France Dimanche > Actualités > Læticia Hallyday : Une terrible nuit d’angoisse !

Actualités

Læticia Hallyday : Une terrible nuit d’angoisse !

Publié le 3 octobre 2014

Durant des heures et des heures, totalement impuissante, la femme de Johnny a tremblé �pour ceux qu’elle aime plus que tout au monde.

Il n’y a sans doute rien de pire que cela : sentir s’approcher le danger en sachant que l’on ne peut absolument rien faire pour y parer ; en se disant que, quoi qu’il se passe, on restera des spectateurs totalement impuissants. C’est ce cauchemar que Læticia Hallyday a dû vivre, durant toute une nuit, lundi dernier.

Chaque heure qui passait ne faisait qu’ajouter de l’angoisse à l’angoisse, et l’épouse de Johnny en était réduite à s’accrocher à l’espoir que la colère du ciel allait enfin s’apaiser. Dieu que la nuit semble longue, alors, et chaque minute interminable !

Ce qui a plongé Læticia dans cette tourmente psychologique, c’est une autre tourmente, terriblement physique celle-là : les pluies monstrueuses qui se sont brutalement abattues sur l’Hérault, et plus particulièrement sur le chef-lieu de ce département, Montpellier.

Ce coin de France, que borde l’azur de la Méditerranée, c’est en quelque sorte le berceau de la jeune femme. Elle est née à Béziers et elle revient régulièrement dans l’Hérault pour y voir les membres de sa famille, qui vivent non loin de là, au Cap d’Agde, où elle-même a de nombreux souvenirs : sa mère (Miss Cap d’Agde 1971 !), son père et son frère Grégory. Sans parler de la pizzeria que tenaient là ses grands-parents…

Læticia portraitC’est pour eux, pour ces êtres si chers, que Læticia s’est mise soudain à trembler, lundi en début d’après-midi, lorsque le cauchemar a commencé. C’est en effet à ce moment-là que des trombes d’eau de fin du monde se sont abattues sur tout le département de l’Hérault, placé par les autorités en vigilance rouge. Mais c’est à Montpellier que la situation devient rapidement la plus catastrophique, puisque, entre 15 et 18 heures, il va tomber l’équivalent de trois mois et demi de pluie !

Cauchemar

La situation devient apocalyptique lorsque, gonflé par ces cataractes tombant du ciel, le Lez, ce fleuve qui traverse la ville, devient à son tour furieux et sort de son lit pour envahir les rues et les places. Les voitures, les bus, les camions, tout cesse de rouler, créant des embouteillages monstrueux qui paralysent tout. Hébétés, les gens tentent de rentrer chez eux à pied, courbés sous les trombes qui s’abattent sans relâche. Et, dans les rues du centre, l’eau continue de monter, inexorablement.

Le soir qui vient n’apporte aucun répit. Et c’est une ville sinistrée qui s’apprête à vivre la nuit la plus longue de son histoire. Des dizaines de milliers de personnes se retrouvent piégées loin de chez elles et vont devoir s’entasser dans les écoles, les bureaux, les parkings, les centres commerciaux pour s’y abriter. Plus de mille collégiens et lycéens comprennent qu’ils vont être obligés de passer la nuit dans leur établissement scolaire… faute de pouvoir en sortir !

Un peu à l’extérieur de la ville, le cauchemar n’est pas moindre : sur la voie rapide qui relie Montpellier à La Grande-Motte, la circulation est totalement interrompue ; et les naufragés de ce déluge seront plus de deux cents à trouver refuge au Parc des expositions voisin pour y passer la nuit comme ils pourront. Une nuit durant laquelle Météo France prévoit déjà de nouvelles pluies…

Bien sûr, dans le reste de la France, on peut suivre la progression de la catastrophe grâce aux radios, à la télévision et à Internet. Mais la pagaille est telle que les informations envoyées par les malheureux qui se trouvent bloqués sur place sont fragmentaires, peu précises, difficiles à comprendre pour qui n’a pas le terrifiant spectacle sous les yeux. Et, du coup, l’imagination prend le relais et rend les choses encore plus épouvantables…

Læticia profilC’est exactement la situation dans laquelle a dû se retrouver plongée Læticia Hallyday ; dans cette angoisse pour les siens, d’autant plus terrible qu’elle demeurait imprécise, floue, au milieu d’informations souvent contradictoires. Et c’est sans doute pour tenter de desserrer cet étau qu’elle a éprouvé le besoin de dire à tous ces hommes et ces femmes plongés dans l’épreuve combien elle partageait leur désarroi et leurs craintes.

Elle l’a fait par l’intermédiaire d’un tweet, lundi soir vers 11 heures : « Pensées pour cette région si chère à mon cœur et rudement touchée aujourd’hui. Certains vont passer une nuit difficile. Courage, Montpellier ! » En effet, la nuit fut difficile pour de nombreux Montpelliérains.

Heureusement, dès mardi matin, la pluie desserrait un peu son emprise, et l’Hérault pouvait repasser en vigilance orange au lieu de rouge. Mais les eaux, en se retirant, laissaient derrière elles bien des destructions et des souffrances ; ces souffrances que Læticia Hallyday n’a pu partager qu’en pensée.

Pierre-Marie Elstir

À découvrir

Sur le même thème