France Dimanche > Actualités > Le cri du cœur de Catherine Deneuve : "J'aime Adjani!"

Actualités

Le cri du cœur de Catherine Deneuve : "J'aime Adjani!"

Publié le 22 janvier 2015

Catherine Deneuve n'a pas vraiment apprécié le Vanity Fair du mois de novembre. L'actrice reproche au magazine de raviver une querelle vieille de vingt ans, impliquant également Isabelle Adjani. A l'époque, des rumeurs rapportent que l'intervention de Catherine Deneuve a empêché Isabelle Adjani d'être nommée pour le prix d'interprétation féminine du Festival de Cannes 1994 pour le film La Reine Margot...

Certaines rivalités ne s'estompent jamais. Surtout quand les querelles de plus de vingt ans sont déterrées au grand jour ! Dernière victime en date : Catherine Deneuve. L'actrice a eu maille à partir avec la rédaction de Vanity Fair, suite à la publication du numéro du mois de novembre. Dans celui-ci, un article est réservé au film de Patrice Chéreau, La reine Margot. Sorti en 1994, adapté d'un roman d'Alexandre Dumas, le long-métrage est le succès de l'année. Il marque surtout le retour d'Isabelle Adjani dans le rôle titre, aux côtés de Daniel Auteuil, Jean-Hugues Auglade et Virna Lisi. Pas étonnant que la belle brune soit alors la favorite pour décrocher le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes... Pourtant, à la stupéfaction générale, c'est Virna Lisi, décédée entre temps, qui reçoit les honneurs du jury. Certaines rumeurs rendent Catherine Deneuve, vice-présidente du jury, responsable de ce choix. L'actrice, par pure jalousie, aurait comploté contre cette jeune rivale de douze ans sa cadette...
Malgré les démentis de Deneuve, qui paraissent notamment dans Libération, le bruit se propage, et fait encore aujourd'hui les choux gras de la presse !

Isabelle Adjani, Cannes 2009. ©DR
Isabelle Adjani, Cannes 2009. ©DR

Deneuve écrit à Vanity Fair

Échaudée par l'article datant de novembre 2014, Catherine Deneuve décide d'écrire à Anne Boulay, rédactrice en chef du mensuel : "je viens de lire dans le Vanity Fair du mois de novembre un article sur La Reine Margot dans lequel je suis incriminée pour le rôle que j'aurais joué à Cannes pendant le Festival, empêchant mademoiselle Adjani d'être nommée pour le prix d’interprétation féminine. C'est me prêter beaucoup de pouvoir. J'ai déjà souffert à l'époque de ces rumeurs et je pense que vingt ans après, il aurait été souhaitable de s'informer davantage, pour un article de cette importance, sur la véracité de cette accusation. J'aime les actrices et j'aime Isabelle Adjani. Je vous laisse imaginer combien, à l'époque, cette mesquinerie a pu me toucher : c'est pourquoi je vous demande de publier cette lettre."

Cette missive, froide et impitoyable, publiée dans le Vanity Fair du mois de février ne laisse pas Anne Boulay sans réaction. Celle-ci suite à la lettre de Deneuve, répond donc à l'actrice : "l'article dit précisément que lorsque la regrettée Virna Lisi a obtenu le prix d'interprétation féminine à Cannes, certains l'ont envisagé comme un affront fait à Isabelle Adjani par Catherine Deneuve, coprésidente du jury, pas plus. Nous aurions pu, il est vrai, ajouter que vous aviez démenti toute intervention dans ce sens plus tard."

Si Catherine Deneuve attendait des excuses, elle en est pour ses frais.
Raphaël Marchal

À découvrir

Sur le même thème