France Dimanche > Actualités > Laurence Boccolini : “J’ai failli mourir”

Actualités

Laurence Boccolini : “J’ai failli mourir”

Publié le 28 août 2019

Victime d’une bactérie contractée en Afrique, Laurence Boccolini est passée à deux doigts de la septicémie. Son récit est glacial.

C’est l’image du bonheur que l’animatrice postait sur son compte Instagram, le 28 juillet dernier. En vacances dans l’archipel des Féroé, petit paradis verdoyant à mi-distance entre l’Islande et la Norvège, ce cliché la montre en train de se baigner avec sa fille chérie, Willow, qu’elle serre tendrement dans ses bras. Son visage rayonnant semble indiquer que le cauchemar de ces deux derniers mois n’est plus qu’un lointain souvenir…

Souvenez-vous, le 15 mai, quelques semaines après son retour d’Afrique du Sud où se déroulait le tournage de Je suis une célébrité, sortez-moi de là ! pour TF1, Laurence Boccolini donnait à ses fans des nouvelles plus qu’alarmantes. Hospitalisée en urgence, elle était passée à deux doigts de la mort, comme en témoignait son message : « La bienveillance et la réactivité du Professeur C. m’ont sauvé la vie… » Sous perfusion durant plusieurs semaines, celle qui d’ordinaire communique si facilement sur les réseaux sociaux s’était alors murée dans un angoissant silence. Le 23 mai enfin, elle répondait à l’inquiétude de ses fans : « Oui, c’était grave et j’ai failli voir le fameux tunnel avec la lumière au bout. […] J’essaye, avec le plus grand mal et le plus de force possible de sortir d’une infection mal soignée lors de mon tournage en Afrique du Sud, qui a salement dégénéré une fois de retour à Paris. »


Ce mal, Laurence en a révélé le nom dans une interview accordée à RTL, diffusée le 23 juillet dernier. Il s’agit d’une pyélonéphrite, une infection bactérienne touchant le système urinaire et les reins qui, si elle n’est pas prise à temps, peut s’étendre à tout l’organisme et provoquer la mort. L’animatrice a-t-elle manqué de vigilance et trop attendu avant de consulter ? Toujours est-il que cette bactérie, contractée durant son séjour dans la jungle sud-africaine, ne s’est pas tenue tranquille à son retour, loin de là. Constatant qu’elle se sentait de plus en mal trois semaines après son retour, la maman de Willow est donc allée, inquiète, à l’hôpital. Bien lui en a pris, car à quelques heures près, elle n’était plus de ce monde, comme elle l’a confié sur RTL : « Je suis passée à quelques heures de la septicémie, donc j’ai vraiment failli mourir. »

Si aujourd’hui le plus dur est derrière elle, la coéquipière de Christophe Dechavanne n’est cependant pas remise pour autant. Malgré ses belles couleurs et le sourire rayonnant qu’elle affiche sur le cliché de ses vacances, le cœur n’y est pas complètement. C’est en tout cas ce que semble indiquer le message, destiné à sa petite Willow, qui accompagne la photo : « C’est toi et moi, contre le monde entier, toi seul à mes côtés / Comprenant mes tristesses tu es l’ombre de ma peine / Le chagrin de mon chagrin… » Ces quelques vers empruntés à la chanson de Claude François, Toi et moi contre le monde entier, résument bien par quel calvaire l’animatrice est passée, laissant en elle des traces que le temps n’a pas encore effacées. Comment d’ailleurs en serait-il autrement ? En effet, si l’infection a été vaincue grâce à un traitement de cheval, tout danger n’est pas écarté pour autant, comme elle l’expliquait récemment : « Je suis maintenant très suivie médicalement et suis surveillée comme le lait sur le feu… »

Fatiguée par sa maladie, et sans doute traumatisée à l’idée qu’elle a failli faire de sa petite Willow une orpheline, Laurence sait à présent qu’il lui faut être à l’écoute de son corps, chose qu’elle n’avait visiblement pas faite il y a deux mois, comme elle l’avouait à demi-mot : « Parfois vous refusez d’écouter cette petite voix à votre oreille qui vous met en garde et vous dit que tout peut basculer en une seconde. »

C’est cette même voix qui aujourd’hui lui enjoint de s’armer de patience. « Je pense que dans plusieurs mois, je serai un peu rétablie », a-t-elle déclaré.

Heureusement, il semble que les vacances en famille soient le meilleur des remèdes ! Détendue, bronzée et très en beauté sans maquillage, l’animatrice savoure chacun de ces instants précieux avec les siens.

« On a deux vies. La deuxième commence le jour où l’on réalise qu’on en a qu’une », écrivait le philosophe chinois Confucius. Dans cette deuxième vie née il y a un peu plus de deux mois dans la peine, la douleur et l’angoisse, Laurence sait en tout cas où, désormais, sont ses priorités : « L’amour, la famille, la mer, un Sprite avec une paille et rien ne vous atteint plus… »

On ne saurait mieux dire !

Lili CHABLIS

À découvrir