France Dimanche > Actualités > Laurence Boccolini : Crucifiée par la douleur !

Actualités

Laurence Boccolini : Crucifiée par la douleur !

Publié le 16 novembre 2018

Victime d’une maladie auto-immune qui dévore les articulations, Laurence Boccolini vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Après deux ans d’absence à la télévision, elle fait un retour remarqué sur TF1 ! C’est une Laurence Boccolini métamorphosée que vous avez pu voir aux manettes du Grand concours des animateurs, samedi
22 septembre. Une nouvelle coupe, de nouvelles lunettes, un nouveau look et, ce qui saute aux yeux, une silhouette très amincie. 

La présentatrice, qui avait pris beaucoup de poids après son traitement hormonal pour tomber enceinte il y a quelques années, s’était souvent plainte de sa forte corpulence, même si elle a toujours assumé avec humour son physique de « Bonhomme Michelin » comme elle l’écrivait dans son livre Puisque les cigognes ont perdu mon adresse…, paru chez Plon en 2008. 

Mais, alors qu’elle devrait se réjouir d’être enfin venue à bout de ses kilos en trop, l’animatrice est, au contraire, plus inquiète que jamais. Souvenez-vous… En mars dernier, dans un message bouleversant, publié sur son compte Instagram, Laurence évoquait, pour la première fois, la maladie qui la ronge depuis longtemps : « Polyarthrite rhumatoïde, mon amie, ma compagne douloureuse de tous les jours dans tout mon corps depuis tant d’années… »


« Je te déteste. Mais je remercie chaque jour la force qui m’est donnée de pouvoir vivre avec cette saleté. » Une « saleté » qu’elle a cachée et n’aurait peut-être jamais dévoilée si son amie Hélène Ségara ne l’y avait poussée. « Ça va te faire du bien », lui avait dit la chanteuse. En connaissance de cause puisqu’elle-même a souffert d’un grave problème à l’œil. 

Que cet aveu ait libéré Laurence ne fait aucun doute. Mais qu’il ait eu une influence positive sur l’évolution de son mal, c’est autre chose ! Ainsi, le 17 mai, pétrifiée par la souffrance, elle n’avait pas pu se rendre à Woluwe-Saint-Pierre, en Belgique, où était inhumée sa grande amie Maurane, disparue dix jours plus tôt. Car cette inflammation sévère est très douloureuse. Au fil des années, la polyarthrite rhumatoïde déforme, puis finit par détruire, les articulations touchées. À quel stade en est Laurence ? En voyant la photo de ses doigts, gonflés, tordus qu’elle a postée sur Instagram, il semble probable que le mal est déjà bien installé.

Il faut aussi savoir que le surpoids crée un terrain favorable à l’évolution de ce fléau qui touche 300 000 personnes en France, essentiellement des femmes. Comme vient de le confier l’animatrice dans une interview accordée à Télé-Loisirs : « Poids et polyarthrite ne font pas bon ménage. » Raison pour laquelle la star du Maillon faible s’est mise à un régime drastique. Rien à voir avec la coquetterie, hélas… Car si elle a retrouvé la ligne, les douleurs, elles, n’ont pas disparu.

Existe-il des remèdes à ce que le très sérieux Inserm (Institut national de santé et de la recherche médicale) définit comme une « maladie grave qui entraîne une surmortalité » ? Les dernières avancées sont heureusement porteuses d’espoir. Depuis vingt ans en effet, plusieurs traitements de cette terrible maladie ont été mis au point. Si, pour l’instant, aucun n’est parvenu à éradiquer totalement la polyarthrite, tous apportent une amélioration notable des symptômes, à commencer par l’atténuation de la souffrance, ce qui n’est pas rien. Il y a tout d’abord les corticoïdes qui sont efficaces, mais non sans danger.

Outre la prise de poids, ces médicaments peuvent générer des troubles sanguins et digestifs. De plus, ils ne peuvent être prescrits que sur une courte durée. Plus récents, les traitements ciblés (type anti-TNF alpha) donnent des résultats très encourageants. Mais, là encore, ce genre de médication, généralement à vie, comporte des risques. Toujours selon l’Inserm, en effet, elle nécessite « des précautions de prescription vis-à-vis des infections et d’un éventuel cancer ». 

Ce choix, crucial, du traitement qui va soulager ses douleurs, c’est précisément celui que doit faire Laurence aujourd’hui, ainsi qu’elle l’a laissé entendre, toujours dans Télé-Loisirs : « Si je ne prends pas certaines décisions, dans quelques années j’aurai encore plus de mal à marcher ou à utiliser mes mains. »

Dans cette période difficile de sa vie, l’animatrice peut heureusement compter sur ses deux familles, celle qu’elle forme avec son mari, Mickaël Fakaïlo, et leur fille, Willow, et celle de la télévision et de la radio. Son retour sur TF1 et sur Europe 1 avec Êtes-vous prêts à jouer le jeu ? lui a donné des ailes et la force de poursuivre le combat. 

Gagnante de la première édition du Grand concours des animateurs, Laurence le sera-t-elle face à la maladie ? Il y a tout lieu de penser que oui.

Lili CHABLIS

À découvrir