France Dimanche > Actualités > Laetitia Milot : Toujours pas guérie de sa maladie !

Actualités

Laetitia Milot : Toujours pas guérie de sa maladie !

Publié le 23 mai 2018

Après avoir accouché le 16 mai dernier, Laetitia Milot doit faire face à l’endométriose à nouveau…

Le 16 mai 2018 est une date qui restera gravée dans la mémoire de Laetitia Milot à jamais. Après dix ans de combat intensif contre sa maladie gynécologique, la comédienne a enfin réussi à donner vie au rêve de son existence : devenir maman…  En compagnie de spécialistes, la jeune femme est revenue sur le combat de sa vie dans le documentaire diffusé sur TF1  « Devenir maman : notre combat contre l’endométriose » diffusé le 21 mai dernier…

« La grossesse ne guérit pas la maladie », lâche la présidente de l’association EndoFrance, Yasmine Candau, avant de continuer : « Il y a encore trop de médecins qui le croient, il y a encore trop de femmes qui en sont persuadées. La grossesse est une mise en sommeil de l'endométriose mais ce n’est pas du tout la guérison. Quand tu auras ton retour de couche, l'endométriose va se réveiller, elle va se rappeler à toi, on ne guérit pas de l'endométriose ». Deux semaines après avoir donné la vie à sa petite fille, l’actrice de « Coup de foudre à Bora-bora » est plus que jamais consciente qu’en lui donnant la vie, elle a gagné une bataille, et non pas la guerre… Aujourd’hui, elle doit de nouveau faire face à sa maladie et à la violente douleur qui l’accompagne.

Sûrement lasse de cette souffrance mensuelle, la belle va questionner le spécialiste Horace Roman afin de savoir s’il n’existe ne serait-ce qu’une solution pour limiter les crises de douleur des femmes atteintes. La réponse du chirurgien est encourageante :  « On ne peut pas guérir mais par contre nous pouvons permettre aux patientes que nous opérons de vivre quasi normalement, sans douleur dans un certain pourcentage des cas. Les patientes ont besoin d'un traitement hormonal pour stopper la progression de la maladie et soulager les symptômes douloureux. Certaines patientes auront besoin de chirurgie. »

Comme toujours malheureusement, l’opération n’est pas sans risque : « Il y a des risques opératoires que l'on ne peut pas franchement anticiper. », explique le médecin à la jeune femme qui l’écoute attentivement : « Le lâchage de sutures sur le tube digestif peut nécessiter la mise en place d'un anus artificiel pendant plusieurs mois, parfois un an ou deux. Lorsqu'on abîme les nerfs, on peut aussi avoir des séquelles post-opératoires redoutables, soit sous la forme de douleurs violentes soit de dysfonction des organes : une constipation sévère, une atonie de la vessie et si nous dénervons le vagin, nous pouvons constater l'apparition d'une sécheresse vaginale qui est très gênante pendant les rapports sexuels. »

Consciente des risques qui accompagnent chaque opération, la comédienne avait elle-même décidé de se faire opérer pour tomber enceinte. Si cette opération n’a pas guéri sa maladie, qui reste encore aujourd’hui incurable, elle a peut-être soigné le cœur de la jeune femme en faisant d’elle une mère de famille… Alors même si le pari est risqué, le jeu en vaut peut-être la chandelle…

Julia NEUVILLE

À découvrir