France Dimanche > Actualités > Laurent Ruquier : Un terrible accident de voiture !

Actualités

Laurent Ruquier : Un terrible accident de voiture !

Publié le 3 juillet 2014

Des tonneaux, suivis d’une glissade sur le toit… L’humoriste est un miraculé. C’est une des � révélations � de son dernier essai, où il se  livre comme jamais…

À 90 ans, Raymonde Ruquier est veuve et vit toujours au Havre, cité qui a vu naître Laurent, son benjamin. Ce dernier raconte que, pour sa mère, un livre, c’est Télé poche ou Modes & Travaux. Tant mieux, parce que si elle se penche sur son autobiographie, elle risque d’avoir un choc ! Tout au long des 192 pages de l’ouvrage, il reproche à ses parents – notamment à sa mère – de ne s’être jamais vraiment intéressés à lui ni à ce qu’il faisait.

Laurent 1 Ruquier« J’étais surtout celui qui n’aurait pas dû être là, “l’accident”, écrit l’animateur. Combien de fois, lors de réunions de famille, ma mère m’a-t-elle ainsi montré du doigt, ajoutant à chaque fois : “Si j’avais eu la pilule, il ne serait pas là, celui-là !” Elle ne lui parlait pas. De son enfance, Laurent ne garde pas le moindre souvenir d’une ébauche de dialogue, ni même d’un simple conseil que sa maman aurait pu lui donner.

Ainsi, à 20 ans, il réalise, effaré, qu’il a un cheveu sur la langue, ce dont ses parents, qui ne l’écoutaient pas, ne s’étaient même pas rendu compte. Stage à RTL, débuts en radios locales, dans les cabarets, il faut des années avant que son père et sa mère ne daignent tourner la tête dans sa direction : « Je me sentais très seul. » Trente ans plus tard, c’est Raymonde qui l’est face à ce type d’amabilités : « Ma mère était curieuse, derrière son rideau ou l’oreille collée à la porte pour écouter ce qui se passait chez les voisins. »

Il frôle la mort en 1989

Auteur pour la matinale de Jean Amadou et Maryse Gildas sur Europe 1, Laurent doit, un jour de Tour de France, rallier Pau en voiture avec Fabienne, une amie journaliste. Il pleut et il est fatigué. Il a voulu « faire “le mec” » alors qu’il n’avait jamais piloté une telle berline. Debout depuis 4 heures du matin et n’ayant pas conduit depuis trois ans, il omet la présence d’un chantier sur la route de Tarbes.

« La suite, c’est une voiture que nous avons prise de face, écrit l’humoriste. Des tonneaux, une glissade sur le toit, Fabienne qui s’extirpe de la voiture. » Un pied coincé dans la carcasse, il est finalement désincarcéré et opéré quelques heures plus tard. La famille qui se trouve dans la voiture percutée, ne compte également aucune victime. « Lourdes n’était pas loin, c’était un miracle », conclut Laurent.

Laurent 2 RuquierGuy Bedos révèle son homosexualité !

Laurent Ruquier aura mis vingt et un ans à comprendre qu’il était gay. « Au Havre, dans une famille ouvrière, les seuls homosexuels que je connaissais étaient Michel Serrault dans La cage aux folles et le transformiste Zaza Blonders. Je ne pouvais pas imaginer ni comprendre ce qu’était l’homosexualité », a-t-il confié au Point.

Il faudra quinze ans de plus pour que le monde et les siens découvrent ses préférences sexuelles. Et cet outing, il le doit à Guy Bedos ! Invité un soir dans l’émission Nulle part ailleurs, sur Canal +, ce dernier fait des allusions à la sexualité de Laurent. « Il s’est vengé parce que j’avais dit qu’il avait une moumoute. C’est de bonne guerre », constate le Havrais. Ni une, ni deux, il décide alors de confirmer son homosexualité dans un spectacle, Enfin gentil… Plusieurs membres de sa famille l’apprendront ainsi en venant le voir sur scène !

« Je ne saurai jamais si mes parents l’avaient deviné – jamais le sujet n’a été abordé –, mais je n’ai jamais regretté d’avoir fait ce sketch qui m’a libéré », confesse Laurent. En 2010, dans le magazine Têtu, il se félicitera même de sa notoriété qui, pour sa famille, a rendu la pilule plus facile à avaler. Quant à Guy Bedos, il ne lui en veut pas tant que ça puisqu’il travaille aujourd’hui avec Nicolas, son fiston !

Laurent 3 RuquierPrésenter “Les grosses têtes” était son destin !

Publié quelques mois après l’annonce de son départ d’Europe 1 à la rentrée, Radiographie est aussi une opportune déclaration d’amour à RTL et à l’émission de Philippe Bouvard. Les grosses têtes, cela a toujours été la passion de Laurent. Elles lui ont tenu compagnie pendant son adolescence solitaire avant d’inspirer le nom des Petites têtes et des Bonnes têtes, émissions présentées au Havre.

Laurent 4 RuquierEn revenant à RTL, où il fit un stage à 17 ans, le voilà enfin de retour dans la station qui lui avait donné ses premiers émois radiophoniques : « J’aurai enfin l’impression d’arriver chez moi », assure Ruquier. Il s’adresse aussi directement à ses fans : « Sans retomber en enfance, c’est un rêve de jeunesse que j’ai envie de vous faire partager. »

Réaliste, le « transféré » constate que l’intérêt d’une radio à engager un concurrent, c’est aussi le supprimer de la grille d’en face ! Diplomate, il désamorce enfin tout conflit avec son prédécesseur. « On ne remplace pas Philippe Bouvard, on lui succède. Quand bien même il aurait une réaction négative à mon égard, elle serait, si ce n’est justifiée, au minimum compréhensible », écrit-il.

Benoît Franquebalme

À découvrir