France Dimanche > Actualités > Laurent Kerusoré : Sa Tantine adorée est décédée !

Actualités

Laurent Kerusoré : Sa Tantine adorée est décédée !

Publié le 17 avril 2015

Laurent Kerusoré, le Thomas Marci de “Plus belle la vie” révèle qu’il vient de perdre Tantine, celle qui� ensoleillait � sa vie depuis près de deux ans.

Depuis quelques semaines, chez Laurent Kérusoré, l’ambiance est à quelque chose qui pourrait s’appeler « Plus triste la vie ». Jusqu’alors, lorsqu’il rentrait chez lui après une journée de tournage sur le plateau du célèbre feuilleton de France 3, l’interprète de Thomas Marci, le serveur du bar du Mistral, avait la joie de savoir qu’il allait retrouver deux des êtres qui comptent le plus au monde pour lui.

D’abord Ginette, le bouledogue français qui lui fait la fête dès qu’il met un pied dans l’appartement. Et puis, surtout, depuis près de deux ans, l’accueillait le bon sourire d’une très vieille dame à laquelle de tendres liens l’unissaient depuis son enfance.

Hélas, depuis le début de ce mois de mars, chaque retour au bercail est un crève-cœur ! Car Laurent sait bien que, derrière la porte, il n’y a plus que la petite chienne pour l’attendre. Dans un premier temps, sa pudeur étant aussi grande que son chagrin, le comédien s’est enfermé dans le silence. Et nul ne savait quel drame il venait de vivre, par quelle souffrance il passait.

Mais cette souffrance a finalement été trop forte pour qu’il la supporte seul et, jeudi 19 mars, Laurent Kérusoré s’est décidé à partager son chagrin avec ses fans, lesquels commençaient à s’inquiéter de son mutisme. Il l’a fait par le biais d’un émouvant message sur son compte Facebook :

« Mes amours… Il est vrai que cela fait bien longtemps que je ne suis pas venu sur cette page. J’en suis sincèrement désolé mais parfois la vie nous rappelle que rien n’est vraiment définitif. Depuis presque deux ans ma Tantine vivait avec moi (94 ans) et elle s’est éteinte le 5 mars dans mes bras et ceux de sa Ginette ! C’est l’unique raison de mon silence… Je suis certain que vous comprendrez. Je vous souhaite une belle journée… »

Mouroir

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la vieille dame n’était pas sa tante. L’acteur s’en était d’ailleurs expliqué dans nos pages en juillet dernier (France Dimanche n° 3540) : « Elle s’appelle Suzy et était mariée au cousin de mon grand-père, nous avait-il expliqué. C’est donc plutôt une “grande cousine”, mais je l’ai toujours surnommée Tantine […]

Malheureusement, il y a huit mois, on m’a contacté pour me dire qu’elle allait très mal et que, ne pouvant plus rester seule chez elle, elle allait être placée en maison de retraite ! J’ai été tellement proche d’elle et de son mari, qu’il était pour moi hors de question de la laisser partir finir sa vie dans un mouroir. Comme j’avais la possibilité et les moyens de la prendre chez moi, je l’ai fait. Depuis, nous vivons donc ensemble et c’est un vrai bonheur ! »

Ce bonheur aura donc duré près de deux ans, et ce n’était pas un bonheur égoïste. Laurent Kérusoré nous avait en effet confié qu’il espérait bien faire prendre conscience à d’autres gens combien il était important de tendre la main aux personnes âgées, de leur rendre, au soir de leur existence, un peu de ce qu’elles-mêmes avaient donné.

Famille

Toujours l’été dernier, il nous déclarait : « Évidemment, ça peut faire peur d’avoir une personne âgée chez soi. Cependant, grâce à mon histoire, j’aimerais tellement donner aux gens l’idée ou l’envie de tenter le coup. Après, ça fonctionne ou non. Toutefois, quoi qu’il arrive, vous aurez essayé et surtout donné un peu de temps et de chaleur à quelqu’un pendant quelques mois. Peut-être qu’un jour elle n’aura plus toute sa tête, et que j’aurai, à ce moment-là, besoin d’aide. Mais, pour l’instant ça marche, donc faisons-le !

Puis, c’est aussi une vraie joie d’avoir quelqu’un chez soi, de partager. Et si je fais tout ça pour elle, c’est qu’elle a tellement fait pour les autres tout au long de sa vie, et pour moi bien évidemment. Dans la famille, nous avons tous été si tristes de ne pas pouvoir aider ma grand-mère paternelle, atteinte, elle, d’Alzheimer.

Il était pourtant prévu qu’elle vienne vivre chez mes parents, qu’on s’en occupe, mais cette maladie a rendu tout ça impossible, voire dangereux. Ce que je n’ai du coup pas pu faire pour ma grand-mère, je le fais pour ma Tantine, qui fêtera ses 94 ans en août. »

Suzy ne fêtera pas ses 95 ans, hélas… Mais, du fond de son chagrin, Laurent Kérusoré peut se dire, pour se consoler un peu, qu’il a fait ce qu’il fallait pour emplir de bonheur les derniers mois de vie de sa Tantine.

Didier Balbec

À découvrir