France Dimanche > Actualités > Laurent Bignolas : La menace !

Actualités

Laurent Bignolas : La menace !

Publié le 11 novembre 2019

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Laurent Bignolas

Accusé de faire régner la terreur, le présentateur de Télématin Laurent Bignolas voit ses chroniqueurs quitter un à un le navire. Une véritable hécatombe…

Il y a du rififi à Télématin ! Ces dernières semaines, les départs de figures familières de l’émission de Laurent Bignolas se multiplient. Récemment, pas moins de onze chroniqueurs ont claqué la porte en l’espace de quelques jours. De l’histoire de la télévision, on n’avait jamais ça.

Une véritable hémorragie débutée en août dernier, avec Thierry Beccaro qui faisait ses adieux à l’émission, non sans émotion. Puis ce fut au tour du spécialiste du théâtre, Jean-Philippe Viaud, d’annoncer son départ le 10 septembre dernier. En pleine révolte, ces intervenants en ont gros sur la patate et certains ont même décidé de poursuivre France 2 aux Prud’hommes. Si Isabelle Chalençon, Henri-Jean Servat, Grégoire Tournon, Sarah Doraghi, Anissa Arfaoui, Jean-Philippe Viaud, Béatrice Benoit-Gonin ou encore Brigitte-Fanny Cohen se sont décidés à quitter le navire, ce serait officiellement pour des questions de salaires.

En effet, depuis le 1er octobre, France Télévisions a décidé de modifier leurs contrats. Certes, la direction leur propose de passer en contrat à durée indéterminée après des années de contrats à durée déterminée cumulés, mais seulement s’ils acceptent une baisse de leur rémunération pouvant atteindre 40 % ! Quand il s’agit de faire des économies, le groupe n’y va pas par le dos de la cuillère.


Mais d’autres raisons seraient aussi à l’origine de cette inquiétante désertion des troupes. Tous ceux qui ont pris le large parlent d’une réelle volonté des dirigeants de les voir partir, pour donner à l’émission un style plus moderne avec davantage d’actus et des sujets de fond qui prêtent à réflexion. Et pour les pousser à faire leurs cartons, tous les moyens sont bons. Terminées donc les chroniques loisirs qui constituaient l’ADN de ce rendez-vous matinal depuis les années 80 et qui faisaient le bonheur des habitués !

Les chroniqueurs, qui sont encore au nombre de quarante, doivent changer de style et sont priés de réviser leur copie dans la douleur. Isabelle Chalençon qui était en charge des sujets mode et beauté a confié, sur CNews, avoir fait un burn-out car elle ne supportait plus le « harcèlement moral » qu’elle vivait au quotidien : « Au mois de février, j’ai fait une dépression. Vous vous mettez à pleurer, vous avez des crises d’angoisses, vous ne dormez plus. Je veux tourner la page ». Et elle poursuit au bord des larmes : « Ce qu’ils veulent c’est que l’on soit dégoûté et que l’on parte. » Voilà qui a le mérite d’être clair.

C’est donc l’ambiance délétère qui régnerait sur les tournages, qui déciderait en grande partie les chroniqueurs à donner leur démission. Et ce climat détestable serait dû, si l’on en croit de nombreux témoignages anonymes, au caractère très cash de Laurent Bignolas, l’animateur de l’émission. Mais que se passe-t-il donc réellement sur le plateau pour qu’on en arrive à cette hécatombe ?

A l’antenne, le ton du présentateur à ses troupes est plutôt à la franche camaraderie. Mais en coulisses, c’est autre chose ! Accusé par ses détracteurs de faire régner la terreur avec un management particulièrement musclé, chaque jour apporte son lot de révélations sur le journaliste de 58 ans. « Depuis deux ans, on subit de multiples brimades », confie à Télé-Loisirs un intervenant qui préfère taire son nom. Dénigrement permanent, remarques désobligeantes, le présentateur chercherait à pousser les chroniqueurs à bout pour les inciter à démissionner. Les scènes d’humiliation devant le reste de l’équipe se multiplieraient. Hors antenne, Laurent Bignolas serait même du genre à balancer à la fin d’une chronique pas à son goût : « Celle-là, vivement qu’elle dégage ! » Du style aussi à lâcher qu’un « sujet est ringard » ou « digne d’une émission pour Ehpad ».

Des propos choquants dont il se défend évidemment en disant « tomber de l’armoire », comme il s’en est expliqué à Télé-Loisirs. « Depuis mon arrivée, j’ai justement fait attention à ne pas être agressif. Certains m’ont pris de très haut, mais d’autres ont accepté et écouté mes conseils », assure-t-il.

Son prédécesseur, William Leymergie traînait lui aussi une réputation de tyran. Souvenez-vous. Celui qui fut le visage du petit déjeuner en France pendant trente-deux ans avait beaucoup fait parler de lui à propos d’un déchaînement de violence qui avait sérieusement entaché son image. En 2007, le chroniqueur spécialiste du théâtre Jean-Philippe Viaud dépose une main courante en l’accusant le présentateur d’avoir voulu l’étrangler ! C’est à la suite d’une question à laquelle le chroniqueur n’aurait pas répondu que Leymergie se serait emporté avant d’en venir aux mains. Jean-Philippe Viaud perdra même connaissance !

Laurent Bignolas serait-il lui aussi en train de perdre ses nerfs ? En tout cas, sans doute pour mieux encaisser ce traitement de choc, la plupart de ceux qui sont encore là, en plus de prendre des antidépresseurs, seraient suivis par des psychologues.

D’après une rumeur qui circule à France 2, Laurent Bignolas nourrirait l’envie secrète de présenter seul le talk-show avec des reportages fabriqués par la rédaction de France Télévisions… Sera-t-il soutenu par la présidente du groupe Delphine Ernotte ? Là est toute la question.

Valérie EDMOND

À découvrir