France Dimanche > Actualités > Laeticia : Elle réalise le rêve de Johnny !

Actualités

Laeticia : Elle réalise le rêve de Johnny !

Publié le 23 mars 2020

.photos:bestimage

Alors qu'elle fêtera en France ses 45 ans le 18 mars prochain, la veuve du rocker vient d'exaucer la dernière volonté de feu son mari...

Après s'être, là encore, battue comme une lionne, Læticia vient de réaliser le dernier grand rêve du rocker. Peutêtre le seul qu'il n'avait pas eu le temps d'exaucer avant de partir… Parce que Johnny, qui avait des rêves plein la tête et plein le cœur, a pu concrétiser nombre d'entre eux. Il a ainsi vendu des millions de disques et chanté sur les plus belles scènes. Remplissant le Stade de France à de nombreuses reprises avec des shows toujours plus déments, il a été l'idole de tout un pays et a pu devenir comédien au théâtre et au cinéma. Amant et aimé des plus belles femmes, il a su sur le tard, grâce à Læticia, se livrer aux joies de la paternité avec Jade et Joy, un rôle qu'il regrettait d'avoir tant négligé avec ses aînés, David et Laura. Sans oublier bien sûr son grand rêve américain qui ne l'aura jamais quitté.


Mais comment pouvait-il en être autrement ? Adolescent et à l'aube lointaine de sa carrière dans la chanson, le jeune JeanPhilippe Smet s'est déjà choisi un nom de scène : Johnny Hallyday ! Une nouvelle identité qui n'a plus grand-chose de chez nous, mais qui en dit long sur son attirance pour les États-Unis.

Dès les années 80, il chante Mon Amérique à moi ou encore l'inoubliable Quelque chose de Tennessee, écrite par Michel Berger en hommage au dramaturge Tennessee Williams dont l'idole est fan.

Et dès qu'il le peut, au guidon de l'une de ses Harley-Davidson rutilantes, il part à la conquête de l'Ouest et de la mythique Route 66. Toujours accompagné de sa bande de potes, entre paysages à couper le souffle et petits motels bordant le bitume, l'interprète de Que je t'aime roule en plein bonheur. Et sa soif d'Amérique ne s'étanche vraiment qu'en 2007. Il saute enfin le pas et part s'installer en Californie avec sa belle et leur petite Jade d'à peine 3 ans. La famille Smet s'aménage dans un premier temps un nid douillet à Los Angeles, sur les hauteurs de Beverly Hills. Ce sera ensuite Pacific Palisades.

Posant devant la bannière étoilée, une famille qui se sent déjà pleinement américaine.

Johnny est alors au paradis, il vit enfin dans ce pays qui le fait tant rêver depuis qu'il est tout petit, il enregistre dans les meilleurs studios et joue aux côtés des plus grands musiciens, lui qui voue une passion inconditionnelle au rock américain. Et même s'il regrette, lui l'immense idole française, de n'avoir jamais réussi à se faire un nom aux States, il n'en demeure pas moins serein, sur cette terre de tous les possibles, de se balader en toute quiétude. « Ici, je suis tranquille, confiait-il en 2015 au Parisien, je peux sortir dans la rue, mes filles vont à l'école normalement… L'Amérique fait partie de ma culture ! »

En effet, depuis ce jour magique où il s'était installé dans la Cité des anges, le chanteur ne nourrissait plus qu'une seule obsession : acquérir la nationalité américaine. En 2014, le couple Hallyday et leurs deux filles avaient déjà obtenu la fameuse Green Card, qui permet de résider aux États-Unis. Suite à quoi il ne leur restait plus qu'à patienter cinq petites années pour pouvoir demander la citoyenneté américaine et accéder enfin à leur graal !

Néanmoins, emporté par le cancer à la veille de Noël il y a un peu plus de deux ans, le rocker ne connaîtra malheureusement pas ce couronnement. Malgré tout, ce 25 février dernier, accompagnée de leurs deux princesses Jade et Joy, Læticia était quand même très fière de devenir officiellement une ressortissante des États-Unis. Car désormais toutes trois pourront aller et venir entre la France, SaintBarth et les États-Unis comme bon leur semble, sans contrainte de durée et à n'importe quel moment de l'année.

L'acquisition de cette citoyenneté va-t-elle changer le cours du procès autour de l'héritage de Johnny ? Alors que le « mode de vie américain » du rocker n'avait pas convaincu les juges des deux côtés de l'Atlantique et que l'audience du tribunal de Los Angeles portant sur l'avenir de son trust a encore été reportée, rien n'indique que la « nouvelle » nationalité de Læticia puisse changer la donne. Même si cela devrait lui permettre d'être plus présente à Paris pour prendre part aux discussions avec les aînés de Johnny, dans la « sérénité », comme elle l'a déclaré en novembre dernier. Toujours est-il que Læticia doit être fière d'avoir réalisé le rêve du plus américain de nos chanteurs.

Laura VALMONT

À découvrir