France Dimanche > Actualités > Læticia : La réconciliation !

Actualités

Læticia : La réconciliation !

Publié le 23 octobre 2018

Après des mois de conflits, les deux aînés du rocker seraient sur le point d’enterrer la hache de guerre avec Læticia Hallyday.

«Si tu veux la paix, prépare la guerre… » Cette phrase aux accents belliqueux semble correspondre précisément à ce qui se joue aujourd’hui entre tous les membres du clan Hallyday. Ou plutôt, de l’ex-clan Hallyday.

Car on le sait, après la mort du patriarche, tout est parti à vau-l’eau. L’héritage du rocker a donné lieu à une terrible et impitoyable guerre de succession. Tous les moyens ont été bons pour tenter de faire mouche, de blesser l’autre, de le décrédibiliser. Par l’intermédiaire des médias, des réseaux sociaux, des déclarations des proches et celles de leurs avocats respectifs, chacun a craché sa haine, cherchant à prouver au monde, et peut-être avant tout à soi-même, la place privilégiée qu’il ou elle occupait dans le cœur de Johnny.


« J’ai choisi de me battre. J’aurais préféré que tout cela reste en famille, malheureusement, dans notre famille c’est comme ça… », écrivait Laura Smet, deux mois après la mort de son père, quand elle découvrait qu’il avait décidé de les déshériter « totalement », elle et son demi-frère David, le fils de Sylvie Vartan.

Selon la loi américaine en effet, contrairement à l’usage français, il est possible d’éviter de léguer une partie de ses biens à ses enfants. Les deux aînés de Johnny accusaient donc le coup, très violent, de cette sanction tant financière que symbolique. Le 12 février, se sentant agressés, ils attaquaient à leur tour le testament… et Læticia du même coup, devant le tribunal de grande instance de Nanterre.

Celle-ci, du jour au lendemain, passait, pour certains, du statut de veuve admirable à celui de vile sorcière qui aurait téléguidé Johnny dans ses dernières volontés ! Un traitement rude, qui a dû la blesser, même si elle a tenté de faire bonne figure, avant tout pour ses filles, Jade et Joy. Mais elle n’était pas la seule victime de cette guerre d’héritage. Laura, elle aussi, passait de l’image de jeune femme fragile, spoliée et privée de l’amour de son père, à celle d’une pauvre petite fille riche, qui se plaignait de ne rien toucher alors que Johnny l’avait mise à l’abri financièrement. Outre le fait qu’il lui avait versé, quatorze années durant, quelque 5 000 euros par mois, son père l’avait aidée à acheter deux appartements dans les beaux quartiers de Paris en 2003 puis 2007 en lui donnant plus d’un million d’euros. Cette manne a soudain cessé à la mort du chanteur, quand Læticia a décidé d’arrêter d’entretenir sa belle-fille. Ce qui, comme l’a révélé Le Figaro du 10 octobre, fait dire à son entourage qu’elle « n’a plus un sou ».

L’image de David a elle aussi souffert de la crise, quand on a découvert qu’il était devenu propriétaire, par l’entremise de Johnny, d’un luxueux bien situé à Paris, Villa Montmorency, estimé aujourd’hui à 10 millions d’euros, alors qu’il se plaignait de ne rien avoir eu de son père.

Cet étalage de rage, mais aussi de souffrance, de part et d’autre, a duré encore et encore. Au point que ceux qui n’étaient pas directement concernés pouvaient penser assister à une série télé, un feuilleton violent et sans fin, qui rebondissait sans cesse, de coups de griffe en mots blessants.

Et puis soudain, on apprenait, incrédules, que le 26 septembre, Laura s’était rendue dans la demeure où son père est décédé, La Savannah, à Marnes-la-Coquette, et y était restée une heure, se recueillant dans ce lieu qui était censé lui être interdit. Encore plus incroyable, la mère de Jade et Joy, revenue à Paris le 7 octobre, aurait non seulement permis cette visite, mais s’en serait « réjouie » !

Était-ce donc pour obtenir la paix que chacun s’était livré cette guerre sans merci ? Le temps serait, semble-t-il, en effet aujourd’hui à l’apaisement, la conciliation, et pourquoi pas, la réconciliation. Selon Le Parisien, c’est depuis l’été que le contact a été repris entre les parties adverses, par l’intermédiaire de leurs avocats. « Le temps a calmé les tensions qui régnaient entre Læticia, Laura et David, a assuré un proche de la veuve. Elle a tendu la main plusieurs fois et ils l’ont saisie », a-t-il dit à notre confrère. C’est très naturellement que Laura aurait pu se rendre à La Savannah : « Dès qu’on a fait la demande à ses avocats, Læticia l’a acceptée ».

Cette entente, inespérée il y a quelques semaines, se ferait quand même au prix de sévères négociations. Laura souhaiterait hériter de La Savannah, et obtenir un pourcentage sur l’argent que génèrent les œuvres de son père. David, lui, voudrait récupérer les droits de 24 des 51 albums qu’a enregistrés le rocker, dont le fameux Sang pour Sang, que son fils avait composé pour lui en 1999. Évoquant David, Lena Lutaud, journaliste au Figaro, a expliqué le 9 octobre dans C à vous, sur France 5 : « Il a un comportement de père de famille, il ne veut pas la même chose que Laura. Lui, il réclame surtout le droit moral. Et là où il est très élégant, c’est qu’il demande à ce que Jade et Joy, qui ont aussi été déshéritées, soient parties prenantes dans ce droit moral. »

Et puisque l’on parle de gros sous, sans doute faudrait-il préciser ici que le trésor familial pourrait se trouver sérieusement écorné. D’au moins 15 millions d’euros, une somme considérable due au fisc, au titre des sociétés françaises de Johnny, dirigées à partir de 2012 par Mamie Rock, la grand-mère de Læticia ! Ce à quoi il faudra ajouter les frais de succession sur environ 30 millions d’euros de patrimoine…

Mais quelle que soit la valeur de l’héritage, s’il semble que chacun veuille aujourd’hui panser ses plaies pour poursuivre sa vie sereinement, il n’est pas question de faire de l’angélisme. L’avocat de Laura, Me Temime, l’a bien précisé : « À ce jour, aucun accord n’a été trouvé ».

Inutile donc de se réjouir trop vite. Comme l’a écrit Machiavel, « On fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut. » Et pour l’instant, nul ne sait si les motivations profondes de chacun les mèneront à vraiment en finir avec cette bataille. Surtout si certains d’entre eux continuent de se sentir floués…

Laurence PARIS

À découvrir