France Dimanche > Actualités > Laurent Gerra : Une violente rupture !

Actualités

Laurent Gerra : Une violente rupture !

Publié le 9 juin 2015

Celle que Laurent Gerra a aimée d’un amour fou vient de témoigner : “Ça s’est fait dans des conditions très difficiles. J’ai eu beaucoup de � chagrin.”

Les stars ne parlent pas toujours des orages qu’elles traversent, des épreuves que la vie leur réserve. On croit tout savoir sur ces hommes et ces femmes dont le métier est public, parce qu’on les voit partout et qu’ils font de nombreuses déclarations, parlent volontiers d’eux-mêmes. Mais toute cette lumière dans laquelle ils baignent sert parfois, aussi, de rideau de fumée, derrière lequel se cachent de véritables drames.

C’est ce qui arrive à Laurent Gerra qui, sans qu’on n’en sache rien, sans que lui-même n’en souffle mot ni ne laisse rien paraître sur son visage ou dans ses attitudes, a vécu une rupture sentimentale qualifiée de « très violente ». Non par lui, certes, mais par la jeune femme qui était dans sa vie.

Que Laurent n’ait rien dit ne surprend pas. Ce n’est pas un homme qui aime parler de ses amours, ou trop mélanger le privé et le public. Et, lorsqu’il l’a fait, par le passé, c’était plutôt à son corps défendant, pour faire plaisir à celles qui, à des époques diverses, partageaient ses jours.

Il le disait lui-même, en 2009, en évoquant sa vie avec Virginie Lemoine, puis Mathilde Seigner et enfin Lynda Lemay, trois femmes célèbres elles aussi, avec lesquelles il a souvent fait la « une » de nombreux magazines : « Ce n’était pas de mon fait, expliquait-il alors. J’étais jeune et influençable. » Une façon élégante de dire que, s’il n’avait tenu qu’à lui, rien n’aurait filtré de ses liaisons.

À présent que Laurent Gerra a vieilli et cessé d’être influençable, c’est exactement la ligne de conduite que l’humoriste a adoptée. Si l’on est informés qu’il a enfin trouvé la « vraie » femme de sa vie, une blonde magnifique et souriante prénommée Christelle, l’on ne sait rien de plus à propos de leur couple ! Lorsqu’ils apparaissent ensemble dans une soirée parisienne, on peut les voir souriants, détendus, visiblement heureux d’être ensemble ; mais dès que la soirée se termine… rideau !

Divan

C’est pourquoi, le 26 mai, l’annonce de cette rupture très violente a pris tous les fans de l’imitateur de court, car ils en ignoraient tout ! Fort heureusement, celle-ci ne concerne nullement la belle Christelle, mais celle, déjà ancienne, avec Mathilde Seigner. Et c’est la comédienne elle-même qui est revenue sur cet épisode douloureux, alors qu’elle participait à l’émission Le Divan de Marc-Olivier Fogiel, sur France 3.

Leur histoire d’amour, on s’en souvient, a duré de 1998 à 2001. L’épilogue a été si pénible que Mathilde a laissé passer près de quinze années avant de pouvoir y revenir, « confessée » par Marc-Olivier. « Laurent serait furieux que j’en parle, commence par dire Mathilde, avant d’entrer dans le vif du sujet : ça s’est fait dans des conditions très difficiles. J’ai eu beaucoup de chagrin. »

Que la rupture ait été très difficile, on le comprend aisément, lorsqu’on entend l’actrice, juste après, faire cette révélation incroyable : « J’ai appris par les journaux qu’il était avec Lynda Lemay. » On imagine le choc ! Et on comprend la souffrance ressentie.

Laurent Gerra portraitOn comprend aussi que Mathilde, sur son divan rouge, éprouve le besoin d’y revenir encore, comme pour s’en débarrasser définitivement : « Je ne lui en veux pas, murmure-t-elle en parlant de Laurent Gerra, mais les circonstances de la séparation étaient très violentes. »

Pourtant, n’allez pas croire que la jeune femme s’aveugle et rejette toute la responsabilité sur son ex-compagnon. Pas du tout. D’abord, elle s’efforce de comprendre pourquoi cela n’a pas marché, en tout cas pas de façon durable : « On se ressemble beaucoup. On pourrait être frère et sœur. Et le problème était là. »

La comédienne avait déjà raconté que, la première fois qu’elle avait dîné en tête-à-tête avec l’humoriste, elle avait eu l’impression de voir son double, d’être face à un miroir, tellement ils avaient la même sensibilité et étaient en accord sur tout. Et, en effet, ce genre d’harmonie excessive donne rarement des couples durables.

Au début, on a tendance à croire que cette entente totale et perpétuelle va être la clé du succès de la relation. Mais, bien souvent, on se rend compte assez rapidement que c’est au contraire ce qui la mine et que la richesse d’une vie à deux se nourrit aussi de l’échange, de la confrontation de visions du monde différentes, capables de s’enrichir mutuellement…

Non seulement Mathilde ne « charge » pas son ancien compagnon, mais elle lui trouve même des excuses, ou au moins des raisons. Écoutons-la, s’adressant toujours à Marc-Olivier, un peu en retrait : « Je n’étais pas facile et il était plus connu que moi, donc ça me faisait souffrir. Je lui faisais une vie épouvantable. Je suis responsable. On a la vie qu’on mérite. »

Belle et juste conclusion, de la part d’une femme qui, au-delà du chagrin et de la souffrance vécus, a su faire la part des choses. Et finalement établir avec l’homme qu’elle a si orageusement aimé, Laurent Gerra et dont elle continue d’admirer l’immense talent, une belle et sereine relation d’amitié. Durable, elle.

Pierre-Marie Elstir

À découvrir

Sur le même thème