France Dimanche > Actualités > Laurence Boccolini : Inconsolable !

Actualités

Laurence Boccolini : Inconsolable !

Publié le 3 septembre 2019

C’est une séparation qui lui a crevé le cœur. Après avoir pleuré de longues minutes, Laurence Boccolini s’est confié sur cette douloureuse épreuve.

Elle a pleuré toutes les larmes de son corps. Hier, cette maman de 56 ans a dû se séparer pour la première fois de sa petite merveille, sa fille Willow.

Ce petite bonheur, désormais âgé de six ans, a longtemps été espéré par l’animatrice de « Je suis une célébrité, sortez-moi de là » (TF1). En 2008, l’auteure de « Puisque les cigognes ont perdu mon adresse » confiait même son désespoir de ne jamais pouvoir avoir d’enfant dans un livre vibrant de sincérité. Après cinq fécondations in vitro infructueuses, l’ancienne animatrice de « Money Drop » (TF1) était, en effet, contrainte de se rendre à l’évidence : l’infertilité était son fardeau. « Avec mon mari, on était en pleine souffrance, déclarait-elle pour TV Grandes Chaînes il y a quatre ans. Ce que nous avons vécu n'est franchement pas drôle… ».

Cinq ans après pourtant, Laurence Boccolini et son époux Michaël Fakaïlo, ancien mister Tahiti, parvenaient– enfin – a agrandir leur petite famille grâce à l’adoption. Depuis, Laurence Boccolini a établi une relation fusionnelle avec sa fille. « Dès que je ne vois pas ma fille, je la guette », ajoutait-elle encore pour nos confrères.  


Cette période où elles ne faisaient qu’Une semble pourtant bel et bien terminée. Désormais, c’est loin des yeux mais près du cœur de sa mère que la petite Willow va devoir passer toutes ses journées. Le 2 septembre dernier, cette petite brune au regard malicieux a fait sa toute première rentrée des classes. Un événement déchirant pour Laurence Boccolini. « J’ai pleuré jusqu’à la maison », a-t-elle confié sur son compte Instagram.

Lorsque Willow a monté les marches pour se rendre dans sa classe, sa mère n’a pu que constater les larmes qui constellaient son visage. S’il lui était dur de rester impassible, Laurence Boccolini a tout tenté pour encourager son enfant du mieux qu’elle pouvait. « Moi je te faisais des signes de ralliement comme dans les bronzés avec des sourire bananes et des pouces levés pour te dire yeahhhh le CP c’est trop cool . Tu m’as regardé une dernière fois avec tes yeux pleins de larmes. Et tu as disparu dans l’escalier. », se remémore-t-elle avant d’ajouter : « Fière de toi ma grande , ma licorne , mon astrolabe . C’est dur de grandir ».

Pour autant, Laurence Boccolini peut se consoler : si mère et fille se sont séparées, c’est pour mieux se retrouver le soir autour d’un bon dîner.

Estelle LAURE

À découvrir