux témoignages accablants de jeunes filles qui l'accusent d'avoir abusé d'elles.

Il est un homme aujourd'hui qui regrette amèrement son ancienne amitié avec Jeffrey Epstein, condamné par la justice pour avoir eu recours à des prostituées mineures et mort en prison le 10 août dernier… Un passé sulfureux que le prince Andrew, second fils de la reine d'Angleterre, pensait pouvoir garder secret mais dont il va devoir répondre un jour, comme n'importe quel citoyen ! Cette affaire ne date d'ailleurs pas d'hier, mais elle a, ces dernières semaines, pris une tournure désastreuse pour le duc d'York.


Pour le père d'Eugénie et Béatrice, tout a commencé en 2015 lorsqu'une jeune femme l'a accusé de l'avoir, en 2001, forcée à avoir des relations sexuelles avec lui alors qu'elle était mineure, sur ordre du milliardaire américain. Selon Virginia Roberts, à cette époque connue sous le pseudo de Jane Doe#3, elle aurait été « prêtée » à Andy par Epstein pour s'attirer ses faveurs, voire, au besoin, le faire chanter. Le duc a bien sûr toujours nié qu'il connaissait cette femme, bien qu'ils apparaissent ensemble sur une photographie !

Si cette grave accusation était déjà une grosse épine dans le pied de cet éminent membre de la famille royale, il semble que depuis l'arrestation et le suicide en cellule du tristement célèbre homme d'affaires, l'étau se resserre autour de l'ex-mari de Sarah Ferguson ! Car avec le temps, les langues se sont déliées, et le nom d'Andrew émerge de plus en plus associé à celui que l'on a poursuivi dès 2008 pour des actes pédophiles et de prostitution sur mineures. Une justice qui, malgré la mort suspecte du richissime prévenu il y a 10 mois, cherche encore à connaître toutes les ramifications de cette affaire et à condamner les coupables.

Pour ne rien arranger au cas du duc d'York, selon le Daily Mirror, une nouvelle victime a récemment affirmé avoir eu des rapports intimes avec lui alors qu'elle était mineure, suivie d'une autre, une certaine Johanna, 21 ans au moment des faits, qui assure avoir été abusée sexuellement par le prince en 2001. Cherchant sans doute à faire amende honorable et à redorer son blason, le fils de la reine, personnage réputé peu sympathique et peu brillant, s'était fendu d'un communiqué officiel après ces nouveaux rebondissements, expliquant : « Je continue de regretter sans équivoque l'amitié illusoire qui me liait à Jeffrey Epstein. Son suicide a laissé de nombreuses questions sans réponse, en particulier pour ses victimes […] Je ne peux qu'espérer qu'à terme, ces femmes-là pourront reconstruire leur vie. Et, bien évidemment, je suis prêt à les aider. »

Cerise sur le gâteau, le petit frère de Charles a aussi tenté d'éteindre le feu en se prêtant à une interview le 16 novembre 2019 sur la chaîne nationale du pays, la BBC. Une prestation qualifiée de catastrophique par les médias. Quatre jours plus tard, le 20 novembre, le prince Andrew faisait envoyer à toutes les rédactions britanniques un autre communiqué dans lequel il annonçait que la souveraine lui avait donné l'autorisation de prendre congé de toutes ses missions et qu'il s'extrayait ainsi de la vie publique : « Il est apparu clair pour moi ces derniers jours que les circonstances de mes liens passés avec Jeffrey Epstein sont devenues une perturbation majeure du travail de ma famille et du [mien], expliquait-il. J'ai demandé à Sa Majesté si je pouvais me retirer de mes engagements publics dans un avenir proche, et elle m'en a donné la permission. »

Un retrait qui aurait pu, pensait-il peut-être, mettre fin à ses ennuis, ou tout au moins, lui permettre de se faire oublier quelque temps… Malheureusement pour « Randy Andy » (ou « Dédé l'obsédé » comme le surnomme la presse), la boîte de Pandore est ouverte, et il devient impossible de contenir et même d'arrêter le flot de révélations qui ne manquent plus de s'étaler au grand jour ! À commencer par un documentaire en quatre épisodes, diffusé depuis le 27 mai sur la plateforme de streaming Netflix, qui accuse sans équivoque le rejeton de la monarque de 94 ans d'avoir eu des relations sexuelles avec des mineures.

Dans cette mini-série intitulée Jeffrey Epstein : Pouvoir, argent et perversion, en plus des nombreux témoignages boulever-sants d'anciennes victimes du milliardaire. Un informaticien anciennement au service du riche homme d'affaires y accable Andrew, maintenant âgé de 59 ans. Ce témoin rapporte le comportement inapproprié d'Andy, en vacances sur l'île privée du pédophile dans les Caraïbes, à l'égard de la jeune fille de 17 ans qui a été la première à briser le mur du silence. Il affirme que le prince aurait « agrippé les fesses de Virginia Roberts qui avait les seins nus avant de se plaquer contre elle. Ils se sont embrassés et ont entamé les préliminaires ».

Un ami du duc d'York remet en cause cette version des faits : « Nous nous demandons encore pourquoi il a fallu près de vingt ans à ce témoin pour faire part de ses souvenirs, affirme ce proche. Mais cela explique peut-être aussi pourquoi ils sont quelque peu inexacts. Si le duc a bien séjourné sur l'île de Jeffrey Epstein, c'était avec sa petite amie de l'époque, une femme dans la trentaine. »

Alors que, selon le New York Times, le FBI cherchait au début de l'année 2020 à contacter Andrew afin de l'interroger sur cette sale affaire, ce dernier n'aurait montré aucune intention de coopérer avec les autorités américaines. Un refus qui ne risque pas de lui attirer la clémence de la justice, et dont les retombées seraient sans nul doute catastrophiques pour Buckingham…

Clara MARGAUX

À découvrir