France Dimanche > Actualités > Læticia Hallyday : Une veuve inconsolable !

Actualités

Læticia Hallyday : Une veuve inconsolable !

Publié le 4 mai 2018

Le 16 avril dernier, venue avec Jade et Joy se recueillir, comme chaque jour, sur la tombe de Johnny, Læticia Hallyday s’est effondrée.

Le ciel de Saint-Barth est azur, la température estivale.

Roses, orchidées, bougainvillées répandent leur doux parfum dans le petit cimetière de Lorient, où Læticia et ses filles, Jade et Joy, sont venues rendre hommage à leur mari et père.

Ce 16 avril, malgré la chaleur, le bloc de marbre blanc sous lequel repose Johnny demeure froid. Et la beauté luxuriante de la nature environnante ne suffit pas à apaiser la peine de ces trois cœurs en deuil.

Leur seule consolation, mais ce n’est pas rien, est d’être ensemble, soudées comme jamais, partageant leur tristesse et songeant à un avenir qu’il faut bien continuer à écrire.

Il y a très exactement cent trente-trois jours que Johnny est parti. Mais pour Læticia, c’est comme si c’était hier.


Dans leur maison de Los Angeles, encore pleine de la présence du rocker, elle peut sans doute encore croire qu’il va pousser une porte, surgir sous ses yeux.

Mais là, devant cette pierre tombale débordante de fleurs, il lui faut, une fois de plus, se rendre à l’évidence, cruelle, qu’il ne reviendra plus.

Læticia, si forte et si digne jusqu’alors, craque. Effondrée sur la tombe de son bien-aimé, elle laisse couler ses larmes derrière ses lunettes noires, se prend la tête entre les mains, vaincue par la douleur.

Chagrin

Du haut de ses 13 ans, Jade paraît comprendre ce chagrin d’adulte. Elle ne pleure pas, mais passe une main protectrice autour du cou de sa mère, où Joy, 9 ans, vient nicher sa tête.

Ont-elles conscience qu’elles ne reverront plus jamais leur papa ?

A leur façon, peut-être. Ce 16 avril, elles ont déposé sur la sépulture un cœur et des mots d’amour, autant d’attentions pour lui dire qu’il continue de vivre en elles. Ce jour-là, une fois n’est pas coutume, elles doivent être fortes pour leur mère, qui ne parvient plus à contenir ses sanglots.

Il y en aura peut-être, car une guerre fait toujours la part belle aux clans et aux partis pris, pour dire que la veuve jouait une comédie parfaitement orchestrée.

Laissons-les parler et écoutons plutôt ce qu’en dit Pierre Billon, auteur, compositeur et grand ami de Johnny Hallyday.

Pendant que Læticia se recueillait sur la tombe de son mari, il était à Paris, sur le plateau de Touche pas mon poste !

Il comptait parmi les copains que Johnny avait reçus dans sa maison de Marnes-la-Coquette, cinq jours avant de mourir, et se souvient parfaitement de l’attitude de la jeune femme du chanteur.

Une épouse dévouée qui a tout fait pour que son homme profite au mieux de ses derniers instants. « On peut dire ce qu’on veut, Læticia a été digne jusqu’au dernier moment, et elle a donné à Johnny cette espèce de dignité également. Quand on est arrivés, le jeudi soir, Johnny était beau, rasé, propre, comme il a l’habitude, et c’est elle qui l’a fait. »

S’il ne comprend pas les dispositions testamentaires du rocker, Pierre Billon est sûr d’une chose : ce que Johnny a décidé, il l’a décidé tout seul.

« Personne ne l’a forcé à faire quoi que ce soit. Il n’était absolument pas influençable », affirme-t-il.

C’est ce que ne cesse d’affirmer Læticia : elle n’a fait que respecter les volontés de son mari.

Cela lui vaut peut-être de se retrouver aujourd’hui seule ou presque, contre tous, mais il y a fort à parier que si c’était à refaire, elle ne changerait rien…

Lili CHABLIS

À découvrir