France Dimanche > Actualités > Lara Fabian : Anéantie par la mort de sa mère !

Actualités

Lara Fabian : Anéantie par la mort de sa mère !

Publié le 22 avril 2019

Depuis longtemps, Luisa, la mère de Lara Fabian souffrait d’une grave maladie provoquant des troubles de la mémoire.

Elle s’y préparait depuis de longs mois, mais l’on n’est jamais vraiment prêt à dire adieu à l’être qui nous a mis au monde, qui nous a conçus, aimés. Hélas, aujourd’hui, c’est au tour de Lara Fabian de vivre cette terrible épreuve. Le 30 mars, la chanteuse a trouvé la force et le courage de relater la triste nouvelle de la mort de sa mère sur son compte Facebook, espérant peut-être trouver dans les témoignages de ceux qui la suivent un peu de ce réconfort dont on a tant besoin dans ces moments-là.

Illustrant cette journée par un simple carré noir, en signe de deuil, Lara a écrit : « Nous avons un lien fort, et dans ce lien, un partage qui nous rend unique… Je sens en mon être que je me dois de vous raconter ce moment de mon existence, qui est sans nul doute le plus douloureux de tous ceux que j’ai vécus à ce jour. […] Si je le partage avec vous, c’est parce que je veux que les choses soient dites avec dignité […] Ma maman vient de nous quitter. Son âme est venue me serrer dans ses bras une dernière fois cette nuit. »


Derrière ces mots bouleversants, on sent le chagrin immense qu’éprouve la chanteuse, et l’ampleur de l’amour que les deux femmes se portaient. En fille unique, Lara avait noué avec sa mère un lien tout aussi unique. Aussi, quand, il y a quelques années, elle a découvert que Luisa semblait souffrir de troubles de la mémoire allant crescendo, le choc a été terrible, comme elle l’avait confié en 2016 au Parisien : « Tout a commencé par de petites choses : “Je ne retrouve pas mes clés, je ne retrouve pas mon téléphone”. Ma maman a fait des études de lettres. C’est quelqu’un de très vif, éveillé, intelligent. Et soudain ce n’est plus la même personne que vous avez en face de vous », avait-elle expliqué.

Au tout début, bien sûr, Lara n’a pas compris. Mais, après une série d’examens médicaux, le couperet est tombé : Luisa souffrait d’une maladie neurodégénérative, une démence à corps de Lewy, qui se manifeste, entre autres, par des symptômes d’Alzheimer et de Parkinson. Un fléau qui, hélas, ne peut aller qu’en s’aggravant.

Face à la cruelle réalité, la chanteuse a décidé d’être plus présente que jamais auprès de sa maman. Et de son père aussi, qui souffrait tant de voir sa femme aussi diminuée. « Il a fallu que j’encaisse, moi qui suis hyper liée à ma mère sicilienne, avait encore confié Lara. La première langue que j’ai parlée, l’italien, c’est la sienne, les premières nourritures que j’ai aimées viennent de chez elle, du sud de l’Italie. Je suis fille unique. C’est fort et fusionnel entre nous. »

Si cette tragédie ne pouvait se traduire pour Lara que par une infinie tristesse, l’artiste a tenté de faire face en mettant des mots sur cette histoire, espérant peut-être mettre un peu de distance entre elle et sa souffrance. C’est ainsi qu’est née la chanson L’oubli, qui figure sur l’album Ma vie dans la tienne, sorti en 2015. Le texte est bouleversant de vérité et d’émotion : « Elle marche, lente comme à contretemps / Subit son corps / Tous ses mouvements / Elle regarde dehors / Pour voir s’il fait beau temps / Du fauteuil au divan […] L’oubli comme une impasse / Sur les gestes qui blessent / L’oubli comme elle déplace / Son passé, sa tristesse. »

Pour accompagner ces paroles poignantes, Lara, qui ne fait jamais les choses à moitié, avait demandé à des membres de sa famille de poser devant une caméra, et de fixer l’objectif comme s’ils regardaient Luisa. À la fin de la vidéo, on découvrait, quelques secondes durant, la mère de Lara en gros plan.

« J’ai hésité à la mettre, avait-elle révélé au Parisien. C’est pour ça qu’elle n’apparaît qu’une fois. Je lui ai demandé la permission. Elle était d’accord. Tout ce que je fais autour de cette chanson, elle le sait. Ce n’est pas un clip, mais un témoignage visuel. Il n’y a rien de commercial, je n’ai rien à vendre. »

Aujourd’hui, l’artiste est seule face à son immense souffrance, à ce deuil insupportable. Sa maman s’en est allée, à 77 ans. Elle ne sera plus là pour la regarder, l’écouter, l’aimer. Mais tout l’amour que Luisa lui a prodigué au cours de son existence, cet amour qui parvenait même à « traverser » la maladie ces derniers mois. Cela, Lara le gardera toujours au fond d’elle, comme un trésor que jamais rien ni personne ne pourra lui enlever.

Laurence PARIS

À découvrir