France Dimanche > Actualités > Læticia : Sous l’emprise de Sébastien Farran !

Actualités

Læticia : Sous l’emprise de Sébastien Farran !

Publié le 25 octobre 2018

André Boudou n’a pas de mots assez durs pour décrire l’homme qui a pris la place de Johnny au côté de sa fille Laeticia Hallyday.

C’est une véritable onde de choc qui s’apprête à déferler sur la galaxie Læticia ! Un livre à paraître le 14 novembre prochain lève en effet le voile sur de nombreuses zones d’ombre qui ont de quoi faire trembler la maman de Jade et Joy. Cette grande enquête, intitulée Main basse sur Johnny (éditions l’Archipel), promet, notamment, de révéler les manœuvres entreprises depuis des années pour capter l’héritage du ro­cker au détriment de ses aînés. Rien que ça !

Ce document explosif, nous nous le sommes procuré en exclusivité. Et en parcourant cet ouvrage, page après page, on imagine le malaise que pourra ressentir Læticia en le découvrant à son tour. En premier lieu parce qu’il cible tout particulièrement celui qui est devenu son plus proche confident depuis que l’homme de sa vie a rendu son dernier souffle : Sébastien Farran. Les deux auteurs ont mis en évidence l’emprise que l’ancien manager du groupe NTM exercerait sur la veuve la plus célèbre de France.


Considéré comme l’un des hommes de confiance de Johnny, ce personnnage, devenu depuis l’éminence grise de Læticia, suscite bien des fantasmes. Mais qui est-il vraiment ? Un amant, un employé, un conseiller ? Ou juste un ami fidèle qui serait lui aussi victime de la machine médiatique qui se déchaîne depuis la mort du chanteur ? À travers ce livre, un père l’accuse. Gravement même. Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit d’André Boudou, celui de Læticia ! L’ancien patron de discothèque, qui déclare aujourd’hui couler des jours tranquilles sur l’île de Saint-Martin « avec une petite retraite », n’y va pas de main morte. Selon les auteurs, il suffirait de prononcer son nom pour le voir bouillir de colère. « Sébastien Farran a toutes les raisons de vouloir m’éloigner de Læticia. Si jamais je renoue avec ma fille, il n’existe plus, dehors ! Il traîne une solide réputation d’escroc », rappelle-t-il.

D’après les informations des deux journalistes à l’origine de cette enquête, l’homme de 47 ans tiendrait pourtant un rôle bien officiel auprès de la jolie blonde. Rien que pour s’occuper de ses affaires courantes quotidiennes, il disposerait d’un contrat de manager renouvelable chaque année pour lequel il percevrait 30 000 € par mois ! Une somme qui fait bondir André, qui s’indigne ouvertement de cette situation : « La seule chose que je crains, c’est qu’il profite d’elle… C’est quoi ce salaire ? Pour quoi faire ? »

À en croire JoeyStarr, artiste dont Farran a longtemps géré la carrière et les intérêts, les soupçons du père de Læticia pourraient bien être fondés. En juin 2015, dans un message posté sur Facebook, le rappeur accusait clairement son ancien impresario de l’avoir escroqué : « La technique Farran consiste invariablement à se barrer avec la caisse à la fin […] Il a été mon manager et avait toutes sortes de procurations pour se servir à sa guise, et il ne s’en est pas privé ! »

Trois ans plus tard, le 10 avril 2018, Sébastien Farran était placé en garde à vue à la suite de ces accusations. L’enquête pour vol et escroquerie est toujours en cours et l’épilogue de cette affaire pourrait bien donner raison au père de Læticia.

Ce dernier n’a d’ailleurs pas hésité à affronter, presque physiquement, celui qu’il accuse d’avoir manipulé sa fille, dès qu’il en a eu l’occasion. La scène s’est déroulée lors de l’enterrement de Johnny, à Saint-Barthélemy, le 11 décembre dernier. Plusieurs témoins ont assisté, médusés, à une empoignade qui aurait pu dégénérer… « Je papotais avec Thierry Chassagne [le patron de Warner Music France, ndlr], que j’estime, et au détour de la conversation, je lui dis : “Vous avez réalisé une excellente opération en signant Hallyday”… Et là, Sébastien Farran me fait la réflexion suivante : “Tu ne penses qu’à l’argent !” Mais de quoi se mêle-t-il, cet escroc notoire ? Bien entendu, en raison des circonstances, j’ai préféré me retenir… Ma fille m’a donc gentiment demandé de quitter les lieux », confie André.

Quand il explique s’être « retenu », doit-on comprendre que cet ancien rugbyman, plutôt sanguin, et qui ne s’en laisse pas compter, aurait pu en venir aux mains ? Une chose est sûre, l’altercation n’était peut-être pas si anodine qu’il veut bien le raconter aujourd’hui. Car depuis, et malgré le malaise cardiaque qu’André a subi en avril dernier, du côté de Læticia, c’est toujours le silence radio ! Et le fait qu’elle ne prenne même pas de ses nouvelles malgré ce grave problème de santé a de quoi surprendre. Alors, celle qui fait actuellement la promotion du 51e et ­dernier album de son mari serait-elle sous influence ? Son père n’en doute pas une seconde. « Mon seul regret, mon échec, c’est de ne plus parler avec ma fille. Je l’imagine très mal entourée », confie le patriarche.

Sébastien Farran aurait-il finalement réussi le tour de force de gagner la confiance de Læticia tout en éloignant son père de ses affaires et de son cœur ? Si André le craignait, il en semble désormais convaincu… Évincé du clan, l’ex-roi de la nuit, qui assure depuis des années avoir sauvé Johnny d’une faillite certaine, estime être victime d’une injustice, au même titre que certains membres de sa famille. « On a voulu nous faire passer pour des ploucs. Je pilote des avions, je suis commandant de bateau, je parle trois langues, j’ai fait vingt-six rallyes dans le désert, à part ça, je suis un ringard ! » peste-t-il.

Truffé de révélations, Main basse sur Johnny risque de semer un peu plus la zizanie entre la plupart des protagonistes de l’imbroglio médiatico-judiciaire qui entoure la succession de l’idole des jeunes. Entre Sébastien Farran et André Boudou bien sûr, mais pas seulement. Sachant que la sortie de cet ouvrage est programmée à peine deux semaines avant que Læticia ne se retrouve face à David et Laura au tribunal de grande instance de Nanterre, le 30 novembre prochain, ça promet…
 

Edwin FORESTHAL

À découvrir