France Dimanche > Actualités > Laurent Cabrol : Le langage des plantes

Actualités

Laurent Cabrol : Le langage des plantes

Publié le 31 mai 2019

Les fleurs, fruits, et autres légumes ont tous une histoire. Quel en est leur secret ? Je vais aujourd’hui tâcher d’en révéler certains…

Il est passionnant de découvrir les plantes au travers de ce qu’elles représentent et de ce qu’elles expriment. Certaines sont à l’origine d’expressions, de légendes plus croustillantes les unes que les autres. Ces quelques exemples devraient vous surprendre.

  • L’aubépine
    Ses rameaux auraient servi à tresser la couronne d’épines du Christ. En Normandie, une légende affirme que la foudre ne tombe jamais sur elle, puisqu’elle a été inspirée par le diable. Certaines maisons l’exposent donc pour se protéger de l’orage.
     
  • Le blé
    Pourquoi le blé signifie-t-il aussi l’argent en argot ? Parce qu’il est le symbole de la fécondité, de la puissance et de la richesse.
     
  • L’artichaut
    Sa réputation d’être aphrodisiaque viendrait de la cour des rois de France. Henri IV en abusait, paraît-il, largement, pour le grand bonheur de ses dames. Et dans les rues, les vendeurs criaient pour vanter leur marchandise : « Prenez mon bel artichaut pour avoir le cœur et le cul chaud ! »
  • Le lilas
    Au XVIe siècle, Ghislain de Busbecq – diplomate et botaniste flamand – l’introduit en Europe après un séjour dans l’Empire ottoman. Son fils et son petit-fils créeront des hybrides au nom botanique Syringa –  rien à voir avec le seringat, à floraison blanche et parfumée.
     
  • Le laurier-rose
    Est-il mortel ? En tout cas, il est dangereux pour la santé. La sève est toxique pour les hommes et les animaux. Des soldats de Napoléon seraient mêmes morts pour avoir mangé de la viande embrochée sur des tiges de lauriers-roses.
     
  • Le cassis
    En 1571, le botaniste Gaspard Bauhin rapporte que le cassis, originaire des régions septentrionales, est une baie de table. à Dijon en 1841, monsieur Lagoutte invente la liqueur de Cassis. Plus tard, le chanoine Kir, maire de Dijon, donne son nom au « blanc-cass ». Veinotonique et anti-inflammatoire, cette baie aurait une action bénéfique sur l’acuité visuelle.

- - - - - - - - - - - 

Expressions

  • Semer la zizanie
    L’expression vient d’une plante appelée « zizanie » ou « ivraie enivrante », une mauvaise graine que l’on trouve au milieu du bon grain. On sème donc la zizanie, comme on sème une mauvaise graine.
     
  • Planter ses choux
    Au xvie siècle, cela voulait dire qu’on prenait du repos. Au xviie, cela signifiait priver quelqu’un de son emploi et de ses fonctions. Aujourd’hui, on prend sa retraite après une vie active, autrement dit : « On va planter ses choux. »
     
  • En rang d’oignon
    L’expression vient d’un certain Artus de La Fontaine Solaro, plus connu sous le nom de baron d’Ognon, qui se plaisait à placer ses invités les uns à côté des autres selon un protocole méticuleux proche de l’obsession.
     
  • Tomber dans les pommes
    Au Moyen-Âge, on tombait « dans les pâmes ». Se pâmer signifiait perdre connaissance. Puis le mot s’est transformé en pomme dans le langage populaire, au fil des siècles.
     
  • Avoir un cœur d’artichaut
    Ce légume compte de nombreuses feuilles. Beaucoup de personnes peuvent donc en profiter. On peut ainsi donner facilement un peu de son « cœur » à tout le monde.

- - - - - - - - - - - 

Semons pour la bonne cause !

Les 10 et 11 mai, les magasins Franprix distribueront 250 000 sachets de graines mellifères et nectarifères dans plus de 400 de ses magasins de Paris, Ile-de-France et Lyon. Une opération remarquable qui a pour but de fleurir nos espaces verts afin de nourrir… les abeilles !

- - - - - - - - - - - 

Le saviez-vous ?

Au XIXe siècle, les Anglais récupéraient les ossements des soldats de Napoléon pour… fertiliser leurs prairies ! Ils avaient en effet constaté que la terre était pauvre en phosphore, et eurent donc l’idée incroyable d’exploiter les restes des soldats et des chevaux enfouis dans les champs de bataille d’Austerlitz et Waterloo. Ils les ont ainsi déterrés, broyés, puis épandus au sol ! Il faut dire que ces ossements étaient riches en minéraux.

Laurent CABROL

À découvrir